« Le Sénégal a fait d'énormes progrès d’attractivité » (Mountaga SY, DG de l'APIX)

Il y a un an, le 1er Mai 2015, , le Sénégal décidait de supprimer les visas... pour mieux doper son économie et relancer notamment le tourisme et les affaires. Directeur général de l'Agence des investissements et grands travaux (APIX), Mountaga Sy s'en félicite et souligne les progrès réalisés en matière d'investissements privés. Un entretien exclusif, réalisé à Dakar par Bruno Fanucchi.
Mountaga SY, DG de l'APIX, Agence sénégalaise des investissements et grands travaux
Mountaga SY, DG de l'APIX, Agence sénégalaise des investissements et grands travaux (Crédits : DR)

La suppression de tout visa pour le Sénégal a-t-elle eu tous les effets escomptés ?

Mountaga Sy - Ce fut une très bonne décision et on en voit déjà les résultats. Le Sénégal est en effet une destination touristique majeure. Nous avons à peu près 700 km de côte et 500 km de plage, avec une température moyenne de 25°C et un taux d'ensoleillement de 3000 heures par an. Et il fallait prendre des mesures importantes pour rendre la destination sénégalaise plus attractive, avec la simplification des procédures administratives et la réduction des taxes aéroportuaires afin de proposer des tarifs intéressants. Le tourisme est une ressource majeure pour le pays.

Le tourisme se porte donc mieux...

Le Club Med revient et c'est bien. Nous avons de nombreux sites touristiques magnifiques et les possibilités d'investir au Sénégal sont donc énormes. L'idée du président Macky Sall est de faire du Sénégal un « hub » touristique : le tourisme d'affaires, le tourisme médical, le tourisme balnéaire... Mais nous avons aussi d'excellentes collaborations avec des sociétés françaises, comme la Cité du savoir, pour offrir aux Sénégalais et aux jeunes de la sous-région vos compétences en terme d'accès au savoir. En juin dernier, nous avons eu la visite des ténors de l'industrie française qui ont été reçus par le président Macky Sall et le Premier ministre. Ils ont manifesté leur intérêt à venir investir au Sénégal, où tous les grands groupes français sont déjà présents. Nous sommes cependant ouverts au monde et pas uniquement aux Français...

Quels sont précisément les secteurs porteurs pour les entrepreneurs français ?

Ces secteurs sont déjà bien identifiés car notre premier partenaire d'investissement reste toujours la France. Nous avons des projets au niveau de l'agriculture et d'autres projets dans les infrastructures routières, ferroviaires et aéroportuaires. Pour les deux premières, la France a une expertise avérée et des expériences réussies. Voilà des secteurs où les investisseurs français pourront démontrer leurs talents et avancer avec des partenaires sénégalais. Le Plan Sénégal émergent (PSE), porte sur six moteurs de croissance. Deux moteurs qui ont tiré toute l'économie sénégalaise : les BTP et les services. Puis les quatre moteurs traditionnels que sont l'agriculture, le tourisme et l'habitat social, l'énergie avec les projets miniers, les infrastructures... Tout cela a été combiné en 27 projets phares qui offrent une plate-forme d'attractivité pour les investisseurs en général et les Français en particulier.

Vous avez accompli de sérieux progrès en termes d'attractivité...

Oui, le Sénégal a fait d'énormes progrès d'attractivité qui lui ont permis de faire un bond de 8 % pour les investissements privés (passant de 1 539 milliards de francs CFA en 2014 à 1 659 milliards en 2015) et un bond de 17 % pour les investissements directs étrangers. Notre pays est ainsi resté deux ans dans le top 10 mondial des réformes menées à bien, avec des avancées courageuses dans des domaines comme la création d'entreprises, la protection des investisseurs, l'accès au foncier ou le transport commercial... Nous commençons à en recueillir les fruits.

Quelles sont les autres priorités du Sénégal ?

Grâce au PSE du président Macky Sall, notre priorité est la construction d'une nouvelle ville, à Diamniadio, qui a pour objectif de désengorger Dakar, une capitale hypertrophiée où sont concentrées trop de population et d'activités. Après le Centre de conférences international, inauguré pour le Sommet de la Francophonie en novembre 2014 - un projet réalisé en 4 ans sur une assiette foncière de 500 hectares -, le Parc industriel de Diamniadio devrait être livré prochainement et des immeubles d'habitation commencent à sortir de terre. La mise en oeuvre du pôle urbain de Diamniadio suit donc son cours de manière normale et cohérente.

En revanche, le nouvel aéroport de Dakar a pris du retard ?

C'est exact. L'aéroport international Blaise-Diagne, situé à Diass, à 47 km au sud-est de Dakar, est en retard, même si la mise en oeuvre technique de ce projet suit son cours et que les travaux sont achevés à 95 %. L'État travaille avec ses partenaires sur la manière de pouvoir lever tous les obstacles à la bonne réalisation et à l'achèvement du chantier.

Comment faire de Dakar une « smart city » ?

Dakar est une presqu'île qu'il faut maintenant raccorder à ce qui va exister à Diamniadio pour qu'il y ait une cohérence globale. On a la possibilité de réaliser à Dakar une belle cité des affaires avec des logements haut de gamme, afin de disposer dans la capitale d'une administration performante en termes de mobilité urbaine et de services. Avec l'extension du port autonome et la construction d'un nouveau port à Bagny, à 30 km, adossé à la zone économique spéciale intégrée, Dakar va offrir un nouveau visage et de nouveaux espaces fonciers permettant d'aller vers une dynamique de « smart city ».

...

Retour au SOMMAIRE EUROMED-AFRIQUE

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 17/05/2016 à 18:09
Signaler
Vos affirmations sont extraordinairement stupéfiantes. Dire que les sénégalais sont xénophobes ne constituent que des mensonges éhontés. Je me demande même si vous avez mis ne serais qu'un orteil au Sénégal. Parce que pour dire de telles énormité d'u...

à écrit le 27/04/2016 à 23:27
Signaler
Les affirmations du directeur de l'AFIX sont stupéfiantes pour qui connait la situation calamiteuse du Sénégal qui a tout fait depuis 20 ans pour faire fuir touts les investisseurs étrangers. Bureaucratie extrême, harcèlement de l'Administration séné...

le 30/04/2016 à 11:47
Signaler
c'est vrai. le Sénégal vient de être déclaré pays le plus pauvre dans la liste .a éviter

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.