Le décrochage de l'Italie : un vrai risque pour la zone euro

 |   |  583  mots
Alexandre Mirlicourtois, directeur de la conjoncture et de la prévision de Xerfi./ DR
La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui, le risque pour la zone euro du décrochage italien.

La chute de Fiat, c'est le symbole du décrochage de l'Italie. Une descente aux enfers dont rend compte parfaitement l'effondrement de la production nationale de véhicules particuliers. Une production passée de 2 millions d'unités au début des années 90 à moins de 500 000 aujourd'hui.

C'est une division par 5

Et si la grande récession est passée par là, l'explication est trop courte car la chute de la production la précède. C'est la marque d'un pays qui souffre depuis longtemps d'une productivité insuffisante vis-à-vis de ses principaux concurrents européens et d'une reconversion industrielle avortée.

Or en Italie, comme en Allemagne, tout passe, plus qu'ailleurs, par l'industrie avec cette différence, l'Allemagne c'est le royaume des entreprises de taille intermédiaires, l'Italie celui de la petite entreprises. Les PME et les micro-entreprises forment en effet la quasi-totalité d'un parc fort de plus de 6 millions d'entreprises, deux fois plus que celui de la France.

Et, par nature ces petites unités sont branchées sur la demande domestique, une demande domestique qui joue comme une chape de plomb. La superposition de l'évolution de la production manufacturière et de la demande intérieure en donne un rapide aperçu : avec la grande récession, le plongeon la production est certes venu d'abord des exportations. Le Nord, berceau industriel du pays, souffre alors particulièrement.

Austérité imposée

Mais après la reprise avortée de 2009-2010, c'est la cure d'austérité imposée par les autorités européennes qui met à l'arrêt la demande domestique et fait à nouveau plonger l'activité. La panne devient générale. La crise, la rigueur budgétaire ne sont pas à l'origine de la déliquescence du pays, mais elles l'ont bien accentué.

Bilan 6 ans environ après avoir touché le fond, la production manufacturière est redescendue à son plancher. Le constat a le mérite de la simplicité : l'Italie ne sait plus croitre.

Au niveau macro-économique cela se mesure par l'écart grandissant entre le PIB de la zone euro (hors Italie) qui a pratiquement restauré son niveau d'avant crise et l'Italie où le déficit de croissance atteint quasiment 9%. Et c'est bien là le danger car le pays est fortement endetté. L'Etat dégage certes traditionnellement un excédent budgétaire primaire, c'est-à-dire que ses comptes sont dans le vert avant le paiement des intérêts de la dette. Mais cela signifie juste que l'Italie ne serait plus en déficit si elle répudiait sa dette. Hors sa dette publique c'est près de 135% de son PIB, un montant absolu supérieur à 2 200 milliards d'euros.

L'Italie c'est 6 fois la Grèce et ses 360 milliards d'endettement

Aujourd'hui, les intérêts de la dette représentent 5% des richesses produites par an, un élément de plus dans le tableau noir de la compétitivité. Ce n'est pas tenable économiquement, ce n'est pas tenable politiquement car cela veut dire un alourdissement de la fiscalité.

On comprend alors mieux tous les efforts (réforme du marché du travail, reformes institutionnelles pour plus de stabilité politique, réduction générale de la fiscalité) de Matteo Renzi et son gouvernement pour relancer la machine. L'alternative : faire de la croissance ou faire défaut. Et si l'Italie fait défaut, pas de doute c'est tout le système monétaire européen qui saute.

 >> Plus de vidéos sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/01/2015 à 22:59 :
j e suis surprit j ai postèe 2 comentaires et n on pas etè publier
a écrit le 22/01/2015 à 18:37 :
"La seule chose qu'elle a c'est son anti-européeanisme primaire. Elle veut quitter l'euro pour refaire de sa monnaie de singe : la lire."

Tout à fait. Ainsi comme la France et le franc français, une autre monnaie de singe. L'Union Européenne est bel et bien finie, l'orchestre s'est en allé déjà, on dance dans le silence.
a écrit le 22/01/2015 à 10:09 :
"bref l'Iatalie a encore tout ce que la France a détruit depuis 15 ans sous Chirac Sarkozy et Hollande Valls "
L'Italie n'a rien, n'est rien, ne fait rien.

La seule chose qu'elle a c'est son anti-européeanisme primaire. Elle veut quitter l'euro pour refaire de sa monnaie de singe : la lire.
Réponse de le 22/01/2015 à 18:47 :
noshe vous avez raison l Italie est tous petit pays sans aucun intérêts a tous points vue que la France est grande et belle avec un peuple très cultive qui a civilise le monde par sa grande histoire .pays de référence dans tous les domaines et ce depuis des siècles quel pays cette france
a écrit le 22/01/2015 à 9:51 :
Faux, en Italie il y a 2 fois plus d'ETI qu'en France !!! c'est le deuxième pays européen derrière l'Allemagne,en nombre d'ETI, de plus l'Italie depuis 30 ans dégage un excédent Primaire !!! c'est certainement pas le cas de la France !!!
Bref article complétement biaisé, pour nous faire croire que la France c'est Byzance !!!
a écrit le 22/01/2015 à 9:48 :
mdr les commentaires.

L'Italie est un petit pays d'Europe et le premier pays que j'excluerai. Il ne sert à rien en Europe si ce n'est à faire tuer l'Europe.
Ensuite pour tous les coms élogieux sur l'Italie, je me marre, je me marre. TOUT EST FAUX !
La culture de l'Italie, il n'y en a pas. Ils sont totalement américanisés (films, séries, musique) largement plus qu'en France, Espagne ou Allemagne.
Ils ont rien à offrir au monde les italiens, ils sont inutiles.
Le luxe, ils ne font que recopier les français qui ont inventé la mode, la haute couture, le pret à porter, la parfurmerie, la cosmétique. Alors dire qu'ils sont nos égaux, je me marre.
L'aéronautique, plus fort que la France.PTDR.
Ils ont tout fourré dans leur petite Finmeccanica qui fait tout et rien à la fois. Des trains, des centrales thermiques, des hélicos, des microconduteurs, des torpilles etc. tout ca pour un petit chiffre d'affaire. Jamais vu un tel conglomérat aussi disparate.
Chaque entité fait à peine 1 à 2 milliards maxi de CA, rien à voir avec nos Airbus, Safran, Thales, Alsthom, Zodiac, Nexter, Feveley etc..
La gastronomie ou le vin, idem. L'Italie essaie de copier le savoir-faire des français. A part sa pizza, en cuisine elle a rien inventé. La béchamel, les sauces, la chantilly, le "entrée-plat principal-dessert", la cuisson etc... les français ont inventé toutes les techniques de cuisine, tout l'art de la table, et meme la cuisine expérimentale.
Les italiens à part leur grande-bouche, ils ont rien inventé.
Mais sutout ils ne servent à rien, ce sont des inutaliens. Ils sont memes des genes.
J'oublierai jamais la deuxieme guerre du golfe où la France a mis son veto contre Bush et l'Allemagne a suivi les français. Les seuls qui étaient pour Bush étaient les italiens, aucune solidarité. Juste pour dire qu'ils existent ces inutaliens.
Réponse de le 22/01/2015 à 11:14 :
plus idiot comme commentaire on fait pas
il vous ont fait quoi les italiens pour etre si vindicatif ils ont refusé que vous y viviez
Réponse de le 22/01/2015 à 14:14 :
Comme pho78 je trouve votre commentaire complètement débile, vous n'avez pas du travailler souvent en Italie (ou avec des boites Italiennes). Vous devriez y aller, vous pourriez y apprendre le savoir-vivre, qui a l'air de vous faire cruellement défaut.
Réponse de le 31/01/2015 à 1:56 :
Euh Noshe, Leonardo da Vinci, Michelangelo, Dante Alighieri, Alessandro Volta, Enrico Fermi, Guglielmo Marconi, tu as certainement raison les Italiens n'ont rien inventé. Des vilains copieurs, Armani, Versace, Gucci, Dolce e Gabbana, Valentino, Ferragamo, Bulgari, tous des copieurs du savoir faire français. Les Italiens ont tout copié même en gastronomie hahahah t'as pas du souvent manger italien il n'y a pas plus varié comme cuisine.
L'Italie complètement subordonnée aux États-Unis ? Pas plus que la France (Mistral à la Russie), Italie complètement americanisee ? Je te propose d'aller faire un tour dans un cinoche italien tu seras étonné.
Finmeccanica petite boîte ? Renseigne toi un peu mieux !
Maintenant je ne sais pas ce que les Italiens t'ont fait, mais essaye d'argumenter et de t'informer un peu mieux.
Un Inutalien
a écrit le 21/01/2015 à 19:50 :
meur MIRLICOURTOIS il faut refaire votre article FIAT na pas decrocher mais a grandie avec FCA ils on produit en 2014 5millions devoitures sans compter CNH avec les machinnes agricolles ect
a écrit le 21/01/2015 à 19:39 :
a noshe ou niese l article de la tribune est mèdiocre comme noshe l ITALIEest avec la FRANCE le fondementde l europe q antd a comparaison avec la GRECE o partout L ITALIE est 1iere en construction nzval en europe 2 iem mondial en construction de machinnes agricolles 6contstructeurs de motos ect
Réponse de le 21/01/2015 à 23:00 :
L'Italie est un grand pays avec une industrie puissante mais souffrant d'une compétitivité grevée par l'euro. La majorité de ses échanges sont intra européens, or la lire est surévaluée dans le système monétaire européen (comme le franc et la peseta). A cela s'ajoute une classe politique assez irrégulière dans sa qualité, comme la notre.
D'une certaine manière l'Italie a beaucoup de points communs avec la France
Réponse de le 12/03/2015 à 14:49 :
C'est vrai mais pour l instant ce n'est plus le cas avec une quasi parité euro/dollars . Simplement il faut un certain temps pour en sentir les effets . Comme pour la France . Un euro entre 1 et 1,2 dollars , durablement , ça serait très bien. Mais il faut aussi aller chercher la compétitivité ailleurs qu en terme de prix. Italie comme France sont capables de faire du haut de gamme , à forte VA
Italie et France sont les 2 plus belles cultures du monde.
a écrit le 21/01/2015 à 18:57 :
Désolé Alexandre Mirlicourtois mais on a du mal à vous comprendre. Articulez svp!
Quant à l'analyse, merci, c'est intéressant. Il manque peut être les solutions ou les voies de "sauvetage". On peut faire dire ce qu'on veut à des chiffres en juxtaposant 2 graph.
a écrit le 21/01/2015 à 18:43 :
Les Italiens s'en sortiront tout le temps , d'ailleurs ils ont les plus belles femmes .
a écrit le 21/01/2015 à 17:46 :
Il y a des regions en Italie comme au Tirol du Sud ou l économie marche très bien.
Alors il faut se poser la question pourquoi une petite région n a pas de problemes et que le reste ne s en sort pas !
Aurait ce par hasard à voir avec la culture des gens ???
a écrit le 21/01/2015 à 16:35 :
cette europe sème le désespoir dans tous les pays.
a écrit le 21/01/2015 à 15:43 :
On se demande vraiment qui peut avoir confiance en l'euro, a part ceux qui arrivent a le placer sous des taux négatifs! Ils ont même peur... de l'investir dans le réel!
a écrit le 21/01/2015 à 14:46 :
Le décrochage de l'Italie : un vrai risque pour la zone euro ?
Le problème c'est la commission européenne et ses fonctionnaires qui ont précipité l'Europe dans le mur.
Yaqua dissoudre la commission européenne,

et revenir au traité de 2005 refusé par le Référendum des Français.
a écrit le 21/01/2015 à 14:30 :
Voila ce qui s'appelle se tirer une balle dans le pied: l'Etat dit dehors Fiat? En europe la production automobile a chuté de plusieurs millions dans l'europe du sud, mais pas en Allemagne où elle augmente. La crise, c'est pas partout, Est-ce à cause du curé rouge, du soleil et de l'insolation, de la paresse, ou de la bétise politicienne administrée?
a écrit le 21/01/2015 à 14:25 :
ll n'y a aucun risque pour la zone euro il faut juste que les pays du club méditerranéen sortent de la zone euro et tout ira pour le mieux, la lire retrouvée et le franc français et la drachme comme cela ils pourront procéder aux dévaluations compétitives.
a écrit le 21/01/2015 à 14:22 :
La bonne question est toujours là-même, au lieu de diminuer les fonctionnaires en Italie ou d'augmenter les impôts l'incurie du politique consiste à faire de la dette et à pleurnicher par la suite, c'est typique du club méditerranéen, comme la France du reste, car la dette elle ne tombe pas du ciel mais est contractée par le parlement qui vit au-dessus de ses moyens qui étrangle les entreprises et se sucre au passage. Il n'y a aucune volonté de mettre des conditions cadres favorables pour l'économie bien au contraire, il y a toujours ce vieux ressentiment des communistes italiens comme en France contre les riches alors ils partent et ces pays n'ont qu'à faire faillite, comme la Grèce
a écrit le 21/01/2015 à 14:10 :
Les saignées imposées par l'Europe finiront par tuer le malade au prétexte qu'il est trop gras.
Réponse de le 21/01/2015 à 19:50 :
Lol
a écrit le 21/01/2015 à 13:33 :
l'Italie, un pays en Europe qui ne sert à rien.

Il est toujours contre les décisions de la France et de l'Allemagne. Il agit toujours dans son interet prioritairement. Quand les choses vont mal, il ne faut pas compter sur les italiens pour vous aider, au contraire ils aiment apprendre que ca se passe mal ailleurs.
Et enfin ils veulent quitter l'Euro pour repartir dans leur politique de dumping monétaire (leur fameuse lire qui était 1000x plus basse que le franc).
Réponse de le 21/01/2015 à 15:32 :
Votre message pue la haine. L'Italie est l'un des grands pays d'Europe tant d'un point de vue économique que culturel, et votre commentaire honteux n'y changera rien.
Réponse de le 21/01/2015 à 16:37 :
entièrement d'accord avec votre commentaire, oui, l'Italie est l'un des grands pays d'europe , europe, sans majuscule toutefois !!
Réponse de le 21/01/2015 à 17:10 :
L'Italie a encore une industrie très fournie de la machine outil, près de 6 constructeurs de motos, des fleurons de l'automobile Ferrari, Lamborghini, etc,
une industrie du Luxe égale à la française, du textile, de l'aéronautique, de l'acier et de l'aluminium plus forts que la France, de la gastronomie et des vins largement égaux aux français,

bref l'Iatalie a encore tout ce que la France a détruit depuis 15 ans sous Chirac Sarkozy et Hollande Valls
a écrit le 21/01/2015 à 12:35 :
Oui, on a beaucoup parler de la Grèce et on en parlera encore longtemps mais ça n'est rien en comparaison de l'Italie.

Après la Grèce, ce sera le prochain pays à sortir de l'euro.
Réponse de le 21/01/2015 à 16:39 :
vous vous rendez compte que vous parlez de l'ITALIE, là ! si elle ne s'en sort pas, la France non plus !
Réponse de le 21/01/2015 à 17:35 :
l' Italie, la France, l' Europe, le Monde.. cela sera le signal de sauver au plus vite ses fesses et d' aller voir si aux Iles vierges ou à Tuamotu vous serez épargner par les retombées radioactives. Il ne faut pas se leurrer, ce sera bien pire qu' à Gravelotte.
Réponse de le 22/01/2015 à 15:38 :
v
Réponse de le 22/01/2015 à 15:43 :
@NOSCHE
ben vous revoilà ! toujours avec vos propos haineux. Vous n'avez pas changé. Vous êtes le même type qui sévissait il y a quelques mois sur un site automobile et qui attendait impatiemment un article sur une marque italienne pour pouvoir écrire toute sa haine de l'Italie. Monsieur Nosche, je n'ai jamais compris ce qui vous animait, mais vos commentaires xénophobes, haineux n'ont rien mais absolument rien à faire sur ce site. Je me demande même comment ils ont pu être diffusés. Vous êtes vraiment un drôle de type

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :