Entreprises : tous en faillite d’ici 5 ans ?

 |   |  1402  mots
(Crédits : https://unsplash.com/s/photos/business)
OPINION. La crise du coronavirus, d'un point de vu financier, est un problème de bas de bilan. Or, l’Etat y apporte une solution de haut de bilan (lié au financement à long terme des sociétés). Ce qui présente bien des dangers. (*) Par Mounis Hassim, consultant en Financement de Projets et ancien Maître de Conférences à Sciences Po Paris.

Salué par l'ensemble des commentateurs et des analystes pour sa réactivité - création d'un Fonds de Solidarité, pour les très petites entreprises (TPE) et indépendants, création d'un Fonds de 20 milliards d'euros pour renforcer des participations financières de l'État dans les entreprises stratégiques en difficulté - pour l'importance de la réponse financière (plusieurs centaines de milliards d'euros en bilan et hors bilan), l'Etat se retrouve, aujourd'hui, critiqué, par certains Instituts, sur les modalités même de son intervention ; la jugeant inappropriée, aux effets secondaires mal appréhendés.

Pour juger du bon fondement ou non de ces critiques, il convient de se resituer dans le contexte du mois de mars 2020 et de répondre à ces questions : Que pouvaient réellement faire les pouvoirs publics ? Quelle latitude avaient-ils ? En axant leur aide majeure sur le Prêt Garanti par l'Etat (PGE), l'Etat pouvait-il agir différemment ? L'Etat, agissant de la sorte, avait-il conscience des effets pervers du PGE ?

Lire aussi : Le PGE et le piège de la dette sans recours pour l'État

Trois leviers d'action à la disposition de l'Etat

L'Etat, pour faire face à cette crise inédite avait trois leviers d'action à sa disposition : les subventions d'exploitation, la dette garantie et l'entrée dans le capital des sociétés.

Optimum de premier rang, les subventions d'exploitation représente une solution où l'on supplée une perte de chiffre d'affaires par une injection de cash. Cela revient à substituer les faiblesses de bas de bilan (ce que l'entreprise possède à court terme ndlr) par une injection de cash de même typologie - de bas de bilan. Pourquoi l'Etat ne s'est-il pas tourné vers cette voie, idéale ? Pourquoi n'a-t-il pas actionné ce levier d'action, qui paraissait si bien répondre au problème posé ?

Simplement, parce que cette solution présentait trois risques majeurs :

- un risque réglementaire : Elle aurait, sans doute, été retoquée par les autorités de contrôle européennes pour aides indues qui auraient faussé la concurrence

- un risque d'aléa moral : ce faisant, l'Etat aurait risqué de fausser le jeu du marché et de la concurrence

- un risque financier : cette injection de cash aurait eu un coût astronomique direct de l'ordre de 200 milliards d'euros (10% du PIB) venant se rajouter au coût des autres mesures.

Autre solution : la dette financière garantie par l'Etat. En passant par le circuit bancaire, l'Etat trouvait, par ce biais, le moyen le plus rapide d'injecter du cash aux entreprises pour leur permettre de passer le trou d'air lié au confinement tout en minorant son impact pour ses propres finances publiques (cette garantie publique étant comptabilisée en hors-bilan).

Enfin, dernière solution : la montée directe au capital des entreprises ou les obligations convertibles en actions. Il s'agit certainement de la plus mauvaise des solutions : le retour de l'Etat dans l'Economie n'est pas demandé par grand monde ; et au-delà de l'infaisabilité pratique, des délais de traitement qui auraient été incroyablement longs (organisation des Assemblées Générales des Actionnaires, valorisation des actifs,..), pour les PME, PMI cela aurait signifié, vu les montant en question, la perte de contrôle des sociétés au profit de l'Etat qui se serait retrouvé actionnaire ultra-majoritaire de plusieurs centaines de milliers d'entreprises.

Lire aussi : Quels outils ou aides financières pour les entreprises à l'heure du déconfinement ? Le point de vue de Me Smadja

Pourquoi avoir choisi la voie du Prêt Garanti par l'Etat ?

Aussi, pourquoi parmi ces trois options, l'Etat a-t-il choisi la voie du PGE ? Et avec ce choix, l'Etat avait-il conscience des effets secondaires de ce mode de financement spécifique ? Au final, l'Etat apporte une solution de haut de bilan (lié au financement à long terme des sociétés ndlr).

En fait, pour bien comprendre le choix de l'option utilisée, il convient de le remettre dans le contexte du mois de mars 2020 et comment l'Etat a agi à la fois sur le compte de résultat des entreprises et leur bilan pour renforcer leur trésorerie. Le confinement décrété par l'Etat mi-mars qui a gelé l'activité a, de facto, mis le tissu économique du pays dans une impasse financière - avec des recettes d'exploitation réduites à néant pour les entreprises. Ayant bien conscience de l'impact potentiellement mortifère pour celles-ci, l'Etat a lancé un plan d'urgence d'envergure actionnant deux leviers financiers:

1. Les actions sur le compte de résultat des entreprises avec :

- une action sur les charges d'exploitation avec promotion du chômage partiel et gel des prélèvement des cotisations et des taxes. Sachant que pour les entreprises - hors secteurs d'infrastructure et activités hautement capitalistiques - les salaires, les cotisations sociales, les impôts et taxes représentent une part très significative des charges d'exploitation, l'Etat via le chômage partiel (prenant à sa charge le paiement des salaires) a grandement allégé le fardeau financier pesant sur les entreprises ; leur laissant latitude pour gérer, entre elles et en bonne intelligence, la problématique du financement des loyers et du financement du stock de marchandises et des matières premières.

- une action sur les recettes d'exploitation : une subvention d'exploitation de 1.500 euros par mois pour les PME/PMI et entrepreneurs indépendants leur permettant de couvrir certains coûts fixes.

 2. Les actions sur le bilan des entreprises, plus précisément sur les ressources longues : délaissant la voie de la montée dans le capital, l'Etat a choisi la voie du Prêt Garanti (PGE) à hauteur de 25 % du chiffre d'affaires annuel pour les entreprises demandant assistance.

Ainsi, autant les deux premières mesures suscitent adhésion et consensus, autant la troisième mesure, de nature radicalement différente, porte un problème majeur d'adéquation au problème auquel les entreprises font face.

Lire aussi : Le directeur financier à l'heure du COVID-19 : un pilote au cœur de la crise

Règles cardinales de l'orthodoxie financière

En effet, en matière de gestion financière, l'orthodoxie financière énonce deux règles cardinales :

- les investissements doivent être financés par des ressources longues (capital, emprunts ou crédit bancaires) ; sachant que les flux futurs générés par l'investissement seront à même de rembourser les charges financières dudit investissement

- l'activité doit être en mesure de générer un chiffre d'affaires suffisamment important pour couvrir l'ensemble des charges d'exploitation (financement du stock, salaires, cotisations, loyers,..) et dégager un bénéfice pour permettre à l'entreprise de fonctionner.

Or, ici, en l'espèce, sur le plan financier, l'Etat supplée à l'effondrement des recettes d'exploitation par une subvention d'exploitation, à la portée assez réduite (1.500 euros par mois), et par un Massif Prêt Bancaire Garanti ; autrement dit, on supplée au manque de recettes d'exploitation par un apport de trésorerie, renforçant, certes le Fonds de Roulement Net Global de l'Entreprise, mais ayant pour conséquence directe d'endetter l'entreprise - alors qu'aucun investissement, emploi long ne se retrouve en face de celle-ci !

Derrière la classification comptable, et le débat d'experts, se pose une question cruciale d'adéquation de la réponse au problème posé : cette affectation de ressources longues (Prêt Garanti) ne finançant aucun investissement (aucun emploi long), ne sera en mesure de générer aucun flux financier supplémentaire à même d'assurer le remboursement dudit emprunt ! Aussi, le danger est-il grand de voir nos entreprises, déjà fragiles, ployer sous un endettement démesuré qui, représentant plusieurs années d'Excédent Brut d'Exploitation finira immanquablement par peser, à terme, sur leur viabilité.

Machiavel disait « qu'en politique, le choix est rarement entre le bien et le mal, mais entre le pire et le moindre mal », c'est sans doute ce qui a guidé le choix du Gouvernement : rechercher le Second Best, l'Optimum de Second Rang, sachant que le First Best était inopérationnel, non envisageable. Ce faisant, il nous reste juste à espérer qu'après avoir échappé au pire, à l'effondrement généralisé de l'Economie, nous serons à même d'éviter la faillite générale d'ici cinq ans (durée du remboursement du PGE), avec un endettement privé et public hors de contrôle.

Lire aussi : L'endettement des entreprises européennes risque de freiner la reprise, dixit BNP Paribas

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/07/2020 à 18:01 :
La question qui se pose c'est pourquoi une entreprise ne saurait survivre sans l'aide de l’État? C'est a croire qu'elle en est toujours dépendante! Et, donc, peut être inutile!
Il serait peut être plus rationnel de lui diminuer les charges!
a écrit le 01/07/2020 à 14:05 :
Bonjour,
L'article de M. Hassim est intéressant, il me rappelle les cours de la fac... Mais comme tous les universitaires, il reste très théorique et trop académique.
Le PGE est la meilleure réponse de l'état face à cette crise majeure et certainement la meilleure mesure jamais proposée auparavant. Concrètement, ce prêt, gratuit pendant 1 an et bonifié à un taux de 0,25%, va permettre de passer le cap du covid et de désendetter l'entreprise commerciale que je dirige sur le moyen terme. Je m'explique : depuis des années, nous versons des agios aux banques qui représentent un coût très important (découverts rémunérés par les banques entre 3 et 8%). C'est la première fois que nous nous retrouvons avec une trésorerie aussi positive, qui nous permet également de payer comptant nos fournisseurs et donc de récupèrer env. 2% d'escompte. C'est un cercle vertueux : nous augmentons nos marges sans augmenter les prix de ventes aux clients finaux et nos fournisseurs ont un apport en trésorerie supplémentaires.
Yves, chef d'entreprise de la région toulousaine.
a écrit le 01/07/2020 à 12:42 :
D'où l'importance de substituer cette dette bancaire classique, difficilement remboursable faute d'effet levier de cette dette sur les résultats (financement non d'un investissement mais d'une absence de CA), par des quasi-fonds propres par exemple sous la forme de prêts participatifs. Faire glisser cet engagement du bas vers le haut de bilan sans pour autant laisser l'Etat devenir actionnaire des entreprises débitrices.
a écrit le 01/07/2020 à 11:35 :
Bonjour,
c'est étonnant, mais à la lecture de votre article, il apparaît finalement que le "second best" (derrière la parachutage massif d'argent vis des subventions d'exploitation qui semble effectivement impossible dans un cadre européen), aurait été la socialisation du capital des entreprises et leur passage dans le giron de l'Etat... pourtant cette option est repoussée sous des prétextes futiles (organisation des AG...).
Article étonnant donc qui refuse le socialisme tout en amenant le lecteur à penser que c'était pourtant ce qu'il aurait fallu faire.
a écrit le 01/07/2020 à 10:06 :
En effet, le PGE finance de la perte et non des investissements productifs. Il va puiser dans la capacité de remboursement des entreprises sur les 5 prochaines années. Il ne faut peut être pas compter sur des faillites généralisées mais certainement sur des investissements moindre à prévoir.
a écrit le 01/07/2020 à 9:25 :
Merci de dire de façon bien plus experte ce que je dis depuis le début, on ne peut pas compenser des pertes sèches par des emprunts c'est forcément reculer pour mieux sauter, ce qui n'a pas été gagné est perdu ce n'est donc qu'un vaste plan d'endettement massif ne pouvant que plomber la productivité de nos entreprises quelles ne pourront pas compenser même avec des moldaves à 300 euros par mois.
a écrit le 01/07/2020 à 8:14 :
Une hyper inflation dans pas tres longtemps, voila ce qui va se produire.
Mais ce sera trop tard pour remettre en cause les choix des enarques supremes.
Le peuple n'est bon qu'a payer, qu'il paie.
a écrit le 01/07/2020 à 7:01 :
le pb de la france est recurrent
pas de fonds propres et car?) pas rentables
pas de fonds propres car quand y en a l'etat saute dessus soit pour lui, soit en se disant qu'il y a de la marge pour augmenter les salaires et les cotisations ' et on verra plus tard pour les consequences'
pas de rentabilite car quand on est rentable on est sanctionne; vaut mieux rien gagner que de gerer sainement et de payer in fine pour ceux qui n'auront pas gere
personne n'est dupe
on ne parle meme pas du fait que si vous etes rentable vous avez en permanence segolene et melenchon qui vont vous menacer de nationalisation ( ben oui, vous avez rempli les caisses), que les lois pactes vont vous empecher de vous rapprocher de qui que ce soit sans l'accord des syndicats et de l'etat qui va vous juger strategique
la france est schizophrene
elle bave d'envie a voir l'etat des entreprises allemandes, tout en faisant tout pour arriver le plus vite possible a etre le petit venezuela europeen

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :