Nissan Leaf : la voiture électrique convaincue et convaincante

 |   |  662  mots
La Nissan Leaf se met au diapason des nouveaux codes stylistiques de Nissan.
La Nissan Leaf se met au diapason des nouveaux codes stylistiques de Nissan. (Crédits : Nissan)
La marque automobile japonaise a renouvelé avec brio sa voiture 100% électrique. Face à une concurrence exacerbée, la Leaf va de l'avant et se positionne comme un produit offensif avec de nouvelles innovations tant sur le design que sur les performances.

Il était temps de la renouveler ! Mais même après huit années de service, la Leaf a choisi le bon moment pour le faire. On n'aura jamais autant parlé de voitures électriques. Les plus grands constructeurs mondiaux qui, hier encore, moquaient cette technologie, ont tous annoncé des programmes de voitures 100% électrique à coup d'investissements colossaux.

La numéro un mondiale

Mais tandis que les uns en parlent encore, Nissan lance la deuxième génération de sa Leaf dont elle revendique le titre de voiture électrique la plus vendue dans le monde. Plus qu'une performance, un véritable symbole qui en fait le modèle de référence, autant que son Qashqai sur le segment des SUV en Europe.

--

Nissan Leaf

--

Le timing était donc le bon, mais il est vrai que Nissan ne pouvait plus tarder s'il voulait garder sa place de leader. L'ancienne Leaf commençait à vieillir tant sur le style que sur ses performances. Avec cette nouvelle génération, la marque japonaise ne se place pas en situation défensive, mais clairement offensive tant ce nouveau modèle a réalisé un véritable bond.

Au diapason du nouveau style Nissan

Sur le style déjà, la Leaf 2 rafraîchit ses codes stylistiques avec plus de modernité et de dynamisme. Elle se met également au diapason de la nouvelle philosophie design de la marque inaugurée en Europe par la Micra, et qui devrait se confirmer avec le prochain Juke attendu en 2019. Un chouïa plus longue (+ 5cm à 4,49m), elle arbore cette nouvelle calandre très effilée. La chute de toit à l'arrière accentue cette silhouette aérodynamique. Les feux arrières qui reviennent vers les flancs ajoute à cette impression.

--

Nissan Leaf

--

À l'intérieur aussi, la Leaf a fait un bond dans le temps. Moins de boutons, plus de connectivité, plus d'ergonomie, avec de beaux contrastes de matières pour égayer la planche de bord. Le tableau, lui, voit ses codes graphiques totalement redéfinis pour toujours plus de fraîcheur.

La nouvelle Leaf est équipée d'une nouvelle fonctionnalité appelée e-Pedal. Cette fonction permet (lorsqu'elle est activée) de s'affranchir de la pédale de frein. Celle-ci contribue à maîtriser sa dépense énergétique. Néanmoins, elle ne peut en aucun cas remplacer la pédale de frein pour des freinages plus francs en cas d'obstacles ou même un feu qui passerait au rouge.

Autonome largement renforcée

Mais la plus grande nouveauté de la Leaf, c'est son autonomie qui est largement augmentée (elle est doublée) et lui permet de basculer dans une autre dimension en termes d'usage quotidien. Avec 378 km d'autonomie (en normes NEDC), elle permet de réaliser des trajets urbains quotidiens sans recharge pendant 3 à 5 jours. La version précédente avait déjà fait des progrès en passant de 175 à 250 km entre le début et la fin de vie. Désormais, la Leaf permet de s'aventurer en zone extra-urbaine sans s'inquiéter de son autonomie (cette fois, il faudra la recharger plus vite). Cette évolution change évidemment toute l'équation sur l'usage mais également sur son modèle économique. La Leaf dispose d'un autre argument de taille, c'est sa taille. Elle reste nettement plus grande qu'une Renault Zoé ou d'une BMW i3. Les places arrières sont importantes et le coffre contient 435 litres (+65 litres) contre 338 litres pour la Zoé.

La Nissan Leaf présente des qualités indéniables et consolide sa position de voiture électrique de référence. En termes de prix, elle se positionne autour de 29.300 euros, avec des offres LOA à partir de 249 euros par mois.

Sur le marché français néanmoins, elle semble contrainte à une certaine discrétion pour respecter les termes tacites de l'Alliance qui veut que ce soit le terrain privilégié de la Zoé. Il n'empêche que dans le cadre d'une stratégie de flottes sociétés, la Leaf reste un choix malin.

--

Nissan Leaf

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/05/2018 à 13:22 :
Pour le moment le secteur n'est pas très concurrentiel et les technologies mises en œuvre n'ont encore rien de révolutionnaire. L’innovation devrait s’accélérer dans les prochaines années vu l’arrivée des grands de l'automobile constructeurs et équipementiers. Le problème c’est que le marché de masse n’est pas ici mais en Chine, ce qui veut dire transfert de technologie et perte de leadership.
Que de temps perdu depuis le premier choc pétrolier, on a en partie laissé passer nos chances. Mais il reste à l’Europe l’avantage de disposer de plusieurs marques reconnues et disposant d’un savoir faire technologique et industriel. Pour combien de temps ? Une partie des VE Volvo sont déjà produits en Chine. Tesla, par son avance de vision essaye d’intégrer toute la chaine, mais plus généralement la logique voudrait que l’on s’oriente vers un mode de production OEM.

Dans les batteries, en France il reste Blue Solutions et Saft (https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/finistere/airbus-batteries-bollore-estime-beneficier-atout-important-1346879.html)
Côté innovations Toyota à annoncé des batteries à électrolyte solide et c’était déjà un sujet de recherche de John Goodenough de l'université d'Oxford, co-inventeur de la batterie lithium-ion (https://www.futura-sciences.com/tech/actualites/smartphone-john-goodenough-pere-batterie-lithium-ion-invente-technologie-encore-plus-performante-66575/). Encore faut-il arriver à la phase industrielle.

A noter un dossier du The Boston Consulting Group (https://www.bcg.com/fr-fr/publications/2017/energy-environment-how-batteries-and-solar-power-are-disrupting-electricity-markets.aspx), qui aborde le sujet du point de vue des VE, mais aussi du processus complet (telle qu’abordé par Tesla ?).
De l’incidence de l’approvisionnement et du stockage du carburant, mais cela ne peut pas être pire que toutes les fluctuations des prix du pétrole. Par contre, qu’en sera-t-il de l’évolution des taxes et n’est pas là une partie du problème ?
a écrit le 22/05/2018 à 12:19 :
Beaucoup mieux que la Nissan et que toutes les voitures électriques classiques qui vont bientôt sembler vieilles et dépassées ! :

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/la-tribune-de-l-energie-avec-enedis/une-voiture-100-solaire-des-2019-778472.html
a écrit le 21/05/2018 à 23:25 :
Très bonne finesse aérodynamique = un must pour une électrique qui a une réserve de puissance limitée à 40kwh.
a écrit le 21/05/2018 à 13:38 :
La batterie encombrant , lourd , dangereux , cher et polluant tout pour plaire à ceux qui envisagent de voyager ...
a écrit le 21/05/2018 à 8:02 :
.... dommage pour des lignes aussi lourdingues !
On croirait de l'allamand !
a écrit le 20/05/2018 à 12:23 :
Les estimations du cycle NEDC sont une plaisanterie bien relayée par les médias. Elle annonce très généreusement 378 km d’autonomie pour cette nouvelle Leaf. Ouf, le NEDC sera progressivement remplacé par la norme WLTP, assez proche du cycle américain, qui annonce 270 km d’autonomie avec la nouvelle Leaf.
Réponse de le 20/05/2018 à 19:37 :
Qui fait mieux, Tesla à 3 ou 4 fois le prix et en train de couler ?
a écrit le 20/05/2018 à 0:37 :
La TIPP et TVA rapportent 75 milliards eur/an, et l'état si dégradé des routes , et malgré ces taxes n'en profite pas. Quand essence et gazole disparaitront, ils taxeront tout autant et différemment les véhicules.
Réponse de le 21/05/2018 à 8:04 :
" etat degradé des routes " !?!
Il y a de l'argent pour les dos d'ane , les chicanes et les ronds points , pas pour les nids de poule ou les revetements : cherchez l'erreur .......
Réponse de le 21/05/2018 à 15:10 :
Pour tout çà, toujours de l'argent dispo, ces bidules si chers de ces maniaques. Les 75 Milliards de la TIPP et TVA sur carbur, plus !!! que l'impot sur le revenu 46 M, 75 M payés en roulant, et rien n'y revient en entretien et sécurisation. Alors 80 KM/H, et après poursuite de la dégradation 70KM/H
Réponse de le 21/05/2018 à 19:47 :
@Hassan Ceheffe - Non, il n'y a pas d'erreur, tout est fait pour rouler moins vite...y compris les nids-de-poule.
a écrit le 19/05/2018 à 22:29 :
La Nissan LeapF !
qui leap frog les froggies...
a écrit le 19/05/2018 à 22:24 :
Voiture électrique c'est bien 300 ou 350 km mais ils ont calculer sa avec une chauffeur et sans bagage sans rien voiture vide. Avec 4 personnes à bord plus les bagages ça fait 250 km. Imagine Bordeaux Marseille 700 km. Il y a à peu près 12 heure de route. Certains c'est moins cher comme un voiture classique mais la route il est longue. Et en plus je ne sais pas pourquoi mais les voitures électriques ils sont toujours moches.
a écrit le 19/05/2018 à 20:35 :
Ma prochaine auto, c'est certain, avec un 0 à 100 en 7.6sec on grille tout le monde au démarrage, le pied, silencieux, très bon frein moteur, les freins s'use moins, très peu d'entretien, bref quasi sans faute
Nota autonomie 270 en mixte, tout à fait convenable vu qu'on refait le plein chez soit
... 2€/ 100km
a écrit le 19/05/2018 à 18:08 :
350kg de batterie hautement inflammable ! Autonomie réelle moins de 200Km et temps de recharge à 80% en 30 mn soit de fait 150km d'autonomie à 130 sur autoroute . L'électrique c'est parfait pour Zoé en ville , un vélo électrique avec un toit ... L'avenir c'est l'hydrogène .
Réponse de le 19/05/2018 à 18:53 :
C'est bien de penser à l'avenir.
Mais le présent c'est maintenant.
Une autonomie en km c'est une façon de penser, moi je pense usage.
Et là c'est juste canon.
Réponse de le 20/05/2018 à 8:15 :
Tu appuies sur le fait que soi-disant les batteries seraient hautement inflammables (ce qui n'a pas spécialement été observé pour les voitures actuellement sur le marché) alors que tu prônes les voitures à hydrogène qui ont des réservoirs non seulement bien plus inflammables mais aussi explosifs ! L'hydrogène est très dangereux, en labo, les normes le concernant sont très draconniennes et rendent douteux son utilisation à grande échelle dans les transports. De plus, c'est un gouffre énergétique pour la production à grande échelle.
Pour notre pays, ce serait bien si l'hydrogène fonctionnait comme l'Air Liquide deviendrait l'équivalent d'une major pétrolière mais malheureusement ce ne sera jamais le cas, entre-autre pour les raisons évoquées ci-dessus (mais pas seulement).
a écrit le 19/05/2018 à 11:10 :
Ça va faire comme pour les smartphones : chaque nouvelle version sera améliorée et au final la voiture électrique va s'imposer. D'autant plus que des technologies de "rupture" arrivent concernant les batteries, avec très bientôt des autonomies dépassant les 1000 km et des recharges très rapides. Ayant travaillé à la Poste je peux vous dire que les kangoos électriques étaient très convoités ! Moins de fatigue, moins de bruit, pas de vitesses, couple dispo dès les premières secondes...que va t il rester aux véhicules thermiques ? Rien.
Réponse de le 19/05/2018 à 14:31 :
Idem, mon Kangoo EV de 2011 m'a fait rouler 120 000 km et c'est pas fini.
Moins de stress, moins de bruits agressifs, fini le gasout sur les mains, et 600 € d'entretien/controle en 7 ans.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :