Croissance mondiale 2015 : les pays avancés relèvent la tête

 |   |  703  mots
Alexandre Mirlicourtois, directeur de la conjoncture et de la prévision de Xerfi./ DR
La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui: la croissance mondiale 2015 par zones, les pays avancés relèvent la tête.

La croissance mondiale devrait atteindre 2,8% cette année. Par rapport à notre dernier point de conjoncture de décembre c'est une révision marginale à la hausse, (+0,1 point). Mais ce n'est pas là l'essentiel. L'essentiel c'est la consolidation de notre scénario de bascule de la croissance des pays émergents vers les pays avancés.

Les Etats-Unis et l'Europe vont mieux

En tête, les Etats-Unis, 22% du PIB mondial, pour lesquels nous maintenons notre prévision à 3,1%. C'est une croissance forte qui allie productivité, compétitivité, nouveau cycle d'investissement progression de l'emploi et désormais hausse des salaires. Une croissance assez solide pour que les autorités se passent du soutien monétaire et laissent remonter le dollar et jouent la partition du marché intérieur.

Fidèle à son habitude, le Royaume-Uni marche dans les pas de la reprise US. La hausse des salaires, la faible inflation, la persistance des effets richesse sont de nature à soutenir la consommation et la croissance qui atteindra encore 2,4% cette année.

En Europe continentale, les effets combinés de la baisse du prix du pétrole, de la dépréciation de la monnaie unique ont commencé à se diffuser. Les signes de redressement se multiplient dans la zone euro et pour la première fois depuis 2010, politiques monétaire et budgétaire seront simultanément plus accommodantes.

De quoi relever notre prévision de croissance qui passe à 1,6 % sur l'ensemble de l'année.

Et ailleurs...

De son côté, le Japon sort progressivement de la récession causée par la hausse du taux de TVA en avril dernier. Entre impulsion budgétaire, baisse du yen, le redressement de l'activité devrait se confirmer cette année et se rapprocher de 1%.  L'ensemble du monde développé s'extrait donc progressivement de la crise. Une dynamique qui contraste avec celle des régions émergente qui subissent les ratés des grands BRIC.

C'est le cas des PECO (+2% prévus cette année), pris entre deux feux : portés par le regain de croissance de leurs donneurs d'ordre à l'ouest mais affaiblis sur leur flan Est par le décrochage de la Russie.

Une Russie mal en point avec la dégringolade des cours du pétrole et l'impact des sanctions internationales. Le pire semble pourtant évité, la récession sera limitée à -3%.

Même désenchantement pour l'Amérique latine, où, à l'exception du Mexique tiré par son voisin américain, le reste des pays subissent le coup de mou des grandes économies régionales jusque-là motrices.

Du Brésil notamment qui doit faire face à l'assèchement de ses recettes extérieures avec le retournement du prix des matières premières.

Si l'on ajoute l'Argentine frappée aussi par la récession et le Venezuela, proche du scénario catastrophe, c'est suffisant  pour faire plonger l'ensemble de l'Amérique Latine dans le rouge : -0,3%. Le pire résultat depuis 2002.

En Asie, le coup de fouet ?

De son côté, l'Asie émergente est pénalisée par le ralentissement de la Chine. Les failles de l'ancien modèle de croissance apparaissent au grand jour.

Alors bien sûr, la croissance sera proche de 7%, c'est la cible du parti. N'empêche, la transition vers un modèle de croissance plus autocentrée est une voie plus douloureuse que prévue.

Autre géant émergent de la région, l'Inde affiche une croissance robuste même si la demande domestique faiblit un peu. Mais la Banque centrale est à la manœuvre et a déjà abaissé par 2 fois ses taux directeurs depuis le début de l'année pour lui redonner un coup de fouet.

L'image de l'Asie émergente est celle d'une région qui décélère en partant d'un haut niveau. Du coup 2015 c'est une reprise américaine dont la solidité est confirmée.

Plus une évolution des changes et du prix des matières premières qui diffuse ses effets positifs au sein des pays avancés et des émergents de plus en plus à la peine, consacrant ainsi le basculement de croissance entre pays avancés et émergents que nous annonçons depuis plus d'un an.

 >> Plus de vidéos sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/03/2015 à 12:55 :
esque tous ces bonnes nouvelles vont enfin faire repartir la croisance raisonable en economie d energies ,et faire repartir l emploies ?,,,,,,,, SEUL LA BAISE DU CHOMAGE SERAS UN SIGNE DE REPRISE? TOUS LE RESTE N AI QUE DU BARATIN DE SOIT DISANT EXPERTS ECONOMIQUE:: BIDON ::???

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :