La Turquie menace les réseaux sociaux

 |   |  99  mots
Une semaine après le blocage de Twitter, c'est la plateforme de vidéos Youtube qui a été interdite en Turquie jeudi. / DR
Une semaine après le blocage de Twitter, c'est la plateforme de vidéos Youtube qui a été interdite en Turquie jeudi. / DR (Crédits : reuters.com)
La Tribune publie chaque jour des extraits issus de l'émission "28 minutes", diffusée sur Arte. Aujourd'hui, #Erdogan.

Ce n'est pas un tweet mais une avalanche de tweets turcs qui a affolé la toile cette semaine. À l'origine de tout ce battage : la brève et vaine tentative de Recep Tayyip Erdogan de fermer le célèbre réseau social.

Ni une ni deux, les internautes s'en sont donné à cœur joie pour railler la manœuvre du Premier ministre et dénoncer la censure. Une mesure contre-productive donc, critiquée par le président Abdullah Gül lui-même.

28 minutes

>>> Suivez 28 minutes sur le site de l'émission
sur Twitter @28minutes
 et sur Facebook

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/03/2014 à 10:44 :
On parle beaucoup et à juste titre de la fermeture des réseaux sociaux, mais on évoque peut la raison de la colère Erdogan. Il se serait agit d'une manipulation de barbouzes turques infiltrés en Syrie qui devaient lancer des roquettes sur le territoire Turque et ainsi pouvoir accuser la Syrie. La Turquie pouvait ainsi lancer une attaque militaire contre la Syrie, personne ne se serait demander quelle était l’intérêt pour les Syriens d'attaquer la Turquie. Cela ne vous rappelle rien ? L’incident de Gleiwitz en août 1939 organisé par Himmler et qui a servi de prétexte à l’Allemagne nazi pour déclencher la guerre contre la Pologne.
a écrit le 29/03/2014 à 17:36 :
islamistes ou homosexuels en transe
On s'en balance
a écrit le 29/03/2014 à 17:35 :
ça passera
a écrit le 29/03/2014 à 17:32 :
s'en branle des résos socios
a écrit le 29/03/2014 à 13:20 :
Bizarre sur la Turquie et sur ces viols des libertes repetes et violences contre les manifestants, on n'entend pas BHL ni Cohn Bendit et leur cohorte de bobos bien pensants moralisateurs. Et Obama et l'administration americaine font aussi carpette devant les islamistes turcs. Donc 2 poids 2 mesures.
a écrit le 29/03/2014 à 8:19 :
je comprends cet article qui dénonce la dictature. Mais faites aussi un article comment détourner ces mesures dictatoriales; décrivez ici comment mettre en place des serveurs sécurisés en turquie (dans plein de maisons?) pour continuer à tweeter. Si j ai bien compris, c est possible mais comme j habite dans un pays qui n a pas encore interdit tweeter, je n ai pas encore recherché comment créer mon serveur tweeter. A moins qu un informaticien chevronné lit cet article et nous informe comment continuer à fairte marcher tweeter dans un pays dictatorial? montrons ce qui est possible et ne faisons pas seulement un constat de ce que les dictateurs et autres esclavagistes réussissent à faire !
a écrit le 28/03/2014 à 21:19 :
C'est la liberté islamique ... modérée !!
Réponse de le 29/03/2014 à 6:46 :
La Turquie est un servile valet des oligarques de wall street, du golfe persique et d'israël et en tant que membre de l'OTAN s'apprête à entrer en guerre contre la Syrie ...
a écrit le 28/03/2014 à 20:50 :
Mais au moins , lui, il est couillu, c'est pas nos dirigeants occidentaux qui oseraient s'attaquer à des réseaux soit-disants sociaux. En France c'est une association de consommateur qui est obligee de rappeler à l'ordre Fesses-bouc et autre engeance de ce type.
Réponse de le 28/03/2014 à 23:40 :
Bien dit,

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :