La corde et la cordée

 |   |  687  mots
(Crédits : Reuters)
ÉDITO. Quand avons-nous perdu confiance ? Cette situation ne date pas du mouvement des « gilets jaunes ». Par Philippe Mabille, directeur de la Rédaction.

Le plus important, dans une cordée, c'est la solidité de la corde. L'avoir oublié, voilà l'erreur commise par Emmanuel Macron dans l'acte I de son quinquennat. En mettant l'accent sur les « premiers » de cordée, en prenant des mesures fiscales en apparence dirigées exclusivement en direction des plus favorisés, il a provoqué une explosion de colère inédite des oubliés de la croissance qu'il a mis ensuite neuf mois à éteindre. 17 milliards d'euros de dépenses publiques plus tard, la colère s'est apaisée, mais le feu couve toujours, car ce n'est pas seulement avec une lance à incendie fiscale que le chef de l'État peut espérer rétablir la confiance rompue. Notre sondage BVA le montre : si la moitié de la population reste confiante dans son avenir personnel, l'autre moitié n'y croit plus. La fracture entre les gagnants et les perdants de la mondialisation est plus vive que jamais. Surtout, les Français sont dans leur grande majorité inquiets, pour l'avenir du pays, celui de leurs enfants et celui de la planète.

Quand avons-nous perdu confiance ? Cette situation ne date pas du mouvement des « gilets jaunes ». Elle s'inscrit dans un temps beaucoup plus long, qui, en France, a sans...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/07/2019 à 10:39 :
Ils ont cier la branche ou couper la corde impossible de la réparer sa était trop loin les gouvernements succesif en rajoute une couche avec les lois qui interdit tous sa va faire des bidons ville en France.
a écrit le 08/07/2019 à 9:20 :
Le problème aujourd'hui est que les premiers de cordée nous ont coupé la corde pour grimper plus vite. Sauf que les provisions, ce sont les sherpas qui les ont avec eux. Maintenant que les premiers de cordée sont arrivés au sommet, ils se rendent compte finalement qu'ils sont perdus sans les sherpas qu'ils ont laissé sur la paroi.
a écrit le 06/07/2019 à 10:51 :
Avant internet nous nous doutions que nous nous faisions escroquer mais comme les médias de masse nous berçaient dans la douce illusion de la démocratie cela passait.

Internet au final ne fait que confirmer ce que l'on pensait, et c'est bien pour cela qu'essayer de contrer ce média est grotesque car nous le savions bien avant mais du coup de voir tout ces mensonges, toute cette hypocrisie au nom de la seule cupidité des classes dirigeantes nous met plus mal à l'aise qu'autre chose.

Les gilets jaunes ce sont les productifs, à savoir les plus soumis au système et au principe hiérarchique qui se sont manifestés, il ne fallait pas compter sur eux pour renverser le pouvoir mais par contre qu'on ai fini par les voir applaudir les zdiastes, bb et autres véritables révoltés, alors que ce n'est pas du tout dans leur tempérament, bien au contraire d'habitude à conspuer tout ces "parasites" exposent qu'il y a un véritable fossé qui s'est creusé entre la classe des producteurs et celle des dirigeants.

La cupidité pathologique de nos propriétaires de capitaux et d'outils de production est en train d'anéantir notre société et la numérisation généralisée de toutes les institutions amplifie profondément ce phénomène d'abandon.
a écrit le 06/07/2019 à 9:11 :
Nous avons perdu confiance dés qu'une minorité c'est installé au pouvoir par le biais de manipulation médiatique et gère la France a leur profit sous la tutelle de cet administration hors sol qu'est l'UE de Bruxelles!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :