Les fragilités de la Chine, une chance pour l'industrialisation de la Méditerranée ?

 |   |  577  mots
Jean-Louis Guigou, Délégué général fondateur de l'Institut de prospective économique du monde méditerranéen (Ipemed, Paris) (Crédits : DR)
Jean-Louis Guigou, Délégué général fondateur de l'Institut de prospective économique du monde méditerranéen (Ipemed, Paris) (Crédits : DR) (Crédits : DR)
Avec les fragilités de l'économie chinoise qui apparaissent de plus en plus, notamment avec le plongeon actuel de ses exportations, la crainte d'une nouvelle déstabilisation majeure de l'économie mondiale commence à se répandre. Mais ces changements en Chine constituent aussi une opportunité pour réindustrialiser des pays du Sud et de l'Est de la Méditerranée (PSEM), ainsi que la France et l'Europe. Par Jean-Louis Guigou, délégué général de l'IPEMED (Paris).

Le Gouvernement chinois a pris deux orientations nouvelles : sur le plan intérieur, il vise à favoriser l'augmentation des revenus, la consommation et le développement des classes moyennes, plutôt que l'exportation ; sur le plan extérieur, il cherche à renforcer l'intégration régionale par la production et l'investissement, avec la création de la Banque asiatique pour les investissements et les infrastructures (BAII)

85 millions d'emplois industriels vont quitter la Chine

Désormais, la Chine n'est plus favorable à l'arrivée des IDE étrangers qui vont capter le revenu et la consommation des Chinois. Compte tenu de l'augmentation des salaires, le différentiel avec les pays développés se réduit considérablement. Mieux, la Banque mondiale prévoit que, d'ici à quelques années, 85 millions d'emplois industriels vont quitter la Chine et se relocaliser soit dans les pays développés, soit dans des pays émergents.

Les PSEM bénéficient de nombreux avantages comparatifs

C'est là que les pays du Sud et de l'Est de la Méditerranée ont une chance considérable de pouvoir bénéficier de ces relocalisations. Les PSEM bénéficient de nombreux avantages comparatifs :

-    ils ont une main d'œuvre qualifiée relativement peu onéreuse et de grande qualité ;

-    le coût des énergies fossiles et renouvelables constitue un avantage indéniable ;

-  les pays méditerranéens sont sur le parcours maritime des échanges venant d'Asie et à destination de l'Occident : Amsterdam, Rotterdam peuvent être des lieux d'assemblage et de transformation industrielle ;

-  les pays du Sud de la Méditerranée sont les voisins immédiats du grand marché commun européen de 500 millions de consommateurs aisés ;

-  les PSEM peuvent s'industrialiser en utilisant le modèle de la coproduction avec les pays européens.

À l'exemple du Japon et de l'Allemagne

Au même titre que le Japon industriel s'est développé dans les années 1960-2000 en faisant bénéficier de son développement les Dragons et les Tigres du sud-est asiatique ;

au même titre que l'Allemagne a maintenu son activité industrielle de pointe, tout en entraînant dans son sillage de coproduction les pays d'Europe centrale et orientale ;

au même titre que l'Amérique du Nord est en train de se réindustrialiser en entraînant dans son sillage le Mexique à travers ses usines de maquiladoras (création de 2 millions d'emplois en huit ans) ;

au même titre, les pays du Sud et de l'Est de la Méditerranée pourraient se réindustrialiser, en coopération avec l'industrie européenne et chinoise sur des fragments de production haut de gamme. Peugeot (PSA) en est un bel exemple : depuis que les Chinois sont entrés au capital de Peugeot, cette société met le cap au Sud avec une ou deux importantes implantations au Maghreb, pour aller plus loin vers le Moyen-Orient, l'Égypte et l'Afrique subsaharienne.

Accélérons la coproduction sur des chaînes de valeur haut de gamme permettant aux trois pays du Maghreb, en priorité, de devenir des pays émergents (passage d'un taux de croissance de 4% à un taux de croissance de 10% sur la durée), en accompagnant avec nous l'évolution prévisible de la politique industrielle chinoise.

L'Algérie, en particulier, a une carte extraordinaire à jouer, car, avec les sources d'énergie qu'elle possède, elle pourrait entraîner les autres pays du Maghreb à devenir la Ruhr de l'Europe.

...

Retour au SOMMAIRE EUROMED- AFRIQUE

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/08/2015 à 19:52 :
si l'algérie s'industrialise c'est une très bonne nouvelle. Si des millions d'emploi y sont créés on pourra distinguer ceux qui veulent travailler et ... les autres.
a écrit le 12/08/2015 à 17:21 :
L'handicap majeur des PSEM n'est pas évoqué dans ce bel article: à part quelques exceptions comme le Maroc, c'est l'instabilité politique chronique, pour ne pas dire la guerre civile permanente.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :