Brexit et Frexit... Ce n'est pas identique

 |   |  801  mots
(Crédits : DR)
Oscar Wilde a dit un jour que « le mariage consiste à régler ensemble des problèmes que l'on n'avait pas séparément »... Le divorce que constitue le Brexit, la première expérimentation d'une sortie de l'Union européenne, « c'est un peu le contraire, c'est régler séparément des problèmes que l'on n'avait pas ensemble ».

Empruntée à Stéphane Boujnah, le patron d'Euronext qui nous accorde cette semaine un long entretien sur les conséquences pour la Bourse paneuropéenne du veto de Bruxelles sur la fusion entre le London Stock Exchange et Deutsche Börse, ce détournement de la formule du romancier britannique, génie de l'absurde, fera sourire. Elle n'en sonne pas moins assez juste et devrait plutôt inquiéter.

Le 29 mars, "the D-DAY"

Engagé officiellement par Theresa May mercredi 29 mars, le même jour - la coïncidence n'en est peut-être pas une - que l'annonce de l'échec du mariage des Bourses de Londres et de Francfort, la négociation sur le Brexit sera dure et fait entrer l'Europe dans une longue période d'incertitude. Elle sera dure parce que face à l'impréparation des Britanniques sur les conséquences de la sortie de l'UE, les Européens ont fixé un cadre procédural et un calendrier très clair et très précis. Brexit veut dire Brexit, et cette séparation ne pourra pas ne pas avoir des conséquences très concrètes, dont l'échec de la fusion DB-LSE est un premier signe (lire page 8). Il aurait quand même été ubuesque que la City de Londres garde ainsi un pied dans la zone euro en devenant le siège de la principale bourse continentale par son poids capitalistique. Au-delà des questions de concurrence qu'aurait posé cette fusion, c'est une question de cohérence.

Après le Brexit, il n'y aura plus de continuité réglementaire entre Londres et le continent. Cela fait des années que la City domine la finance européenne en imposant à Bruxelles le cadre réglementaire qui lui est le plus favorable. Avec le Brexit, cela va nécessairement se rééquilibrer et ce sera à l'Europe de saisir cette opportunité pour renforcer l'attractivité globale du continent et développer ses places financières en bénéficiant de l'avantage du passeport européen que vont perdre tous les acteurs financiers installés au Royaume-Uni.

Pour l'instant, Francfort et Dublin se détachent nettement pour accueillir l'exode des banques internationales de la City, la première parce qu'elle héberge le siège de la BCE, et la seconde parce qu'il n'y a pas de barrière linguistique. Paris reste considérée comme une place financière de seconde zone, même si la métropole française est sans doute la plus attractive par sa qualité de vie. La France souffre aussi d'une image négative dans le monde anglo-saxon en raison de sa lourde fiscalité et de son instabilité réglementaire. L'inconnue des élections présidentielles de 2017 ajoute à la confusion, alors que la possible victoire de Marine Le Pen agite le spectre du Frexit et de la sortie de l'euro.

Jamais une élection présidentielle n'a été au coeur d'enjeux aussi essentiels

Quel que soit celui qui sera opposé à la candidate du Front National au second tour, le vote du 7 mai va se transformer de facto en référendum pour ou contre le maintien de la France dans l'Union européenne, et pour ou contre le retour au franc. Pour les souverainistes, le Brexit légitime leur revendication d'une sortie de l'euro.

Il s'agit d'un leurre dangereux. Même improvisé, le divorce du Royaume-Uni et de l'Union européenne ne s'accompagne pas de l'aventure d'un changement de monnaie aux conséquences imprévisibles ; par ailleurs, le Brexit ne rime pas avec repli sur soi de la Grande-Bretagne : au contraire, le gouvernement conservateur croit plus que jamais aux vertus du libreéchange et développe une stratégie de « Global Britannia », aux antipodes des discours du Front National qui ne cesse de dénoncer les « mondialistes ».

Brexit et Frexit, ce n'est donc pas identique

D'un côté, on a une Grande Bretagne qui va se redéployer à l'international et tenter de sortir par le haut de la négociation à grands risques engagée avec l'Union européenne - et l'on peut compter sur le flegme et le pragmatisme britanniques pour limiter la casse et trouver un nouvel équilibre dans le jeu mondial, y compris dans ses relations avec une Union européenne qui a l'occasion de se redéfinir.

De l'autre, il y a une volonté de détruire tout ce qui a été bâti au cours de soixante années de construction européenne, sans proposer aucune stratégie alternative pour une France qui se retrouverait isolée et repliée sur elle-même, avec une monnaie dévaluée, une industrie et des épargnants ruinés. Il reste cinq semaines aux Français pour choisir. Le 7 mai, le visage qui apparaîtra à 20 heures sur les écrans de télévision déterminera le destin du pays.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/04/2017 à 21:30 :
Brexit, frexit, tout ça c'est de la dialectique, l'essentiel ce de sortir de cette m...e qu'est l'EU, le machin, l'arnaque et de ne plus être soumis à cette commission de technocrates non élus par les peuples.
a écrit le 07/04/2017 à 21:28 :
Ben il nous sert à quoi l'Euro?
:à rien, en 2008 on avait moyen d'exploser le dollar et faire de l'euro la monnaie de référence mondiale, au lieu d'agir fermement et brutalement les gouvernements sont restés comme des moutons apeurés espérant la remontée de cette maudite monnaie.
L'euro ne nous sert à rien et même nuisible, l'Europe est devenu un machin à la solde des lobbys.
Quittons-la, on ne s'en portera que mieux, notre agriculture nous dira merci, on retrouvera nos zônes de pêche, nos industries des clients et l'immigration sauvage ira frapper à d'autres portes "ici c'est bien, on est heureux mais il n'y a rien à gagner, partons voir plus loin"
a écrit le 07/04/2017 à 14:27 :
La question n'est pas tant de craindre un frexit ou une sortie de l'euro car cela n'arrivera pas. Les français y sont farouchement hostiles. La question est surtout d'éviter le gouvernement économique de la zone euro, la convergence socialo fiscale, l'Europe de la défense, les travailleurs détachés, l'impossibilité de contrôler ses frontières quand on en a besoin, la perte de la souveraineté juridique sur certaines questions de droit, etc...toutes soi disant avancées "par cercles concentriques" dont les français ne veulent pas non plus. L'Europe n'est ni la cause ni la solution à nos problèmes. Nous devons construire un programme de redressement français et si certains traités ou certaines directives nous bloquent dans la mise en œuvre, ruer dans les brancards en profitant de notre poids dans l'Europe comme l'avaient fait tout simplement de Gaulle ou Thatcher.
a écrit le 07/04/2017 à 11:44 :
Article mensonger et calomnieux.

Le Pen ne propose pas le frexit; et Asselineau n'a rien à voir avec votre propagande fumeuse et irresponsable.

Avis aux lecteurs : regardez bien le programme dans son entier.
https://www.upr.fr/wp-content/uploads/2011/01/Programme-Francois-Asselineau-2017.pdf

C'est actuellement que nous nous coupons de + en + du monde sous l'empire des traités européens (TUE art.42), de l'abandon de notre siège français à l'OMC, de la casse de la diplomatie française et de la francophonie, enfin par notre participation à des guerres illégales (Lybie, Afghanistan, Irak, Syrie, illégales car contrevenant à la charte de l'ONU).

L'auteur ne trouve rien à redire aux politiques bellicistes qui déciment des continents entiers, mais il salit les pacifistes.
Réponse de le 07/04/2017 à 15:53 :
1 Franc = 1 € c'est la pire arnaque du siècle.
Lors de l'introduction de l'€ il fallait 6,5 Francs pour 1 €.
Faites moi rire. Pour quelles raisons le Franc deviendrait plus fort?
Cela ne tiendra pas 5 minutes.
Réponse de le 07/04/2017 à 18:32 :
Chat échaudé craint l'eau froide, vos craintes sont compréhensibles.
Quand on est passé du franc à l'euro, cette crainte était justifiée et j'étais plutôt de l'avis que vous avez maintenant (changement de monnaie=arnaque).
Mais vous ne donnez aucun argument... Avez-vous étudié la question?
Donnez-vous simplement le temps de comprendre, plutôt que de croire.
https://youtu.be/iZ6diUzQPj0
Réponse de le 26/09/2018 à 16:29 :
Il ne faut pas comprendre 1€ = 1Francs d'avant l'euro mais comme un nouveau Francs qui au départ aura la valeur de l'€ et qui évoluera dans le temps pour s'adapter à la compétitivité de notre économie
a écrit le 07/04/2017 à 10:50 :
Pour sortir de l'UE il faut un referendum du peuple, le president ne choisira rien du tout! faut arreter un peu de dire n'importe quoi
Réponse de le 08/04/2017 à 10:26 :
Si le président a mis ça (la sortie de l'EU, du machin quoi) dans son programme et qu'il est élu sur son programme, c'est que le peuple à déjà choisi, donc pas besoin de faire un référendum, sauf s'il dit dans son programme qu'il en fera un. C'est clair maintenant ! Arrêter de dire n'importe quoi.
a écrit le 07/04/2017 à 10:34 :
Les Pours (Pros U.E.) utilisent tout le temps la peur pour convaincre, que le pire pourrait nous arriver . Mais jamais au grand jamais ! que notre situation pourrait s'arranger dans l'U.E. mais plutôt que nous vivons au-dessus de nos moyens , donc qu'il va falloir encore se serrer la ceinture . Pas d'espoir . Mais nous voyons bien , les plus riches ont doublé et certains triplé leurs fortunes depuis l'an 2000 . Il y a qu'une classe de gens qui vont bien et même très bien, qui vous tondent qui ont intérêt à que rien ne change. Et surtout , vous coûtez trop cher.
a écrit le 07/04/2017 à 9:50 :
Quel parti pris et quel manque d'honnêteté dans ce dernier paragraphe Frexit versus Brexit ! Dommage que certains journaliste fasse passer au premier plan leur a priori et non une analyse objective...
a écrit le 07/04/2017 à 9:32 :
Ne dites pas que l'on est "ouvert" sur le Monde quand on "s'enferme" dans cette UE de Bruxelles! On disparait, un point c'est tout!
a écrit le 07/04/2017 à 9:20 :
y a un truc qui est identique c'est la raison pour laquelle les brits ont vote brexit et pour laquelle les francais risquent de voter frexit........
et la raison c'est pas l'europe..........
hint? oui, aller discuter avec les gens dans la rue, vous aurez des elements de reponse (enfin ' ceux que les politiciens ne veulent pas voir')
c'est d'autant plus marrant, quand on voit que desormais le ru fait les yeux doux au.............moyen orient!
a écrit le 07/04/2017 à 8:50 :
Tissu d'âneries d'un esprit totalement formaté par la finance et le supra-nationalisme de l'UE. Ce dangereux partisan de l'étouffe chrétien qu'est la construction actuelle a totalement zappé que l'UE ne pourra pas survivre dans son état actuel à un Frexit.
Il persiste aussi à ignorer que les fondateurs de l'Europe n'ont pas voulu la forme fédérale et l'ont écartée au profit d'une forme confédérale d'Europe d'Etats et de peuples souverains ; ce que soixante ans de pouvoirs renégats ont dénaturé.
Bien au contraire, même si le passage au Frexit doit être provisoirement difficile, il va obliger l'UE à se réformer. Au lieu d'un repli sur soit et d'un nationalisme isolationniste, c'est ce que tout partisan du Frexit espère et attend.
a écrit le 07/04/2017 à 8:45 :
Tiens pourquoi il est pas passé mon commentaire ?

"La France a peur !"

"La société pardonne bien souvent aux criminels, jamais elle ne pardonne aux rêveurs" O. Wilde.

Nous avions rêvé d'une europe des peuples on nous a imposé une europe du fric, des magouilles, des affaires politico-judiciaires, de l'évasion fiscale massive, de l'austérité à en crever, des dogmes néolibéraux des banquiers.

Cette europe là est indéfendable.
a écrit le 07/04/2017 à 8:44 :
Drôle de conclusion, mais tout ce que la France dépense pour se maintenir dans l'UE de Bruxelles, simple zone administrative, elle le dépensait a son ouverture sur le monde et c'était une réussite avant de vouloir s'enfermer dans cette union aggravé en adoptant l'euro!
a écrit le 07/04/2017 à 7:55 :
Il y a l'UE et la zone Euro. La GB est sortie de l'UE mais n'était pas dans la zone Euro. La France doit clarifier sa situation dans la zone Euro ce qui implique d'harmoniser la fiscalité des entreprises avec l'Allemagne. Personne n'en parle! C'est pourtant une priorité.
Réponse de le 07/04/2017 à 16:04 :
D'accord avec vous, deux candidats en parlent: FILLON et MACRON. Ce sont d'ailleurs les seuls qui ont un programme économique qui tient la route. L 'europe est dans l'impasse à cause de ses représentants et dirigeants politiques !
JUNCKER : il fut pendant un certain nombre d'années patron du luxembourg paradis fiscal bien connu !
DRAGHI : patron BCE , ancien de GOLMANN SACHS qui a "trafiqué" les chiffres de la grèce pour permettre son entrée dans l'euro !
Lors des élections européennes, chaque pays présente des candidats de deuxième zone : comment voulez-vous que çà fonctionne !
a écrit le 06/04/2017 à 23:49 :
Un joli article pro UE xD

Le FN / Le Pen ne veut pas sortir de l'UE...

Renseignez-vous sur les vrais conséquences positives ou négatives de la sortie de l'Union Européenne sur upr.fr
Réponse de le 07/04/2017 à 9:31 :
upr.fr, il faut aller effectivement voire ce site pour mesurer le niveau 0 de réflexion et la perception du monde complètement has been de M Asselineau.
Les "dossiers de fond" sont des fichiers PDF écrits à la va vite, sans aucune structure, reprenant des verbatim issus de divers horizons, qui pourraient être un enregistrement de brèves de comptoirs.
Merci de nous recommander UPR.FR, cela illustre parfaitement la vacuité totale de ce discours.
a écrit le 06/04/2017 à 21:21 :
Asselineau en direct à Bordeau débattant du Frexit, c' est tout de même autre chose non ....?

https://www.youtube.com/watch?v=jEBc9blEMek
Réponse de le 07/04/2017 à 9:43 :
Eh oui, il est bien le seul à savoir de quoi il parle. Tous les autres sont des guignols.
a écrit le 06/04/2017 à 21:06 :
"régler séparément des problèmes que l'on n'avait pas ensemble" est un postulat qui ne tient pas la route dès les départ. Mabille n'a pas compris, comme beaucoup de Franchouillards d'ailleurs, que les Anglo-saxons ont en horreur la limitation de leurs libertés individuelles. Boris Johnson a notamment cité les plus de 7000 lois et règlements de Bruxelles qui étouffent tout le monde. Bon, dans un pays comme la France où on préfère vivre en rampant qu'en se battant, ce genre d'articles n'est pas franchement une découverte :-)
Réponse de le 07/04/2017 à 9:33 :
Et la France n'a pas de réglements internes qui lui sont propres ?
Le code du travail, le code fiscal, ce sont aussi des milieurs d'articles que onus avons fait tout seul.
Une société complexe nécessite une réglementation complexe. C'est certain que si on retourne à l'age de pierre, on n'aura pas besoin de grand chose...
Réponse de le 07/04/2017 à 14:37 :
Cette Europe-là (issue de Giscard puis de l'Acte Unique) est de toute façon celle des français donc c'est normal qu'elle soit aussi administrative. L'Allemagne ne l'a acceptée que pour pouvoir se réunifier tranquillement. L'Angleterre n'en voulait pas et les autres ont été obligés de suivre. En plus nous l'avons votée en 1992 à 51% (en 2005 c'était bien trop tard). Nous n'avons donc que ce que nous méritons.
a écrit le 06/04/2017 à 21:01 :
Je repose pour la énième fois : où sont les caciques qui prédisaient un effondrement du marché britannique dès le vote en faveur du Brexit ?
Maintenant qu'ils ont vu que ça n'était pas l'apocalypse annoncé, ils nous disent : oui mais vous allez voir dans deux ans quand le Brexit sera effectif.
Ben voyons.
Nous dans deux ans, en France, on aura explosé la dette à plus de 100% du PIB et on sera obligé de rendre la main aux bureaucrates du FMI ; croyez-moi, ça va faire mal. Toutes les promesses des politiques à coup de milliards de dépenses seront mises au trou et l'austérité - la vraie - sera instaurée.

Le marché britannique enregistre plus d’un demi-million d’immatriculations en mars !
Réponse de le 07/04/2017 à 9:34 :
La dette à 100% du PIB, c'est pas un pb européen, c'est un choix français.
D'ailleurs, l'UE arrête pas de nous mettre en garde.
Le brexit n'a pas eu lieu, on verra...
a écrit le 06/04/2017 à 20:42 :
Discours flamboyant d'un homme flamboyant prononcé il y a bien longtemps contre l'Europe de Maastricht et tout aussi prémonitoire, à en juger les problèmes qui fleurissent en Europe. Certainement un des plus beau discours de la Vème république rappelant un homme politique comme la France en a rarement connu et comme la France n'est pas prête de revoir.
Le 29 mai 2005, lors d’un référendum, le peuple français rejetait à 54,68% le projet de traité constitutionnel européen, et pourtant on nous l'a fait passer en force ...

https://www.youtube.com/watch?v=zCLgcOc5Zho
a écrit le 06/04/2017 à 20:38 :
Il faut arrêter avec ces mots franglais stupides, on s'entend ou on ne s'entend pas pour construire ensemble l’Europe. Si oui on avance, si non c'est dommage essayons de construire autre chose.
a écrit le 06/04/2017 à 20:23 :
Bernard Mabille me fait bien rigoler, Phillipe aussi avec ses analyses européïstes. Asselineau veut sortir de la prison des peuples et récupérer la démocratie»
insistant sur le terme choisi de dictature. Ce n'est pas un terme polémique, c' est une exigence, c'est exactement ce que l'on appelait une dictature sous l'antiquité c'est à dire un groupe d'experts prétendus qui dit : voila ce qu'il faut faire, et ça, c'est exactement la définition de la Commission européenne.

La sortie de l'Union européenne, c'est pour sortir d'une dictature, sortir de la prison des peuples et récupérer la démocratie. Chez Asselineau le Frexit est analytique, assumé, réfléchi, serein et comme au RU, les criquets ne vont pas s' abattre sur les français ...!

https://www.youtube.com/watch?v=X4-MRtitpVE
Réponse de le 07/04/2017 à 9:36 :
Vu le niveau moyen des partisans du Frexit, je préfère rester dans la dictature europénne plutôt que de rentrer dans la dictature des brèves de comptoirs des illuminés.
Réponse de le 07/04/2017 à 9:53 :
@brice
Bonjour,
Que savez vous du niveau moyen des partisans du frexit ? Il est sans doute meilleur que le vôtre. Si vous préférez être soumis à des règles édictées par n'importe quelle "commission européenne" libre à vous, mais vous n'avez pas à porter un jugement de valeur sur des gens qui ne pensent pas comme vous.
Je pense que vous n'avez même pas pris le peine d'écouter ce Monsieur Asselineau, vous devriez, cela nourrirait votre réflexion.
Bonne journée.
Réponse de le 07/04/2017 à 12:37 :
@JMCL
J'ai passé une heure à lire les élucubrations de Asselineau, et je vous confirme que c'est de la brève de comptoir?
Allez lire un livre consistant sur l'UE, et vous comprendrez que la vision d'Asselineau sur l'UE, c'est aussi pertinent que de comparer la collection Arlequin à de la littérature des lumières.
Je vous invite à lire un "dossier de fond" issu du programme de l'UPRhttps://www.upr.fr/actualite/gope-nos-gouvernements-subordonnes-a-commission-europeenne
et à comparer avec la consistance des travaux de l'UE
https://europa.eu/european-union/documents-publications_fr
Oui, monsieur, je maintiens que ceux qui considèrent que la position de l'UPR est crédible n'ont aucune connaissance, ni la moindre culture de ce qu'est l'UE.
Allez passer 1 hj sur le site de l'UE, comme je l'ai fait sur celui de l'UPR
Réponse de le 08/04/2017 à 4:59 :
Quand on voit que des personnages comme Junker ont été président de la commission européenne ... question comptoir, ils sont mieux placés.
Et toi tu préfères ce genre de personnage .... ?.?.?
a écrit le 06/04/2017 à 19:09 :
Je crois que l' analyse est fausse concernant notre pays , à part dans un premiers temps pour les financiers qui vivent sur le bien commun , le reste du peuple n'en trouvera que des bienfais pour une fois dans l'histoire depuis 17 ans .
Réponse de le 06/04/2017 à 21:19 :
des bienfaits de quel ordre (rêver n'est pas interdit. Ne pas se tromper sur l'origine des difficultés) ? Si tout ce qu'on achète (carburant, gaz, autres) voient leur prix grimper, ça fera du mal au porte monnaie. Dévaluer sera indispensable pour exporter plus (sauf que ce qui vient de dehors sera plus cher), la dette du pays,vous la réglez en €, $ ? Au pire vous créez un emprunt Français, prenez l'argent des assurances vie, Livret A, pour rembourser la part de dette détenue par les étrangers (60% de 2200 milliards ?), comme ça la dette sera 100% française (et les gens auront un papier à faire valider dans 100 ans par les héritiers, genre emprunt russe,, et plus d'économies, mais c'est patriote comme geste, sacrifice !)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :