La Turquie trouvera-t-elle sa place dans l'Europe ?

 |   |  423  mots
François Hollande en visite officielle en Turquie pour solder les différends des années Sarkozy./ Reuters
François Hollande en visite officielle en Turquie pour solder les différends des années Sarkozy./ Reuters (Crédits : reuters.com)
La Tribune publie chaque jour des extraits issus de l'émission "28 minutes", diffusée sur Arte. Aujourd'hui, la Turquie dans l'Union Européenne ?

Une première depuis 22 ans. Le chef d'État français, François Hollande, donnait, lundi, une conférence de presse à Ankara, aux côtés de son homologue turc Abdullah Gül.

Vouée à améliorer des relations bilatérales considérablement dégradées sous le mandat de Nicolas Sarkozy, la portée de cette visite officielle semble décuplée à l'approche des prochaines élections européennes. En effet, si un nouveau chapitre du processus d'adhésion de la Turquie à l'UE vient de s'ouvrir, les enjeux historiques, démographiques, religieux et géopolitiques ne pèsent-ils pas trop lourd dans la balance ?

Cette visite du président Hollande est très attendue par le premier ministre turc Recep Tayyip Erdo?an, qui n'a pas oublié l'ère Sarkozy : il tient ce dernier pour responsable d'avoir mis un frein au négociations d'adhésion de la Turquie à l'Union Européenne.

Avec cette visite d'Etat, la France entend sortir d'une « relation bilatérale qui s'était dégradée et révélée particulièrement inefficace » et veut être au coeur de la relance du processus de négociations de l'adhésion de la Turquie à l'Union Européenne afin de « sortir de l'impasse dans laquelle la France à l'époque avait conduit cette relation », selon l'Elysée.

28 minutes

MISE AU POINT
Par Marc-Antoine Deporet

 

RETROVISEUR
Par Marc-Antoine Deporet

L'adhésion de la Turquie à la CEE
Années 1960 : soutenue par la France, la Turquie demande à s'associer à la toute jeune Communauté économique européenne (CEE). Retour sur une décennie bénite des relations franco-turques.

 

VU D'AILLEURS
Par Juan Gomez

Serbie : l'incroyable revirement du négociateur
Etape symbolique pour la Serbie ! Le pays a ouvert la semaine dernière ses négociations d'adhésion à l'Union Européenne. Un combat mené par un homme : Aleksandar Vu?i?. Si aujourd'hui cet ancien nationaliste a une image d'homme moderne et modéré, il s'agit d'une véritable volte-face de la part de l'homme politique le plus puissant du pays. En tout cas, cette envie d'Europe ne semble pas être partagée par l'ensemble de la population. Seulement 36% des Serbes estiment que rejoindre l'UE serait une bonne chose. 

 

DEBAT
On en débat avec la chercheuse, spécialiste de la Turquie contemporaine à l'Institut français des relations internationales Dorothée Schmid, le politologue, directeur général de la Fondation pour l'innovation politique Dominique Reynié et la députée UMP des Bouches-du-Rhône Valérie Boyer.

 

>>> Suivez 28 minutes sur le site de l'émission
sur Twitter @28minutes
 et sur Facebook

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/02/2014 à 17:31 :
Non, jamais car la turquie n'est ni blanche ni chrétienne...
a écrit le 30/01/2014 à 18:51 :
Que les pays qui ne sont pas géographiquement européens entre dans l'U.E. est un non sens. Pourquoi ne pas faire un autre rassemblement comme l'arc méditerranéen ? Cela est dans la tradition romaine... L'.U.E. est déjà très difficile à gérer actuellement parce qu'elle a grandi trop vite. Ne recommençons pas toujours les mêmes erreurs.
a écrit le 30/01/2014 à 17:28 :
Le Maroc qui aura bientot un tunel avec l' Espagne Israel la Georgie et bien sur la Turquie seront bientot dans l'europe que l'on soit d'accord ou pas ce que veut l'union ne ce discute pas.
a écrit le 30/01/2014 à 12:47 :
J'adore comment sur tous ces sujets on ne se préoccupe (quasiment) pas de l'opinion des européens. Comme s'il était naturel d'étendre l'UE à l'infini. Rêve de pouvoir et de grandeur de nos élites, ou simple application des directives américaines?
a écrit le 29/01/2014 à 21:17 :
Un pont entre le maroc et l'espagne ,construit vert 2025, le Maroc dans l'union bien avant cette date
a écrit le 29/01/2014 à 21:09 :
Bien sur que la Turquie viendra dans l'union comme Israel, le maroc la georgie et le kazakhstan c'est deja prevu .
a écrit le 29/01/2014 à 20:42 :
Maintenant la majorité des Turcs ne veulent plus d'Europe. Il faut arrêté de fantasmer.
Quand les Turcs voient ses amis Grecs se serrer la ceinture, Europe ne fait plus rêver.
Même en France, qui rêve de l'Europe?
a écrit le 29/01/2014 à 18:06 :
Il est hors de question de mettre la Turquie, pays musulman avec toutes les dérives à en attendre, dans l'Europe, qui a déjà bien trop de mal à fonctionner cahin-caha
a écrit le 29/01/2014 à 17:02 :
Il n'y a pas très longtemps encore, il était question de vétir les hôtesse de l'air turques en tenue traditionnelle c-à-d cheveux et tenue couvrante jusqu'aux chevilles, et d'interdire l'alcool à bord des avions de compagnies turques...
Les européens iraient au suicide si la Turquie de Monsieur Erdogan y mettait le pied...
a écrit le 29/01/2014 à 16:32 :
la Turquie n'est pas sur le continent européen ,donc pas sa place dans l'U.E.
a écrit le 29/01/2014 à 15:57 :
Dommage que Dorothée SCHMID est eu aussi peu de temps de parole, les invités doivent pouvoir s'exprimer équitablement. La Turquie est économiquement en Europe et un peu moins en Asie à contrario la Turquie est culturellement moyen-orientale et un peu moins en Européenne, le modernisme de la jeunesse n'est pas l'apanage de l'Europe. La situation économique évoluera avec l’intégration de l'Iran, une ouverture terrestre vers l'Asie centrale (turcophone) la Chine voir le sous continent indien. Alors a t-elle encore raison de vouloir intégrer l'Union européenne et son grand marché ?
Réponse de le 30/01/2014 à 11:54 :
c'est pas une allemande qui va apprendre aux français comment parler avec les turcs non ?
a écrit le 29/01/2014 à 15:52 :
Les divers découpages de la Turquie aux fils des siècles :
les découpages antiques : ceux des populations anatoliennes d'origine et des dominations perse, hellénistique et romaine ;
les découpages de l'Empire romain d'orient (dit byzantin) ;
les découpages de la période des beylicats qui inaugure la domination turque ;
les découpages de l'Empire ottoman ;
les découpages de la république de Turquie.(Wiki)
J'ajoute les découpages de l'Empire Européen (à venir) décidément l'histoire balbutie comme on dit dans les cercles bien pensant.Où vont s’arrêter les conquistadors ?.
a écrit le 29/01/2014 à 13:39 :
la turquie n'est pas européenne et je lui déconseille d'aller dans l'ue qui n'est pas un paradis
a écrit le 29/01/2014 à 13:32 :
Les paysans anatoliens arriérés, c'est comme çà que les français voient la Turquie depuis les années 50 : dans le genre poncif éculé on ne fait pas mieux. Allez voir Istanbul, et essayez de comprendre comment cette ville a quintuplé en quinze ans sans perdre son âme.
Et puis, au lieu de vous gargariser avec le péril islamiste, dites-vous qu'avec la Turquie dans l'Union, l'Europe aura une frontière avec l'Iran : çà nous obligera à changer de point de vue, et à nous adapter, enfin ! à ce monde qui change sans nous.
a écrit le 29/01/2014 à 13:01 :
La Turquie n'est pas en Europe et n'a rien à y faire !
Malheureusement, le processus administratif conduit à des résultats par absence de décision. Si aucun État ne dit clairement NON, on risque bien au bout du processus de négociation, de voir la Turquie intégrer l'Europe.
a écrit le 29/01/2014 à 12:12 :
Non... ! ,car la Turquie restera perfidement islamisante ....et nous sommes déjà dans beaucoup de pays en overdose de l'islam...
a écrit le 29/01/2014 à 12:05 :
Quel pays voudrait intégrer l'UE sérieusement ? La Turquie est beaucoup plus avancé économiquement par rapport à de nombreux pays européens
a écrit le 29/01/2014 à 11:46 :
La Turquie n'a pas sa place en Europe pour trois raisons essentielles : l'élargissement de l'Europe a pour conséquence de détourner toutes les subventions vers les pays les plus pauvres, or nous n'avons pas les moyens de subventionner les paysans d'Anatolie (on subventionne déjà les Roumains et des tas d'autres) . Ensuite, nous ne voulons pas d'un pays qui a mis des extrémistes musulmans au pouvoir. L'Europe est une civilisation d'origine gréco-romaine et de religion chrétienne. Enfin, l'immigration en provenance d'Asie et du Proche et Moyen Orient deviendrait totalement incontrôlable avec ce pays qui a des frontières avec la Syrie, le Kurdistan etc....
Réponse de le 29/01/2014 à 12:00 :
Parfaitement.
Réponse de le 29/01/2014 à 12:13 :
Tout à fait !! Analyse exacte!
Réponse de le 29/01/2014 à 13:31 :
Compte tenu de l'évolution politique de la Turquie depuis une dizaine d'année, la communauté de destin avec l'Europe s'éloigne, hélas. Les diplomates des institutions européennes devraient plutôt faire preuve d'imagination pour inventer un nouveau type de partenariat qui, outre la Turquie, pourrait aussi inclure l'aire géographique russe et la rive sud de la Méditerranée.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :