L'assurance, dernier marché protégé ?

 |   |  385  mots
(Crédits : Décideurs en région)
France Innovation, le pôle de compétitivité banque-finance-assurance, a lancé mardi 17 mars InsurTech sur le thème de la French tech. Il s'agit de fédérer, autour des assureurs, les acteurs de création depuis les start-up du numérique jusqu'à l'enseignement supérieur, pour innover sur ce marché. Un livre blanc remis ce même jour fourmille d'idées. J'y contribue depuis trois ans.

De fait, l'assurance comme la banque sont dans un monde en totale mutation avec les outils numériques, la confiance numérique, l'assurance collaborative... Justement, le numérique transforme chaque jour la banque. Celle-ci crée ses propres banques numériques (ou les achète). Elle voit lui échapper des transferts d'argent par les réseaux sociaux (pour Amazon, cela représente 274 millions de dollars au quatrième trimestre 2014 ; Snapchat a créé Snapcash ; Twitter suit, etc.). Paypal est un nouveau concurrent des banques, comme Apple Pay et la NFC (paiement à distance par lecture d'une puce) ou, demain, l'opérateur téléphonique Orange.

Le financement participatif n'est plus un marché de levée de fonds négligeable.

Le compte «bancaire» se développe sans banque, comme Nickel, qui propose une carte bancaire aux plus modestes, ou Ipagoo, qui évite les frais pour les familles ou les PME présentes sur plusieurs pays, plusieurs monnaies, et facilite ainsi les virements. Les exemples ne manquent pas de ce grignotage, ce partage du marché bancaire. Chaque jour ou presque apporte des exemples, quand bien même tous ne sont pas des réussites.

Certes, l'assurance est protégée par la loi et son principe de solidarité financière.

Cela n'aura qu'un temps : tout change

C'est pourquoi InsurTech est une urgence. La génération Y - les 18-35 ans - attend une nouvelle approche de l'assurance.

Elle représente plus du quart du marché et est ouverte largement aux initiatives du numérique, dont les acteurs de l'assurance ne sont pas, sans conteste, les haut-parleurs. Le marché s'ouvre à de nouveaux entrants. L'assurance britannique est finalement bien éloignée de l'assurance française. L'Europe de l'assurance va s'accélérer ou sera dépassée. Les frontières et les lois qui protègent encore les marchés n'ont qu'un temps. Uber a dépassé les frontières, comme Airbnb. Il y a cinq ans, il n'y avait pas de pneus chinois pour poids lourds en Europe... Il s'en vend aujourd'hui des millions. InsurTech est plus qu'un signal faible, c'est le signal fort de la révolution annoncée d'un marché. Un signal urgent.

Je repars en plongée.

_______

L'ouvrage le plus récent de Philippe Cahen :
Les Secrets de la prospective par les signaux faibles, Éditions Kawa, 2013

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :