Pourquoi les Français n'aiment pas la mondialisation

La défiance des Français à l'égard de la mondialisation peut s'expliquer. Elle tient notamment au manque d'adaptation de notre économie à l'évolution des marchés. Par Sylvain Fontan, économiste
(Crédits : Reuters)

Les Français considèrent parfois la mondialisation comme une menace responsable du chômage. Ce sentiment est renforcé par un discours politique lui faisant porter le poids du déclin économique du pays. En réalité, ce n'est pas la mondialisation en soi qui est la source des problèmes de la France, mais les dysfonctionnements propres à ce pays qui l'empêchent de profiter des effets vertueux de la mondialisation.

La défiance des français vis-à-vis de la mondialisation


Les Français jugent l'ouverture internationale comme la première cause de chômage. L'idée en creux est qu'ils considèrent que la croissance des grands pays émergents (Chine, Inde, Brésil...) est un élément qui pèse négativement sur les entreprises françaises et sur l'emploi. La croyance selon laquelle les délocalisations (processus conduisant à un transfert d'activité du territoire national vers l'étranger) sont à l'origine de l'essentiel des destructions d'emplois, est symptomatique de ce phénomène de rejet de la mondialisation. En effet, les délocalisations sont en réalité responsables de moins de 10% des destructions d'emplois en France.

De plus, au-delà des destructions d'emplois, c'est la capacité (ou l'incapacité) à en créer de nouveaux qui devrait focaliser l'attention et les énergies. Dès lors, c'est probablement davantage la défiance profonde des Français vis-à-vis du système capitaliste qui explique le rejet actuel de la mondialisation.
Sans sous-estimer ces éléments de contexte, il existe des raisons économiques objectives à ce rejet. Pour ce faire, il convient tout d'abord de rappeler certaines conventions qui expliquent le mécanisme de l'échange par le besoin réciproque :

- En soi, l'échange économique trouve sa justification dans la volonté des individus d'obtenir ce qui leur manque. Dans cette conception, chacun désir maximiser sa satisfaction (quantité et qualité des achats) tout en minimisant ses coûts (prix des achats).

- Ensuite, l'échange est également un moyen de palier au phénomène de la rareté. En effet, la production d'un pays est limitée par la quantité de travail (salariés) et de capital (machines) disponible et par le progrès technique (innovation) existant, autrement dit : les facteurs de production. L'ouverture internationale va donc permettre une meilleure utilisation des facteurs de production au niveau mondial en augmentant le potentiel de ces facteurs, et par conséquent un accroissement de la productivité. En d'autres termes, l'augmentation de l'efficacité des facteurs de production (meilleure utilisation) augmentera la quantité totale de la production.

- Dans ce cadre, l'échange international devrait générer une baisse des prix des biens échangés et donc une hausse du pouvoir d'achat qui permettra à son tour d'accroître la consommation, et donc la production. Ainsi, l'emploi des secteurs bénéficiant de cette nouvelle demande devrait donc croître, et ainsi de suite.

L'échange international: un bénéfice moins évident en France


Alors que ces avantages sont une réalité dans plusieurs pays, ils sont moins évidents en France. En effet, les bénéfices attendus de l'échange sont plus limités en France qu'à l'étranger. Conformément à la théorie, l'ouverture internationale a entraîné une baisse des prix des biens échangés dans la plupart des pays développés depuis le début des années 2000. Or, en France, même si le prix de plusieurs biens a diminué (télévisions, informatique, électrotechnique...), globalement le prix des biens d'équipement, des voitures ou des biens de grande consommation ont continué à croître. Dès lors, malgré une hausse du pouvoir d'achat des Français, cette hausse a été moins marquée que dans les autres pays développés.


Des Dysfonctionnements économiques propres à la France

Les raisons de cette évolution atypique ne sont pas liées à l'Euro mais sont propres à la France. En effet, les autres pays de la zone euro doivent également composer avec la monnaie unique. Ces pays jugent également parfois que la monnaie unique est trop "forte" par rapport à ce qu'ils souhaiteraient, et pourtant ils ne font pas face au même phénomène qu'en France. Dans un contexte où les pays ne peuvent plus dévaluer (c'est-à-dire diminuer volontairement la valeur de leur monnaie pour stimuler les exportations), une monnaie jugée trop forte oblige normalement les pays à faire des efforts en matière de compétitivité. En d'autres termes, quand la monnaie ne peut plus s'adapter à l'économie, c'est à l'économie de s'adapter à la monnaie.
Or, la France n'a pas réalisé ces efforts. De plus, la concurrence (dont une des vertus est de tirer les prix à la baisse) qui pourrait participer à améliorer le pouvoir d'achat des Français, n'est pas une des qualités premières de l'économie française. Également, la réglementation et les charges (salariales et patronales) qui pèsent sur le secteur de la distribution engendrent des coûts qui se répercutent nécessairement sur les prix de ventes, et donc sur le consommateur final. Dès lors, les populations les moins aisées subissent des effets négatifs car le prix de leur "panier de consommation" (largement formé de produits importés) a crû plus fortement que celui des ménages ayant un revenu plus élevé. Elles sont ainsi les premières victimes d'une ouverture internationale qui provoque une réduction de la demande de travail non-qualifié dans les pays développés.

Un manque de mobilité professionnelle...


La France fait face à un réel problème de mobilité professionnelle. En effet, au-delà des effets de l'échange international sur les prix, la mondialisation est souvent rendue coupable du chômage. Toutefois, il convient de distinguer les effets directement liés à l'ouverture internationale des échanges de ceux liés à l'impact du progrès technique. En effet, le progrès technique, autrement dit l'innovation, peut réduire la demande de travailleurs nécessaires pour produire un même bien, et peut donc augmenter le chômage. Dans ce cadre, mondialisation et progrès technique combinés modifient le tissu productif français et la répartition des richesses. Pour que leurs effets soient globalement positifs, il faudrait que les travailleurs puissent facilement changer de poste de travail, d'entreprise, de secteur d'activité ou de région. Or en France, la mobilité est très faible. De plus, lorsqu'elle existe, elle est largement subie, plus qu'elle n'est voulue. En effet, les salariés qui changent d'emploi sont surtout ceux sous CDD (Contrat à Durée Déterminée), aidés ou intérimaires. Dès lors, la France est potentiellement plus fragile que d'autres pays face aux effets néfastes de la mondialisation.

...lié à la faiblesse de la formation continue


La faible mobilité des travailleurs est liée au manque de formation continue. En effet, la France présente un taux de formation continue (donnant lieu à la délivrance d'un diplôme ou d'un certificat) parmi les plus faibles des pays européens. De plus, la formation dispensée est centrée sur le capital humain spécifique et pas général. Autrement dit, les formations dont bénéficient les travailleurs sont axées sur l'emploi qu'ils occupent et pas sur ceux qu'ils pourraient occuper. Ainsi, alors que la perte d'un emploi dans un autre pays peut représenter une opportunité d'évolution de carrière et de changement de voie, le travailleur français peu qualifié est insuffisamment préparé à cette perspective. Son intégration sur le marché du travail est d'autant plus difficile que ses qualifications sont spécifiquement liées à son ancienne entreprise et que ses aptitudes d'adaptation sont faibles. Ainsi, la capacité des salariés à faire face aux mutations économiques reste limitée. Il convient également de citer les difficultés de logement comme facteur de faible mobilité.

Un manque de compétitivité industrielle

L'immobilité économique de la France a aussi participé à la dégradation de sa position commerciale. La dégradation de la part de marché de la France dans le commerce international résulte principalement des échanges de produits manufacturés et de l'augmentation de la facture énergétique. Le seul secteur manufacturier explique 60% du creusement du déficit commercial de la France.

Toutefois, si la hausse du coût du travail peut expliquer l'accroissement du déficit courant de la France, elle n'est pas suffisante pour appréhender la diminution de l'offre industrielle. D'autres éléments viennent expliquer cette dégradation. Parmi ces éléments, et au-delà des aspects liés aux coûts de production, il convient de citer (1) un cadre réglementaire et administratif particulièrement handicapant pour le développement des activités productrices de richesses, (2) une trop grande spécialisation de la production française sur le moyen de gamme, (3) une offre insuffisante de produits innovants, (4) des entreprises en moyenne trop petites, (5) une trop faible présence sur les marchés émergents, et enfin (6) la difficulté des entrepreneurs à profiter de l'évolution de la demande mondiale. Le dernier point concernant la difficulté des entreprises à capter la croissance mondiale est directement lié aux autres points, mais il est également lié à des choix stratégiques parfois malheureux. Typiquement, l'industrie automobile française, dont certains constructeurs n'ont pas su correctement anticiper les modifications du marché et de la demande mondiale.

Un diagnostic erroné mais largement partagé


Le sentiment négatif des Français vis-à-vis de la mondialisation peut apparaître légitime. En effet, le cercle vertueux de l'échange n'a pas pu parfaitement s'enclencher. Le commerce extérieur n'a pas induit une baisse suffisante des prix des biens importés, limitant ainsi les gains de pouvoir d'achat et la création d'emplois que cette demande supplémentaire aurait normalement dû entraîner.

Les suppressions d'emplois induites par le développement des échanges internationaux n'ont pas été parfaitement compensées par la création d'emplois dans d'autres secteurs.
Cependant, les raisons de ce sentiment répandu dans la population se basent sur un diagnostic erroné. Selon lui, la mondialisation est intrinsèquement mauvaise pour la France. En réalité, le responsable du chômage, du sentiment de perte de pouvoir d'achat et de déclassement social n'est pas lié à l'échange international, mais à l'incapacité de la France à s'y adapter : manque de réformes, de mobilité, de flexibilité, de réactivité et de concurrence de l'économie. A cela, il conviendrait également d'ajouter un ensemble d'autres phénomènes bloquants, dont à titre d'exemple : les rentes de situation liées à des statuts professionnels privilégiés (qui n'incitent pas à la performance, ni au changement), un droit contractuel très protecteur (qui limite la capacité d'intégration des personnes exclues du marché du travail -jeunes et peu qualifiés-), ou encore des frictions sociales et idéologiques profondément ancrées dans la vie politique française (défense d'intérêts catégoriels de court terme plutôt que l'intérêt général de long terme).

Les voies d'une adaptation

Toutefois, le potentiel d'adaptation de la France existe. Pour ce faire, (1) il faut libérer les marchés afin qu'ils répercutent correctement la baisse des prix des biens mondialisés sur le consommateur final, (2) inciter les entreprises et les salariés à multiplier les formations professionnelles générales plutôt que spécifiques, afin d'accroître l'autonomie professionnelle, et ce, non pas de façon autoritaire et administrée mais en soulignant l'intérêt de chacun, et enfin (3) améliorer la compétitivité française en facilitant le développement et la diffusion du progrès technique grâce notamment à l'amélioration des marges des entreprises.
Ainsi, la France pourrait se réconcilier avec la mondialisation et enfin en tirer bénéfice. De telles mesures n'engendreraient ni hausse d'impôt, ni augmentation des dépenses publiques. Au contraire, en augmentant le potentiel de croissance de la France, le pays pourrait à moyen terme diminuer les impôts et améliorer l'efficacité de la puissance publique.

De plus, cette perspective permettrait aux agents économiques d'être plus confiants dans l'avenir et de ne pas reporter leurs décisions d'investissement s'ils intègrent l'idée que la puissance publique ne va pas continuellement augmenter ses dépenses, ce qui induit nécessairement une perspective d'impôts différés. Toutefois, tous ces éléments sont conditionnés au fait que les dirigeants politiques nationaux intègrent des éléments de pédagogie dans leur discours. En revanche, comme les enjeux électoraux priment traditionnellement sur les enjeux économiques collectifs, il est peu probable que cela puisse être le cas dans un avenir proche, sauf à intégrer des mécanismes au sein de la vie politique française permettant de "lier les mains" des responsables politiques (objectifs économiques chiffrés et réalistes, mandats uniques, intégration d'experts provenant de la société civile...).

l'économiste

Plus d'informations sur le site de L'Economiste

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 113
à écrit le 29/05/2018 à 1:12
Signaler
Allez donc expliquer que la mondialisation est fantastique pour les gens qui ont fait 5 ans d'études, et dont le salaire aujourd'hui est juste limite pour pouvoir vivre correctement en France mais toujours 20 fois supérieur au salaire moyen d'un Roum...

à écrit le 15/11/2014 à 18:11
Signaler
« En soi, l'échange économique trouve sa justification dans la volonté des individus d'obtenir ce qui leur manque. » écrivez-vous. En fait le choix de l'échange, à l'intérieur d'un pays, n'est supérieur à l'autarcie que si tous les partenaires y gag...

à écrit le 25/10/2014 à 13:55
Signaler
On oublie toujours qu'une contrepartie d'une possible dévalorisation est un renchérissement des importations (en énergie par exemple). Cette augmentation n'apporte que des désavantages à notre économie qui a une balance commerciale déficitaire. Ce n'...

à écrit le 24/10/2014 à 13:19
Signaler
On oublie toujours qu'une contrepartie d'une possible dévalorisation est un renchérissement des importations (en énergie par exemple). Cette augmentation n'apporte que des désavantages à notre économie qui a une balance commerciale déficitaire. Ce n'...

à écrit le 20/10/2014 à 22:51
Signaler
Un superbe article qui résume très bien la pensée ultra libérale que l'on nous vends matin midi et soir dans les médias : c'est de la propagande pure et simple. On nous parle de coût de production, du travail et des taxes sur les entreprises mais à ...

à écrit le 20/10/2014 à 21:30
Signaler
titre générique "pourquoi les français n'aiment pas" qui s'applique à tout : le travail, le chômage, les étrangers, l'Europe, les riches, les pauvres, ...

à écrit le 20/10/2014 à 19:00
Signaler
Ce que nombre de Français ne veulent pas comprendre c'est que la mondialisation arrive avec ou sans nous. On peut se gargariser de "démondialisation" et autres, au final la mondialisation est l'évolution naturelle et ceux qui ne suivent pas l'évoluti...

le 20/10/2014 à 19:13
Signaler
et ...refaux!

le 20/10/2014 à 19:59
Signaler
@Matthieu : la "mondialisation" (en fait, la mondialisation existait déjà puisque des échanges commerciaux internationaux avaient cours sauf qu'ils étaient régulés par des tarifs douaniers nationaux, le terme correct est libre-échange) n'est pas tomb...

le 20/10/2014 à 21:01
Signaler
Votre raisonnement est faux. Pour vous la mondialisation se limite à l'importation de produits à bas couts mais vous oubliez l'exportation de produits et services à haute valeur ajoutée. Savez-vous qu'en France de nombreuses entreprises, grandes, pet...

le 21/10/2014 à 9:51
Signaler
J'adore les contre-argumentations, si vous croyez vraiment que la mondialisation ne vient que de l'UE et l'OMC vous êtes naïfs. Ces traités sont le résultats d'une tendance croissante et non le déclencheur (ce ne sont d'ailleurs que des éléments d'un...

le 21/10/2014 à 11:46
Signaler
@Mathieu 9.51 faux et re re faux !!

le 21/10/2014 à 18:46
Signaler
@Matthieu : bien sûr, la "tendance" qui tombe là-encore du ciel ! Après la guerre, votre "tendance croissante" a bien été portée par un pays en particulier, pays qui en l'occurrence refusa de signer la Charte de la Havanne pour faire du GATT un march...

à écrit le 20/10/2014 à 14:47
Signaler
tres belle image d'illustration. 1er de la classe a lunettes , tout pour plaire

à écrit le 20/10/2014 à 14:40
Signaler
heureuse que vous nous vendez est en réalité la mise en concurrence des nations, des systèmes sociaux, des individus. Pour la seule jouissance des rentiers. Bien sûr ceux-ci ne peuvent pas assurer l'évangile eux même. Mais ils peuvent toujours compte...

le 20/10/2014 à 14:50
Signaler
il vous dit que le pouvoir d'achat a cru partout ailleurs .... vraiement ils racontent n'importe quoi sur Europe1 bien connue pour etre avec Axel de Tarle et Barré , directeur des Echos, une station communiste ..... : ce matin il nous ont expliqué q...

à écrit le 20/10/2014 à 12:19
Signaler
La mondialisation c'est la marche de l'histoire. Les français qui s'y opposent disparaitront dans l'indifférence générale. La terre continuera de tourner sans eux. Ou est le problème ?

le 20/10/2014 à 13:09
Signaler
Le problème est que la disparition d'une civilisation se regarde à la télé ou se télécharge, le problème est que vous la vivez.

le 20/10/2014 à 14:46
Signaler
Bravo gd, digne d'une bonne pensée marxiste ..... c'est la lutte finale .... Heureusement que l'histoire ne s'est pas vautrée dans les evidences , vous en seriez surement encore a faire de l'agriculture pour un maitre

à écrit le 20/10/2014 à 12:05
Signaler
Les Français, et tous ceux qui les dirigent, n'aiment pas la mondialisation, à laquelle TOUS LES AUTRES PAYS SE SONT ADAPTES ! NOUS SOMMES LES SEULS A DEVELOPPER UNE POLITIQUE DONT AUCUN PAYS NE VEUT. Nous somme seuls responsables de note situation c...

le 20/10/2014 à 13:22
Signaler
Les "seuls" dont vous parlez (y a aussi l'italie, l'espagne et le royaume uni, peut-être vous en conviendrez) constitue tout de même le plus grand marché du monde. Lorsque vous aurez propagé le néolibéralisme au monde entier, comment allez-vous vend...

le 20/10/2014 à 22:21
Signaler
La France est un modèle pour les peuples du monde entier et on ne va pas tomber dans le piège du french bashing,Regarder comment vivent les espagnols les italiens les allemands même et les rosbifs n'en parlons même pas,on a vraiment rien à leur envie...

à écrit le 20/10/2014 à 11:26
Signaler
JE NE SUIS PAS ECONOMISTE MAIS CELA FAIT PLUSIEUR FOIS QUE JE DIT QUE LA FRANCE SE VEND MAL?.ILS N Y A PAS ASSEZ DE COMMERCIAUX MUTICARTE? DE PLUS SI LES PRODUITS BAISE REELLEMENT IL SE VENDRAIS MIEUX.ET IL Y AURAIS MOINS DE LISENCIMENT?ET POUR LES G...

le 20/10/2014 à 13:28
Signaler
J'ai essayé de vendre ma mère mais ça n'a pas marché, j'ai trop attendu et il y avait des normes qui ont empêché la vente...Je ne sais plus quoi faire pour garder mon CDD, avez-vous des conseils ?

à écrit le 20/10/2014 à 11:12
Signaler
Ce que certains nous vendent comme étant la mondialisation (de quoi ?), d'autres pensent qu'il s'agit de financiarisation de la société.

à écrit le 20/10/2014 à 10:21
Signaler
Il conviendrait de faire un sondage sérieux de la population (les 90% "normaux") de tous les pays ayant une équivalence de richesse au nôtre. Et je pense que le constat serait le même partout...

le 20/10/2014 à 13:24
Signaler
Une simple remarque : les normaux sont 13 % en France. Il sont aussi de moins en moins nombreux dans les autres pays.

à écrit le 20/10/2014 à 9:49
Signaler
La mondialisation c'est copier les pays en voie de développement qui se spécialise pour s'en sortir mais non aucune base pour vivre sans être dépendant.

à écrit le 20/10/2014 à 9:01
Signaler
Et hop! encore une docte leçon d'auto-flagellation sur les français. Un peu comme le "le peuple refuse les réformes" avec lequel se gargarise les politiciens. La vérité : les français aiment la mondialisation : a) c'est un des pays les plus ouverts ...

le 20/10/2014 à 13:36
Signaler
a) il y a une frontière américaine, et vous avez intérêt à être en règle, par contre il n'y en a plus en france. b) Moins de trusts au états unis ? En l'admettant, il obéissent in fine aux décisions du président, genre apple relocalise une partie de...

à écrit le 20/10/2014 à 9:00
Signaler
1 - Tout d'abord pour celui qui cite Hayek sur son site, on s'attendrait à ce qu'il s'exprime dans un français parfait... mais bon, il est jeune. Dans la phrase "Ensuite, l'échange est également un moyen de palier au phénomène de la rareté." Le verbe...

le 20/10/2014 à 11:53
Signaler
1/ un matériau des matériaux 2/ Sur le fond, votre commentaire relève plutot de l'analyse poétique.

le 20/10/2014 à 11:54
Signaler
"Tout d'abord pour celui qui cite Hayek sur son site, on s'attendrait à ce qu'il s'exprime dans un français parfait" Hayek n'était pas du tout français !! "la mondialisation, c'est un concept " Nan, c'est la réalité, donc la Vérité.

le 20/10/2014 à 12:00
Signaler
"des materiau nouveaux" ?

à écrit le 20/10/2014 à 9:00
Signaler
La mobilité ? Une belle arnaque. Même les patrons ont compris qu'à déraciner les gens ils ne font qu'embaucher de futurs dépressifs qui finissent par retourner dans leur région d'origine. Le recrutement se fait prioritairement à proximité.

le 20/10/2014 à 13:40
Signaler
Ouaip c'est ce que j'ai fais. Mais j'ai décidé de me battre, pour la première fois de ma vie j'irai voter. J'espère que vous êtes content pour moi, et pour les millions de personnes qui vont faire pareil.

le 20/10/2014 à 19:29
Signaler
Voter est inutile. L'argent gouverne le monde. Si vous en avec un peu, vous avez un peu de pouvoir et de liberté. Sinon, vous etes un esclave. Tout ceux qui ont voulu changer cet état de fait ont terminé leur existence brutalement. On ne peut rien y...

à écrit le 20/10/2014 à 8:36
Signaler
la mondialisation en france est du meme type que l'affrique a savoir que nos dirigeants vendent le pays au capital etranger le pays ne leur appartient pas ils sont elus pour gerer pas pour vendre toute vente est une trahison meme interne a l'e...

à écrit le 20/10/2014 à 8:30
Signaler
En 2011, quand je me suis lancé à l'export, mes concurrents ont dit en ricanant que j'allais me planter. Il est vrai que j'ai perdu pas mal d'argent, je me suis fait rouler dans la farine par des intermédiaires douteux... Aujourd'hui, je gagne beauc...

le 20/10/2014 à 13:51
Signaler
N'y voyez pas insulte mais une opinion différente. Il n'y aura pas d'astéroïde pour vous sauver des dinosaures. Ils veulent fonder une famille, une nation, ils veulent que cela compte alors que servir de bétail à ceux qui ont tout compris ne compte ...

à écrit le 20/10/2014 à 7:10
Signaler
Ce type est le pur produit des universités françaises et autres écoles de commerce, rabâchant les mêmes concepts qu'il croit prouvés par quelques équations à 2 cents. Les leçons d'un nanti ( avec de plus une belle tête de vainqueur n'est ce pas), que...

à écrit le 20/10/2014 à 6:42
Signaler
séparation banques affaires/banques dépôts nationalisation des banques de dépôts nationalisation entreprises spécialisées énergie une cellule spécifique impôts groupes internationaux et évasion fiscale création d une filière d état sur les commun...

à écrit le 20/10/2014 à 3:32
Signaler
Ces explications techniques sont certes pertinentes mais il manque le recul historico culturel : les francais ont du mal avec la mondialisation et le capitalisme libéral car c'est un peuple de paysans, majoritaires jusque dans les années 50 . A l'inv...

le 20/10/2014 à 4:21
Signaler
J'ai bien des amis qui se sont expatriés notamment à Londres. Bons jobs, super salaires, mais je ne vois que cela crée de la richesse en France ni en termes de création d'emploi ni de recettes fiscales. Par ailleurs, la façon néolibérale de compter ...

à écrit le 20/10/2014 à 2:32
Signaler
'''''En effet, les autres pays de la zone euro doivent également composer avec la monnaie unique.'''''' Oui en effet tous les autres pays européens sont dans la même situation de désastre économique actuelle pour cause par la libéralisation mondiali...

le 20/10/2014 à 3:28
Signaler
La gouvernance européenne à 28 semble bien être un échec, mais le retour aux nations souveraines et aux monnaies nationales pourrait être un choc économique dangereux. La solution ne pourrait-elle pas être une gouvernance à 5-6 pays ? Après tout, les...

le 20/10/2014 à 8:02
Signaler
@newkenes, recentrage a 28 vous proposer, c'est trop tard est impossible avec tous les accords signée sur une pure utopie. [Le retour aux nations souveraines et aux monnaies nationales pourrait être un choc économique dangereux] oui mais nécessaire ...

le 20/10/2014 à 8:02
Signaler
@newkenes, recentrage a 28 vous proposer, c'est trop tard est impossible avec tous les accords signée sur une pure utopie. [Le retour aux nations souveraines et aux monnaies nationales pourrait être un choc économique dangereux] oui mais nécessaire ...

le 20/10/2014 à 10:04
Signaler
@ LEO à propos de "oui mais nécessaire pour sauver ce qu’il reste". Derrière cela il y a un renchérissement de notre monnaie, seul 1 produit sur 5 est importé en France mais par contre on va se faire éclater sur l'importation des matières premières ...

le 20/10/2014 à 10:38
Signaler
@LEO. Oups pas réveillé, je voulais dire dévaluation de notre monnaie et pas renchérissement. Pour les produits importés je me rends compte que mes arguments sont bancals puisque en cas de sortie de l'euro plusieurs pays auront une monnaie plus faib...

le 20/10/2014 à 11:56
Signaler
Bon, baisser les salaires est la même chose que dévaluer (en moins hypocrite), alors faisons le !

le 20/10/2014 à 14:03
Signaler
Pas d'accord Nicolas. Dévaluer est la même chose que baisser les salaires si vous achetez uniquement des produits importés de pays par rapport auxquels vous aurez dévalué. Mais la grande majorité des produits vendus en France sont encore fabriqués ...

à écrit le 20/10/2014 à 0:31
Signaler
Le blabla néolibéral habituel.C'est d'un grand coup de balai qu'il faudrait et envoyer toutes les théories néolibérales à la poubelle. La mondialisation pourrait être une bonne chose, mais pas celle en place actuellement qui ne favorise que la finan...

le 20/10/2014 à 2:13
Signaler
Exact JB38, mais il n'y a qu'un seul mouvement politique qui défend une alternative au néolibéralisme, à savoir une économie de marché avec un état dirigiste, une coopération entre nations souveraines et dotées de leur propre monnaie.

le 20/10/2014 à 8:15
Signaler
De même pour le blabla neo-socialiste, Supprimer le capitalisme, pour le remplacer par quoi ?

à écrit le 19/10/2014 à 23:20
Signaler
la France c'est d'abord un territoire avec sa culture et ses ancêtres à l'intérieur de l' Europe . Les économistes , les politiques ont perdu la main . Nous voulons autre chose que ces rengaines économiques d'un autre âge . Nous refusons le communaut...

à écrit le 19/10/2014 à 23:17
Signaler
Mouais. Pourtant, quand je regarde aux US ou en Angleterre à tout hasard, pays sûrement jugés bien adaptés à la mondialisation par notre auteur, je n'ai pas l'impression que ça soit mieux que chez nous. Bien au contraire. Ce qui me semble une bien me...

le 20/10/2014 à 8:58
Signaler
Pour ceux qui vivent enfermés au fond de leur tanière avec des pièges à l'entrée, la vie est un enfer partout.

le 20/10/2014 à 11:58
Signaler
Heu, si la GB c'est mieux : il y a tellement peu de chômage que les gens font grève pour être augmenté..

à écrit le 19/10/2014 à 22:08
Signaler
La France a un réel problème structurel et d'adaptation, les gouvernements quells qu'ils soient, n'ont pas su prendre les décisions qu'il fallait en temps voulu contrairement à l'Europe du Nord. Le chomage en Suisse, pourtant vieille nation industrie...

le 20/10/2014 à 8:47
Signaler
Supers exemples: un pays qui se goinfre sur le dos des autres via l'évasion fiscale et un autre qui joue les passagers clandestin en ne payant même pas le prix de sa jeunesse qu'il ne renouvelle pas. Tout cela n'est que mensonge. MENSONGES!

le 20/10/2014 à 13:57
Signaler
Pour le coup Math a bien calculé. Je rajouterai simplement que l'allemagne était déjà à 14% de pauvreté. Les efforts néolibéraux faits en France ont permis de la rejoindre.

à écrit le 19/10/2014 à 21:17
Signaler
pourquoi les français .....dans" les français" , il y a aussi les patrons français ,ceci explique qq problèmes du pays.

à écrit le 19/10/2014 à 21:12
Signaler
Difficile de ne pas etre severe devant de telles litanies

à écrit le 19/10/2014 à 21:06
Signaler
Enfumage... Comme d'habitude... Economisez votre plume nous ne vous croirons plus

à écrit le 19/10/2014 à 20:31
Signaler
Argumentaire d'étudiant boutonneux. Juste un exemple, tout le reste est de la même eau :" l'échange international devrait générer une baisse des prix des biens échangés et donc une hausse du pouvoir d'achat " On pourrait dire: si le prix des biens éc...

le 20/10/2014 à 7:27
Signaler
Comme on ne peut plus dévaluer sa monnaie, alors on dévalue ses emplois et ses salaires. Elle est où la hausse du pouvoir d'achat?...

à écrit le 19/10/2014 à 20:03
Signaler
la mondialisation arrange ,allez je vais être large, 10 pour cent des français, ceux qui font des bénéfices à haut niveau sur le dos des autres!!! les 90% restant on subit !!! voilà pourquoi on aime pas!!! on en a rien à foutre de la mondialisation ...

à écrit le 19/10/2014 à 20:00
Signaler
meme si je regrette l attitude des francais face a la chance qu est la mondialisation, cet article est truffe de cliches, de poncifs.... sans parler du cote pseudo academique de l argumentation avec la description de la theorie des echanges de Ricard...

à écrit le 19/10/2014 à 19:46
Signaler
On a refusé le communisme, pourquoi voulez vous que l'on accepte cette mondialisation!?

à écrit le 19/10/2014 à 19:42
Signaler
Les français comme tout ceux qui ne veulent pas être traité comme "incapable" et être mis sous tutelle sont contre cette mondialisation de la dépendance!

à écrit le 19/10/2014 à 19:22
Signaler
L'argumentaire déployé est parfois un peu caricatural. Certains travers décrits sont réels mais pas généralisés à 100% de la société.

le 19/10/2014 à 21:56
Signaler
Or il vous serait assez intéressant d’appréhender ce qu’un vol de papillon peut générer…. un papillon tricolore, en l'occurrence. Une forme de théorie du chaos (inversé ou amplifiée), la soucoupe volante qui fait sa propre négation en quelque sorte. ...

à écrit le 19/10/2014 à 18:51
Signaler
la mondialisation appauvri les français c'est pourqoui il ne l'aime pas. L AUTEUR DE CET ARTICLE NE COMPREND RIEN

à écrit le 19/10/2014 à 18:47
Signaler
La mondialisation ne serait pas un problème pour les français si les marchés n'étaient pas totalement truqués. L'escroquerie de "la crise" des subprimes nous a coûté la bagatelle de 600 milliards d'Euros de dette supplémentaire, entièrement versée au...

le 20/10/2014 à 12:01
Signaler
" L'escroquerie de "la crise" des subprimes nous a coûté la bagatelle de 600 milliards d'Euros de dette supplémentaire" Les subprimes, c'est de la régulation Etatique, pas une escroquerie : Clinton et les Démocrates devaient y croire lorsqu'ils ...

le 20/10/2014 à 14:10
Signaler
Alors là nicolas vous êtes vache : c'est parce que la chine a financé la dette américaine que la FED a continué sa politique de taux très bas en dépit du bon sens ce qui a déclenché la crise des subprimes. Pour le coup les américains se sont faits n...

à écrit le 19/10/2014 à 18:44
Signaler
Cet article est un beau ramassis de propagande tout droit sorti d'un manuel de l'école de Chicago ! Ce que ce monsieur oublie de nous dire, c'est que ce modèle n'est enrichissant que pour deux catégories de personnes et dans des mesures totalement...

le 19/10/2014 à 23:19
Signaler
Je n'aurais pas dit mieux. Je me contente donc d'un +1. Votre mondialisation, on n'en veut pas. Quel intérêt de vivre dans un pays qui exclut la plupart de ses citoyens ?

le 20/10/2014 à 11:53
Signaler
Les statistiques ne montre pas du tout une "emputation" de salaire.. Par ailleurs pour s'enrichir, il faut enrichi ses clients. Donc les actionnaires sont un bienfait pour les autres. "Quel intérêt de vivre dans un pays qui exclut la plupart ...

à écrit le 19/10/2014 à 18:26
Signaler
La mondialisation résulte des accords euro américains pris au tournant des années 90 pour le plus grand bienfait des multinationales avec les outils complices Maastricht, euro et la fin du contrôle des marchés de capitaux, de marchandises et de serv...

le 20/10/2014 à 11:50
Signaler
"La mondialisation résulte des accords euro américains pris au tournant des années 90... Nan, la mondialisation est la norme historique qu'on avait oublié suite aux catastrophes des guerre mondiale et autres délires Soviétique. Au XVIIIéme sièc...

le 20/10/2014 à 14:25
Signaler
@Nicolas La mondialisation forcenée telle que vous la décrivez n'a rien à voir avec une norme, par contre, le libre échange est lui historique mais en même temps très différent, vous connaissez sans doute l'étymologie du mot "libre".. Comment font ...

à écrit le 19/10/2014 à 18:06
Signaler
La mondialisation quand on a compris comment ca marche, c'est très facile et ca rapporte gros. Les français n'y comprennent rien et ils ont peur. Heureusement, dans mon secteur, je suis tout seul.

à écrit le 19/10/2014 à 17:55
Signaler
Peut être tout simplement parce que la France aime le socialisme, l’assistanat, les grèves, le syndicalisme, les 35h, les droits acquis de bon papa, le chômage, ... Bref, toutes les choses incompatible avec la mondialisation... On voit le résultat au...

le 19/10/2014 à 18:53
Signaler
Ils aiment aussiles cuisses de grenouilles, la Tour Eiffel et ont des berets.

le 19/10/2014 à 19:14
Signaler
On aime aussi l'indépendance que d'autres veulent nous supprimer et leur mises sous tutelle!

le 19/10/2014 à 20:51
Signaler
@ CESAR « Ils aiment aussi les cuisses de grenouilles, la Tour Eiffel et ont des berets ». Faut pas oublier de préciser (dixit BHL), qu’ils adorent également se pavaner avec une « baguette » sous le bras. Quant à Sylvain Fontan, il s’est ré...

à écrit le 19/10/2014 à 17:54
Signaler
M. Fontan, je vais vous dire pourquoi. Prenez l'exemple hypothétique de Jeux Olympiques qui se passent en France. Presse et médias dans la foulée se préparent pour couvrir dans le détail chaque épreuve où il y aura des Français. Les commentaires ...

le 19/10/2014 à 18:36
Signaler
L'humiliation est rudement proportionnelle à l'orgueil, Don Quixote dixit. A bon entendeur...

à écrit le 19/10/2014 à 16:17
Signaler
La France ne travaille pas pour les autres, mais avant tout pour elle même, avant de vendre ses surplus à l’extérieur! La philosophie de la spécialisation ne la concerne pas car c'est la dépendance et non l'indépendance..!

à écrit le 19/10/2014 à 16:00
Signaler
Très joli texte issu directement de la doxa libérale. Peut être qu'un rien de ce désuet orthographe donnerait un semblant de crdibilité à ce genre de propos. Au passage 'désire' et non désir, c'est un verbe, et 'pallier' avec deux 'l' pour le même pr...

le 19/10/2014 à 16:13
Signaler
heheheheheheheh bravo!!!!!

le 20/10/2014 à 11:44
Signaler
Au passage, la mondialisation rapporterait 300/350 euros par mois en pouvoir d'achat supplémentaire. Mais bonne ou pas, ce n'est pas pertinent, puisque c'est la réalité, et que donc les français devront s'y plier, comme tous le monde.

le 20/10/2014 à 23:49
Signaler
Vous voulez certainement dire quelque chose, mais quoi?

à écrit le 19/10/2014 à 14:56
Signaler
Parce qu' elle plait aux nantis , donc mauvaise pour le plus grand nombre.

à écrit le 19/10/2014 à 13:32
Signaler
"l'empêchent de profiter des effets vertueux de la mondialisation." C'est bien vite oublier les effets dévastateur de la mondialisation, esclavagiste, polution, apauvrissement, explique moi pour qui c'est vertueux, seulement pour celui qui possèden...

le 19/10/2014 à 13:36
Signaler
Cessez d'acheter des produits chinois ou espagnols, allemands etc. et vous serez cohérents avec vos idées. Sinon profitez bien de la mondialisation. Vous avez internet chez vous?

le 19/10/2014 à 14:05
Signaler
@Polo: +1

le 19/10/2014 à 14:51
Signaler
Les produits français sont souvent plus chers que ceux dont vous parlez. Si vous en avez les moyens, alors achetez-les. Vous rêvez toujours d'une société française riche et nageant dans le fric ? révéillez-vous, descendez sur terre plutôt.

le 19/10/2014 à 16:22
Signaler
Les arnaques commencent toujours par la même méthode, un prix bradé sans concurrence puis un prix maxi dés qu'elle a le monopole!

le 20/10/2014 à 11:43
Signaler
"Les arnaques commencent toujours par la même méthode, un prix bradé sans concurrence puis un prix maxi dés qu'elle a le monopole!" Un monopole, avec des millions et des millions de sociétés comme concurrentes, on n'est pas prés d'en voir...

à écrit le 19/10/2014 à 13:23
Signaler
Nos politiciens font un métier difficile et il faut les respecter. Toutefois, beaucoup de gens font des métiers aussi difficiles, comme les journalistes de rédaction ou les livreurs de pizza dans une grande ville. Nous, les Gaulois, nous avons un pou...

le 19/10/2014 à 14:04
Signaler
Faux commentaire? Le but est-il de vous moquer de la vieille France ou bien êtes vous sérieux ?

le 19/10/2014 à 14:49
Signaler
Tout à fait d'accord avec vous et avec même un plus (+) : nous ne travaillons que 35 heures par semaine !!!! hahaha il faut le faire !!!

le 19/10/2014 à 17:57
Signaler
La prochaine fois, passez la face B. Votre pickup est rayé.

le 19/10/2014 à 19:10
Signaler
Que nenni ! Point de vue qui n'engage que vous. Meme s'il existe des gens malfaisants, le fait de vouloir généraliser toute progression légitime des individus économiquement ou autre et un mensonge et une justification pour spoiler ceux qui produisen...

le 19/10/2014 à 21:53
Signaler
En lisant votre plaidoyer, mon cher Toto (ou Toteau) j’ ai eu cette désagréable impression de mélancolie que dégageait de vos propos. Hmmmmm.... Observez le labeur des nuages, Toto : la mutation, à force d'être constante, crée un état d'immobilité. T...

à écrit le 19/10/2014 à 12:57
Signaler
Un économiste qui nous explique que ce n'est pas a la monnaie de s'adapter a l'économie mais a l'économie de s'adapter a la monnaie ? mais il me semblait pourtant que la monnaie était un OUTIL qui sert justement a ça ! et d'ailleurs, c'est exac...

le 19/10/2014 à 13:07
Signaler
:-)) En effet, vous avez raison. Encore un économiste français qui va gagner le prix Nobel d'économie ! :-))

le 20/10/2014 à 11:40
Signaler
"COMME UN OUTIL et non pas comme une CONTRAINTE." Un pays n'est pas seul au monde. La monnaie sert à échanger. C'est donc nécessairement une contrainte, parce que vos partenaires ne sont pas des débiles et veulent, quelque soit l'artificialité d...

à écrit le 19/10/2014 à 12:52
Signaler
Parce ils se sont avérés très peu compétitifs et ils n'ont pas su s'imposer dans d'autres marchés comme ils escomptaient fins des années 80. Point à la ligne.

le 19/10/2014 à 14:53
Signaler
+ 327

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.