Un « monsieur X » pour 2022 ?

 |  | 1103 mots
(Crédits : dr La Tribune)
SÉRIE D'ÉTÉ POLITIQUE-FICTION - ÉPISODE 8/8. Dernier épisode de notre série "Château de cartes" qui s'achève sur un possible scénario à la "Baron noir", pour celles et ceux qui ont vu la saison 3... Et si un inconnu se lançait et turbulait la prochaine présidentielle ? Ce scénario, pas si fictionnel, est redouté par Emmanuel Macron.

« Et si on te mettait, toi, à Matignon ? » La question du président Macron se veut innocente, mais pas tellement. Dans son bureau de travail, celui se situant à l'angle, il fait face en ce début d'été à son secrétaire général, le très discret Alexis Kohler. « Comme ça tu pourrais continuer à terroriser les directeurs d'administration en direct », poursuit le chef de l'Etat. « Je ne suis pas sûr d'être la bonne personne pour ce poste. Je préfère l'ombre. Et j'ai tellement de dossiers à gérer dans les prochains mois, j'ai besoin de rester sur le pont à l'Elysée, mais vous êtes le seul juge... »

En guise d'un secrétaire général à Matignon, le président décidera finalement d'y nommer un ancien secrétaire général adjoint, Jean Castex. Sans l'ombre d'un doute. Peu importe si l'image technocratique de l'exécutif se renforce à 600 jours de la présidentielle. Seule compte « l'efficacité » estime Emmanuel Macron. Et puis, dans ce domaine si restreint des « technos » seuls capables de gouverner l'Etat, il sait que lui seul peut faire l'affaire : « Quelle figure propose LR ou le PS ? Hollande ? Bertrand ? C'est une blague ! »
 
Ce dimanche de fin d'été, le président a demandé à Bruno Roger-Petit, son « conseiller mémoire », de l'accompagner en balade du...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/09/2020 à 8:50 :
L'expérience Macron ne réussira pas deux fois, tout comme Hollande avant lui mais surtout Sarkozy qui avait bien plus de thuriféraires que lui et qui pourtant s'est fait recaler au second tour.

Depuis le traité de Lisbonne et la trahison honteuse des politiciens, de tous nos politiciens vis à vis du peuple français, j'affirme que tant qu'un président ne s'excusera pas de ce coup d’État flagrant il ne sera pas réélu.

Leur crédibilité étant au ras des pâquerettes ils sont obligés de nous chercher de nouvelles têtes à chaque élection, le prochain sera donc Philippe, et je ne pense pas que notre pauvre président sera si mécontent que cela d'arrêter de servir les riches, d'arrêter d'être le bouc émissaire des français. Brigitte elle sera bien plus vexée c'est sûr mais notre président lui sera enfin libre.

C'est qu'il faut se le coltiner le boulot de méga laquais hein...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :