Protéger nos cerveaux

HOMO NUMERICUS. Pour la première fois, la Constitution d'un pays, le Chili, instaure des « neurodroits », destinés à protéger les cerveaux humains des dérives de la technologie. Par Philippe Boyer, directeur relations institutionnelles et innovation à Covivio.
Philippe Boyer

6 mn

(Crédits : Gerd Altmann via Pixabay)

Pas sûr qu'Elon Musk soit le bienvenu à Santiago. L'emblématique patron de Tesla, et depuis peu de Twitter, est également le créateur de la société Neuralink(1) qui a pour objet d'élaborer une connexion directe entre le cerveau de l'Homme et des ordinateurs, et cela, grâce à des implants placés dans le cortex. D'abord à usage médical, pour soigner des troubles neurologiques graves, Elon Musk ne cache pas qu'il a également pour ambition d'implanter des puces dans des cerveaux humains afin de doter l'organisme d'un supplément de capacités digne d'un ordinateur.

Connecteriez-vous votre cerveau ?

Pour l'heure, seule la truie Gertrude(2) eut « l'honneur » d'expérimenter cette interface cerveau-machine (ICM), digne d'un passable ouvrage de science-fiction. Grâce à la puce de 8 millimètres insérée dans son cerveau, les scientifiques ont pu observer l'activité neuronale de l'animal selon que Gertrude se nourrissait, se déplaçait ou encore dormait. Fort de ces premiers essais pratiqués sur des cobayes animaux, le fondateur de Neuralink rêve déjà à l'étape suivante : obtenir les autorisations pour implanter des puces dans les cerveaux d'humains volontaires. Une fois ceci réalisé, ceux-ci pourraient alors « utiliser un smartphone avec leur esprit plus rapidement qu'avec leurs pouces(3) ». Nul besoin de préciser que les conséquences de cette idée de connexion « Hommes-machines » percutent nos convictions éthiques, philosophiques et morales les plus profondes, à commencer par le simple énoncé de ces quelques questions de bon sens : à qui appartiendront les données issues de nos cerveaux, de nos pensées, voire de nos rêves ? A quelles fins pourraient-être utilisées ces technologies ? Et puis, quelles nouvelles inégalités pourraient-elles créer ? Abyssales interrogations...

Modification de l'article 19 de la Constitution du Chili

C'est dans ce contexte, où la techno-réalité dépasse la science-fiction, que l'ex-président de la République chilienne, Sebastian Piñera (les récentes élections de mars 2022 l'ont, depuis, démis de ses fonctions) prit l'initiative de proposer et faire voter une loi, puis de modifier la Constitution de son pays en légiférant sur les «neurodroits» (neuroderechos) ou droits du cerveau. La modification constitutionnelle fut promulguée le 14 octobre dernier et l'ajout d'un nouvel alinéa de quelques lignes à l'article 19(4) suffit à faire du Chili le pionnier dans la protection des « droits du cerveau » en inscrivant que « le développement scientifique et technologique est au service des personnes et doit se faire dans le respect de la vie et de l'intégrité physique et mentale. La loi réglemente les exigences, les conditions et les restrictions de son utilisation chez les personnes, et doit notamment protéger l'activité cérébrale, ainsi que les informations qui en proviennent(5)».

Se prémunir contre le « brain hacking »

Dans ses travaux préparatoires, le Sénat chilien détailla ce qu'il faut entendre par « neurodroits inaliénables ». En l'occurrence, il s'est employé à établir et détailler trois conditions de préservation des individus qui auraient été soumis à un éventuel « piratage de cerveau » (brain hacking) dès lors qu'une machine aurait été connectée, consciemment ou pas, à leurs cerveaux : 1/ affirmer la préservation des données de l'esprit humain afin d'éviter leur trafic, 2/ encadrer le rôle des « neuroalgorithmes » et 3/ limiter les capacités d'écriture dans le cerveau(6). On croirait lire le script du film du réalisateur Christopher Nolan, « Inception », qui met en scène la capacité à lire dans les rêves et à graver des idées dans le cerveau de personnes.

Cerveau connecté : mythe ou réalité ?

Face à Elon Musk qui n'hésite pas à surenchérir en proclamant que nous serions proches d'une sorte de singularité couplant Hommes et machines, il faut se méfier des annonces tonitruantes promptes, d'une part, à faire naître des attentes démesurées chez des patients atteints de pathologies neurologiques et, d'autre part, d'entretenir le mythe d'une machine connectée à notre cerveau capable de sonder notre tréfonds cérébral. La lecture de la littérature scientifique sur ce sujet remet quelque peu les pendules à l'heure(7).

En 2014, des scientifiques européens publièrent une lettre ouverte(8) à l'Union européenne demandant une réorientation urgente du projet « Human Brain Project(9) » qui vise, d'ici à 2024, à simuler le fonctionnement du cerveau humain grâce à un superordinateur qui fournirait des informations capables d'aider à développer de nouvelles thérapies médicales pour soigner les maladies neurologiques. Pour ces scientifiques, il faudra bien plus qu'une machine, aussi puissante soit elle, pour simuler le comportement d'un cerveau entier. Rien que pour le cortex (la partie supérieure du cerveau), ce sont des milliards de neurones, pouvant chacun se connecter à 10.000 autres par le biais de quatre à dix messages chimiques différents. Et, en plus du cortex, il faut ajouter les autres zones du cerveau (cervelet, système limbique...) qui, elles aussi, interagissent les unes avec les autres. Cette lettre ouverte des scientifiques porta ses fruits puisque le projet « Human Brain Project » fut remodelé et l'utopie d'un futur humain connecté passa au second plan au profit de la recherche neurologique.

Éthique des neurotechnologies

En Europe, aux Etats-Unis ou en Asie, de nombreux programmes de recherche en neurosciences sont en cours et drainent des budgets très importants. Du fait de leurs objets qui, parfois, frisent avec la manipulation mentale et la prise de contrôle du cerveau, la seule limite à se fixer est celle de l'éthique.

Pour l'heure, il n'existe pas (encore) de charte mondiale que les Etats s'engageraient à respecter, à l'instar de nombreux traités internationaux sur la non-prolifération d'armes nucléaires.

Les futures grandes règles éthiques à respecter sont néanmoins connues : d'abord, la confidentialité et le consentement des données collectées. Ensuite, la préservation de l'identité et, en cela, la non-altération de notre capacité à choisir nos actions (ce principe renvoi à l'idée que des implants neuronaux pourraient influencer nos effets cognitifs, émotionnels, voire notre personnalité même).

Et enfin, la maîtrise du domaine problématique de l'augmentation cognitive. Ici, il s'agirait de borner ce que les neurotechnologies pourraient apporter en matière d'amélioration des performances cognitives afin d'aboutir à cet humain artificiellement « augmenté ».

Autant de garde-fous éminemment éthiques destinés à éviter qu'un docteur Folamour n'ouvre un jour la boîte de Pandore et qu'un « neuro-charlatanisme » ne devienne la norme. Si tel était le cas, il ne nous resterait alors qu'à traverser l'Atlantique, direction Santiago.

___
NOTES

1 https://neuralink.com/

2 https://siecledigital.fr/2020/09/02/neuralink-teste-son-implant-neuronal-sur-des-porcs/

3 https://medium.com/geekculture/how-elon-musks-neuralink-could-disrupt-the-smartphone-industry-1b18d4a583d2

4 https://www.senado.cl/proteccion-de-los-neuroderechos-a-un-paso-de-pasar-a-segundo-tramite

5https://www.bcn.cl/leychile/navegar?idNorma=1166983&idParte=10278855&idVersion=2021-10-25

6 Bruno Patino Tempête dans le bocal, Ed Grasset 2022

7 A lire : Les nouvelles frontières du cerveau, Hors Série Le Point

8 https://www.science.org/content/article/updated-european-neuroscientists-revolt-against-eus-human-brain-project

9 https://www.humanbrainproject.eu/en/

Philippe Boyer

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 03/05/2022 à 6:07
Signaler
Au moins, certain s'aperçoivent que l'innovation n'est pas le progrès, mais bien au contraire!

le 03/05/2022 à 8:05
Signaler
Ce n'est pas vrai non plus, tout dépend de qui l'a entre les mains mais comme plus on possède et plus on est possédé ben forcément en effet on ne peut que déplorer d'abord et avant tout une mauvaise utilisation, car marchande, de la recherche et de l...

à écrit le 02/05/2022 à 17:52
Signaler
Merci beaucoup pour cette information passionnante en ce qui concerne cette initiative particulièrement intelligente du Chili car les GAFAM sont très riches et leurs idées parfois excellentes mais parfois glaçantes comme le transhumanisme vont de ce ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.