Le cri silencieux des Français

 |   |  535  mots
(Crédits : DR)
L’élection municipale n'est plus le scrutin préféré des Français -avec la présidentielle. Les Français voient les gouvernants, y compris locaux, comme perdus, sans vision, sans repères. Par Jean-Christophe Gallien, professeur associé à Paris 1 la Sorbonne

François Hollande est bien le Président d'une France en tranchée. Hier, les Français ont à nouveau oublié les urnes. Et si l'on ajoute les citoyens non inscrits et les « exprimés » blanc ou nuls non comptabilisés, voilà presqu'une moitié de France silencieuse qui a tourné le dos à l'offre politique municipale proposée par les différents mouvements qu'ils soient de gouvernement ou non. A nouveau le Peuple fait comme sécession !

Si la défaite politique est bien celle du Parti Socialiste, de sa majorité et de son exécutif au pouvoir, après celle des régionales en 2010, il s'agit avant tout la défaite de la démocratie locale. Une échec qui annonce le prochain : celui de la démocratie européenne en mai prochain.

Exit donc l'ex élection préférée des français avec les présidentielles. L'échelon de la proximité vient de céder à son tour. 1977 et 1983 avec respectivement 78,9% et 78,4% de participation paraissent bien lointaines.

Un mou spectacle politique

C'est vrai que nous avons subi une campagne courte, comme délaissée dans la crainte d'en découdre véritablement avec le peuple français. Mais au delà d'un mou spectacle politique municipal et national, accouchant de combats anorexiques -Paris Lyon Marseille y compris !-, au delà des errements d'une vie politique devenue presqu'exclusivement judiciaire par empilement continu des affaires, au delà du rejet de l'exécutif en place, il faut chercher plus loin des pistes d'explication de ce nouvel abandon des urnes.

Les politiques perdus face à la mondialisation

Ce triste feuilleton est vécu par une population française à la dérive, ballotée par la crise et qui ne parvient pas à voir le bout d'un tunnel bien sombre. Partout domine l'expérience concrète ou ressentie d'une insécurité qui désormais touche toutes les zones de la vie personnelle et de l'expérience collective. Mutations citoyennes, épreuves sociales et inquiétudes identitaires, il y a la compréhension progressive que les politiques, les gouvernants, y compris locaux, sont perdus, qu'il sont eux-mêmes sans repères, sans vision, pire, sans pouvoir face aux fruits amers d'une mondialisation qui s'invite chaque jour d'avantage dans les territoires. L'avenir, sans défense, s'obscurcit encore.

Une migration citoyenne, dont l'abstention n'est qu'un des visages

Se confirme donc une profonde crise démocratique. Alors qu'ils aiment la politique, les Français s'éloignent des partis, de leurs appareils, parfois de leurs leaders et désormais des gouvernements municipaux.

Notre pays hurle, le plus souvent, mais de moins en moins, en silence. Comme avec les Bonnets Rouges bretons, des mouvements alternatifs naissent et se déploient, des pans entiers de notre société s'éloignent du contexte de représentation républicain des partis, Front National compris. L'abstention politique et électorale n'est qu'un des visages de cette migration citoyenne. Un divorce profond et plus large s'est installé entre la république des citoyens et celle des élites quelles qu'elles soient. Dans l'attente des résultats du second tour de ces municipales, la première certitude c'est que la crise de confiance est intense et que nous sommes au bord d'un précipice. La rupture se rapproche encore.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/03/2014 à 10:54 :
@bref 8.46 Le champ politique est victime comme la société civile du mode de fonctionnement en réseaux et des appareils politiques dévoyés et/ou corrompus. La valeur de n'importe quel homme politique qui utilise ces dispositifs compromis se trouve immédiatement réduite et ce qui différencie l'offre politique de l'UPR en ce qu'elle est si singulièrement différente, c'est bien parce qu' ASSELINEAU déborde tous les clivages et réussit le tour de force de construire un parti par une adhésion intellectuelle à une identité de vue qui élève -en expliquant brillamment la génèse politico historique de notre situation actuelle- à la différence de la méthode opportuniste du FN qui se développe en cristallisant les mécontentements et en offrant aucune alternative crédible au règlement des problèmes des français. NB J'ajoute que je ne me trouve pas aujourd'hui et il me semble que cela allait sans l'écrire , une quelconque identité de vue avec PS et UMP.. Mais le sujet était le pourquoi ou l'interrogation de la montée du FN..
a écrit le 25/03/2014 à 0:04 :
"Comme avec les Bonnets Rouges bretons...."

Hum... les bonnets rouges , bretons... Est-ce un mouvement citoyen , ou une récupération indépendantiste régionnaliste , soutenu par des ex (anciens) collabos et des mouvements identitaires et populistes ? Car en effet, est-ce que les syndicalistes et travailleurs ont appréciés les distributions de bonnets rouges par ces identitaires ? A fin de récupération de ces manifestations ? Et est-ce que tout le monde apprécie les panneaux en nova-langues bretonnes : où va-t'on ; vers l'europe ou les régions avec des relents de récupérations identitaires et anti-laïques et anti-démocratiques prévisibles ?
Certes notre société comporte bien des failles ,une société française divisé, régionnalisé , etc , est elle le lit de la démocratie et des acquis de nos aiëux fier enfants de la révolutions et des communes ?!
a écrit le 24/03/2014 à 23:56 :
De l'offre politique est pitoyable. Lisez la ferme des animaux d'orwell g. Tout y est dit!
Réponse de le 25/03/2014 à 9:37 :
Autre bonne vision des Français, encore d'actualité : lire " Les grenouilles qui demandent un Roi " , de Jean de la Fontaine........et méditer......
Réponse de le 31/03/2014 à 13:39 :
"1984" me semble également une lecture bien préparatoire a un futur proche.
a écrit le 24/03/2014 à 21:36 :
l'élection européenne montrera la vérité ! !es dirigeants refusent de la dire :celle d'une Europe qui n'a rien à offrir à ses citoyens , si peu d'espoir dans la politique des financiers qui prônent la régression sociale au nom de la compétitivité et de la réduction des déficits ! une réussite pour le front national probablement et des votes blancs et beaucoup d'abstention - l'Europe a dupé ceux qui avaient dit non au traité de Lisbonne ....
Réponse de le 25/03/2014 à 8:58 :
Tout à fait OK avec vous! +++++++++++++
a écrit le 24/03/2014 à 19:23 :
Les problèmes de notre pays sont nombreux.
C'est la raison pour laquelle il nous faut un gouvernement fort.
C'est quoi un gouvernement fort ?
C'est le contraire de l'Umps.
Les problèmes de notre pays sont nombreux.
C'est pourquoi il nous faut une politique ambitieuse , ample et courageuse.
C'est quoi une politique ambitieuse , ample et courageuse ?
C'est la maîtrise de notre monnaie et de notre politique monétaire.
Donc , de notre souveraineté.
Ceci contient tout le reste.
Réponse de le 25/03/2014 à 8:57 :
+1 ainsi que transparence! on en a marre de se le faire m...ttre!
a écrit le 24/03/2014 à 18:05 :
@bref 13.17 je réfute à nouveau votre propos, radicalité, je lui préfère vérité. Je ne suis pas devenu pour exemple adhérent militant de l'UPR après 40 ans de socialisme par hasard. C'est une position murie, réfléchie durant un an, à lire, étayer, construire, croiser, recouper les informations de la conférence d'ASSELENAU à laquelle j'ai assisté avec des vidéos en ligne, avec des sites divergents -entendez hors pensée main stream, AGORAVOX, réseau VOLTAIRE, un philosophe homme de presse comme alain BENAJAM, un journaliste de vraie information comme Miche COLLON, entendre, comprendre les économistes hétérodoxes SAPIR, LORDON-. Deux ans après, j'ai la satisfaction de constater que même sans visibilité médiatique ce parti de l'invisible sauf relais par le bouche à oreilles, net et conférences, si dérangeant, engrange environ 50 adhérents par semaine... Et il n'y a aucune brutalité dans la démarche encore faut-il faire une écoute/lecture attentive d'une analyse de l'upr telle que "qui gouverne réellement la france et l'europe", j'avais commencé par là...!!! Et cerise sur le gâteau, je peux dire que l'UPR est LE parti qui fait appel à votre intelligence, c'est sir rare...
Réponse de le 25/03/2014 à 8:46 :
Quand on attaque plutôt des concurrents (FN) sur présomption, alors que l'on laisse ceux qui on fait leur preuve d'incapacité a résoudre les problèmes d'aujourd'hui sous silence, cela me semble être une mauvaise politique!
Réponse de le 25/03/2014 à 8:53 :
Je voudrai rajouter que vous sortez d'un long processus d'interrogation et cela vous semble banal, mais d'autre "tombe dedans" et préfère passer par quelque chose de plus light.
Je suis adhérent aussi, après un long processus
a écrit le 24/03/2014 à 17:18 :
mauvaise analyse , les municipales sont le relais des communauté d'agglomération et la démocratie y est également confisquée comme en europe . On modifie le scrutin des municipales pour y introduire des conseillers sur liste bloquée ce qui ne résoud pas le probleme majeur qui l'élection au suffrage universel du président comme en europe on organise un réferendum et on ne respecte pas la parole des citoyens , cela ne peut provoquer une adhésion .
a écrit le 24/03/2014 à 17:03 :
Nous avons l'habitude en France de voir dans la populace l'inculture et l'obscurantisme. Et si, avec le temps, l'information, ce n'était pas l'inverse qui ce produit, au moins partiellement. Pourquoi personne n'envisage qu'il y est un glissement anti-républicains, par forcément prémédité, des élites et "engagés" ? Et que la population ne sache plus qui voter. Hannah Arendt avait prédit la puissance de la société civile, elle n'avait pas prévu qu'elle deviendrait des services des haines, des règlements de compte et de lobbies ; comme les terroristes utilisant tous les recours de nos lois dans leur box des accusés. Les politiques valident des degrés de citoyenneté en fonction de niveau supposé d'évolution de groupe sociaux sur d'autres, et par groupe politique concurrent ou non. On peut cumuler les domaines en exemple. En fait, de moins en moins de personnes se sentent "également" citoyens et français, et respecté. Aujourd'hui, il est de plus en plus difficile de voter républicains, car on voit de moins en moins de différence avec les partis qui n'ont plus besoin d'être anti-républicains et ne se revendique plus ainsi. Nos partis politiques, nos élites et institutions ne représentent plus la république, l'égalité des droits et de la citoyenneté. Il y a vingt ans, un anti-républicain votait en conséquence et un républicain aussi. Quant est-il aujourd'hui de ces derniers ? Spectateur impuissant ? Votez UMP ou PS moins républicains n'est pas plus engageant que de votez des FN et PC plus républicains. Nos partis politiques actuels non plus les notions et équilibres fondamentaux qui font une république ; hors ils sont viviers politique... Analysez leurs discours, voyez les leviers qu'ils utilisent, voyez les sectarismes et dérives par rapport au règle fondamentaux de ce qui crée les situations de paix nécessaire. Devenu républicain en lisant des gens comme Tocqueville, Renan, les lettres Georges Washington, vous votez pour qui ? Que sont devenu la raison appuyé sur l'étude ; fasse à une victoire quasi total des méthodes d'informations et de propagandes sur des soubassements de grille de lecture idéologique et d'appartenance militante et symphatisante quasi identaire-religieuse ? Cherchez les, et dîtes nous dans quels mouvements politiques actuel vous les trouvez respectivement ? Et donc à qui vous pouvez donner votre confiance ? Les extrémistes ne sont pas les seuls à vouloir être satisfait. Votez, oui, mais pour qui d'honorable et de capable ; le vote n'est pas une fin qui prouvent quoi que ce soit, mais un moyen... Je crois que ce sont les républicains qui doutent le plus aujourd'hui, ceux qui étaient anti-républicains ne doutent jamais ; mais ne sont plus "anti-républicains" : cherchez l'erreur...
a écrit le 24/03/2014 à 16:55 :
Bravo ! Le gouvernement a méprisé 2 millions de nos concitoyens exprimant leur désaccord. Voilà la facture. Tout se paye. Cri silencieux mais cri cinglant. Tout se paye messieurs du PS.
Réponse de le 24/03/2014 à 21:39 :
les citoyens ont déjà sanctionné les promesses non tenues de sarko et maintenant
c'est l'inquiétude de ceux qui subissent la régression sociale pour plus de compétitivité ! n'importe quel gouvernement serait sanctionné par les décisions prises à bruxelles ! ne nous bernez pas !!
Réponse de le 25/03/2014 à 9:00 :
EUROPE , en l'état actuel = CANCER
a écrit le 24/03/2014 à 15:42 :
Le problème, c'est la V° République qui est au bout du rouleau, plus du tout adaptée à la société d'aujourd'hui. On continue à vouloir conduire le pays comme avec un 2CV, alors qu'il faudrait passer à la voiture électrique.
a écrit le 24/03/2014 à 15:20 :
Il manque :
L'absence de justice dans nos cours et tribunaux
La responsabilité qui n'est pas engagée des élus
a écrit le 24/03/2014 à 15:09 :
Toute cette glose devrait nous faire bien rigoler, puisque c'est toujours la même chose : le gouvernement mis en place par les présidentielles commence à réformer mollement, ce qui suscite une levée de boucliers générale, et permet aux médias de faire de la copie avec le Front National, qui est quoi qu'il arrive le parti des mécontents.
Le dit Front National fait un carton aux élections intérimaires, les municipales, les seules où avec le découpage électoral qu'on a, il peut faire élire des représentants.
Le gouvernement en place s'estime désavoué par ces élections intérimaires, et stoppe donc toutes ses petites vélléités de réforme, en attendant les présidentielles d'après, qu'il perd. Et on repart pour un tour, avec les autres. Et cirque recommence, toujours sur le dos des français.
De fait, c'est de la belle mécanique : les politiciens ont tous un bout de pouvoir à un moment ou à un autre, les intérêts corporatistes dorment sur leurs deux oreilles, et la France s'enfonce peu à peu dans la m... Et on ne rigole pas, donc.
a écrit le 24/03/2014 à 14:53 :
Avons-nous une vraie alternative? Non! ce sont toujours les mêmes, sans vision, sans idées et souvent sans réelles compétences. Alors pourquoi les français iraient voter? On voit bien après ce premier tour que c'est plus une lutte de partis qu'une prise de conscience sur les aspirations des électeurs et le désintérêt grandissant de la politique des abstentionnistes. On est plus préoccupés à empêcher un candidat du FN d'être élu que de savoir si cette équipe ne serait pas la plus à même de réparer les innombrables dégâts causés par l'équipe sortante. Sans parler des journalistes et autres professeurs (de gauche) d'université qui tournent en rond, droite ou gauche, gauche ou droite, blanc bonnet ou bonnet blanc?
a écrit le 24/03/2014 à 13:50 :
Cela fait plus de dix ans que j'ai fait cette analyse. Il nous faut changer notre représentativité nationale, celle ci n'étant plus (mais y a t'elle déjà été?) à la hauteur.

Notre classe politique s'embourbe depuis des années dans des considérations politico politiciennes, et s'est complètement coupée du peuple et des citoyens que nous sommes.

Le pire, c'est qu'il ne s'en sont toujours pas rendu compte! Il y a bien quelques commentaires dans ce sens, mais évidemment, ce n'est pas de leur faute, toujours de celles des autres.

En fait, nous avons de gens qui se targuent d'être une élite... mais que je trouver bien délitée!

Changeons de classe politique, nous le pouvons en votant massivement blanc aux prochaines élections européennes.
Réponse de le 24/03/2014 à 14:03 :
aux prochaines élections européennes on votera FN
Réponse de le 25/03/2014 à 9:04 :
et pas qu'un peu! aux élections européennes on votera FN ......et à ceux qui disent "ils sont trop bien payés et ne fichent rien, parce que jusqu'à présent ça a été comme ça, on va répondre "ils sont très bien payés...MAIS ! ils sont AUSSI TRES COMPETANTS!! " là, sera la différence !!
a écrit le 24/03/2014 à 12:54 :
@bref Faux, la montée de l'euroscepticisme est due à l'échec de l'Union, à la misère socio économique installée, au désaveu des français qui s'étaient prononcés contre l'Europe et que 904 parlementaires n'ont pas suivi soit un parfait déni de démocratie. n'oubliez jamais cela, c'est le préalable à toute vraie discussion sur la sortie d l'Union, c'est tout à la fois le constat d'un truandage puis d'un échec. Ensuite, je réfute le mot radicalité s'appliquant à l'UPR, la sortie demeurant la solution pour faire cesser l'allégeance aux us, redevenir un état nation qui fait ses lois, créé sa monnaie etc..., -cf les analyses de la tête pensante de la droite sous Chirac, Marie France GARAUD-, je lui préfère celui d'authenticité...
Réponse de le 24/03/2014 à 13:17 :
C'est la radicalité de l'UPR qui fait peur, qui ralenti l'acceptation de "sa" solution, on ne brusque pas une opinion publique, tout doit se faire en douceur même si elle a raison sur "le fond", c'est "la forme" qui est dure a admettre!
a écrit le 24/03/2014 à 11:57 :
Hélas, la montée de l'imposture FN trahit une autre trahison des français.. Après la trahison de l'UMP, du PS voici celle du FN . Le FN fait croire aux français qu'il veut sortir de l'union, que l'union est réformable, il ne veut ni l'un ni l'autre, il veut...la place. Jamais le FN n'a écrit sa volonté de sortir de l'union, il dit ok si les autre sont..d'accord, quant à l'Union, elle n' EST PAS REFORMABLE on ne réforme pas à 28, car jamais 28 états ne seront ...d'accord en même temps, c'est juste impossible. Le seul parti qui prône, dans son programme, qui l'écrit le remède absolu, la sortie de l'Union Européenne -cette tour de Babel d'intérêts divergents-, de l'euro, de l'otan est l'UPR de François ASSELINEAU et c'est sur UPR.fr.
Réponse de le 24/03/2014 à 12:09 :
Nous ne pouvons nier que nous devons au FN, la monté de l'euroscepticisme, qu'elle met "de l'eau dans son vin" pour en attirer a elle ceux qui doute et, les mettre, par la suite, à la disposition de l'UPR pour se radicaliser.
a écrit le 24/03/2014 à 11:57 :
Tant que l'on pensera que l'on peut confier les renes de tout a une personne unique, on ira dans le mur. A chaque dossier, un pilote choisi, et ca commencera peut-etre a marcher. Aujourd'hui, on est totalement sous le joug des monarco-trafficants, qui ont décidé qu'il y avait deux population. Leur petite clique, parasite sur le dos de l"économie, et les autres...
a écrit le 24/03/2014 à 11:35 :
Nous assistons aux derniers soubresauts d'une classe de politiques d'un autre temps qui ne savent plus comment conserver leurs multiples prébendes que les citoyens contribuables n'en peuvent plus de financer alors que la France n'attend qu'une seule chose : du travail, du pain, et un toit décent !!!
a écrit le 24/03/2014 à 11:15 :
Bravo pour votre article.Et je confirme que meme au niveau local(petits villages),ceux qui tiennent le pouvoir sont devenu autistes ,clientélistes,autoritaires et corrompus.Certes ce n'est pas partout ,mais l'affluence de candidats(presque 1 million) était un signe qui ne trompe pas.Il faut rétablir des référendums locaux et des contre pouvoirs
a écrit le 24/03/2014 à 11:15 :
La rupture est déjà consommée.
La pseudo élite de la France n'en était pas une.
Le gouvernement n'en était pas un.
Les Françaises et Français ne veulent pas être gouvernés par des fantoches à la botte des USA et de l'Europe , mais ces 2 entités signifient la même chose.
On ne reprôchera pas de voir les Français intelligents...On ne leur reprôchera pas d'avoir compris...Dont acte.
a écrit le 24/03/2014 à 10:02 :
Et oui, nous en sommes là, confrontés à un monde politique certainement désireux de bien faire, mais incapable dans tous les domaines, et surtout voulant couvrir, dans une frébrilité, tous les domaines de notre vie, pour de multiples raisons, allant de la défense du consommateur, du principe de précaution, de la justice, de l'Egalité (mal comprise car l'Egalité au sens révolutionnaire n'est que l'Egalité devant la Loi), à la défense de l'intérêt national, pas toujours bien compris. Sans parler des considérations géopolitiques vaseuses, de la défense des Libertés, de la Démocratie, des Principes Républicains et autre concepts post révolutionnaires éculés. Mais voilà, les obstacles accumulés au fil des textes de ois, Réglements, redistribution, défense de l'emploi et protection sociale ont fini par décourager tout dynamisme et tuer l'espoir. A quoi bon quand le Monde est bien grand se battre contre des moulins à Vent.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :