La 5G au service d’une médecine de proximité à distance

 |   |  891  mots
(Crédits : Rafael Marchante)
OPINION. L'association entre 5G, Chine et coronavirus est pertinente, mais pas dans le sens où l'entendent les complotistes. Par Fabien Gautier, Directeur marketing et Directeur du business développement chez Equinix pour la France, l’Espagne et le Portugal

Quand on associe santé publique et 5G, le premier sujet qui apparait est une fake news : la 5G aurait favorisé la propagation du coronavirus. La raison invoquée : la Chine, pionnière de cette nouvelle génération de transmission de données mobiles serait, comme par hasard, le pays où est apparu le virus. Wuhan était, en effet, l'une des nombreuses villes chinoises ayant déployé la 5G l'année dernière. Au même titre que Pékin, Shanghai, Guangzhou et Hangzhou.

La 5G a certainement permis de mieux endiguer la pandémie

L'association entre 5G, Chine et coronavirus est pertinente, mais pas dans le sens où l'entendent les complotistes. Au contraire, au-delà des justes questionnements sur l'utilisation des données, les pays où la lutte contre le virus semble avoir été la plus efficace sont les pays où la 5G a été déployée. La Corée du Sud, pays le plus en avance et le plus couvert par la 5G (lancée en avril 2019) a obtenu de remarquables résultats en combinant campagne de tests de dépistage massive et analyse des données personnelles des habitants, notamment de géolocalisation. Bien sûr, en Asie, le collectif prime sur l'individualisme, le civisme est une qualité plus répandue qu'en Europe et l'autoritarisme de certains états permet d'imposer plus facilement des mesures liberticides. Il n'empêche, sans l'appui de la 5G, parés de ces qualités et de ces défauts, nous n'aurions pas été en mesure d'utiliser aussi efficacement des réponses technologiques telles « Trace Together » comme à Singapour où la 5G est déployée depuis la fin de l'année 2019.

C'est d'ailleurs la conclusion d'un livre blanc publié par Deloitte et Huawei en mars dernier. Intitulé « Combattre le COVID-19 avec la 5G : Opportunités pour améliorer les systèmes de santé publique », il met en avant les principales caractéristiques de la 5G, tels la connexion haut débit, de grands réseaux de points de connexion, une faible latence et une large bande passante de données. Couplée avec les technologies du Big Data et de l'IA, elle permet d'améliorer les efforts de prévention d'une pandémie.

Les qualités de la 5G au service de la médecine à distance

La 5G permet également une meilleure surveillance et des diagnostics à distance continus pendant les transferts de patients, par exemple, en prenant en charge l'imagerie thermique pour le contrôle de la contagion. Le côté spectaculaire de la construction d'un hôpital en 10 jours à Wuhan, en Chine, a fait grand bruit mais le fait qu'il soit connecté au réseau 5G a été quasi occulté par les media. Dès le 26 janvier, une téléconsultation vidéo était pourtant effectuée avec le centre de santé publique de Chendgu et le West center Hospital de Sichuan. Et un peu plus tard entre les 27 autres hôpitaux de la région, accueillant des patients contaminés. Capable de transmettre très rapidement des données « volumineuses » et très hétérogènes en termes de format, la 5G se prête effectivement bien à des activités de télémédecine, comme la transmission d'IRM, par exemple. Et la qualité d'image lors d'une téléconsultation est nette et précise, ce qui rassure les patients.

En France, durant la semaine du 23 au 29 mars, ce sont près de 490 000 téléconsultations qui ont été dispensées, contre 10 000 au cours d'une semaine ordinaire. Dans le même temps, le gouvernement faisait pression sur Disney pour retarder le lancement de son service de vidéo en ligne, craignant la saturation des réseaux.

La 5G est intimement liée à l'IoT (Internet of Thing), le réseau des objets connectés, comme par exemple le bouton équipant les personnes âgées et capable d'enclencher un appel d'urgence en cas de chute ou de malaise. Avec des transmissions plus rapides et à plus large bande passante, ce service pourrait être amélioré. Sans parler des opérations chirurgicales à distance qui pourraient pallier le manque de praticiens dans certains territoires. Des systèmes de santé ayant accès à la connectivité 5G bénéficieront de temps de réponse améliorés, ils permettront une meilleure surveillance des patients, une meilleure allocation de leurs ressources. La 5G sera prépondérante dans la prévention des pandémies, les consultations à distance et la gestion de centre de commandement en cas de catastrophes. La 5G permettrait bien une médecine de proximité à distance.

La 5G contre les déserts médicaux

Avec le coronavirus qui touche tout le monde mais a cependant démontré les inégalités frappant la société hexagonale, la France périphérique confrontée aux déserts médicaux pourrait bien demander des comptes. En permettant de penser la délocalisation, la 5G pourrait être une (petite) partie de la solution à deux conditions : que la 5G soit déployée sans zone blanche, contrairement aux générations précédentes, et qu'une réflexion encore plus poussée sur la protection des données personnelles de santé soit menée. Une façon de réagir aussi vite et efficacement que certains pays asiatiques, sans renier nos valeurs démocratiques et notre attachement aux libertés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/05/2020 à 18:25 :
La médecine de qualité est impossible à distance car tous les symptômes se ressemblent et même en croisant avec une IA , ça peut créer des erreurs qui vont créer d’autres erreurs et qui peuvent être fatale pour les malades .
Exemple :
Il m’arrive de m’occuper de «  patients «  à titre bénévole pour la gestion du stress ,je pense que nous ne pouvons pas faire un travail de qualité , si je ne vois pas comment mon « sujet «  réagit aux exercices et je peux l’aider à corriger pour mieux intégrer l’exercice en cours ( c’est un exemple )
Être connecté à distance , ne peut pas aider le thérapeute .( c’est mon avis et je pense que j’ai raison à 100% car j’ai testé )
A distance les mots aident mais ceci laisse le patient livré à lui même dans les thérapies de bien être , c’est important d’être une «  béquille «  pour ressourcer le patient à aider à trouver la meilleure force en lui pour revenir de manière positive .
Quand je fais des recherches sur Google , sur les maladies : ça peut nous aider comme nous enfoncer .( par exemple une personne hyper stressé ,limite burn-out peut penser qu’il a une maladie mentale alors il va provoquer des symptômes psychologiques par lui même )
L’importance de la relation entre homme- homme , patient et thérapeute ne peut pas être pareil virtuellement car la relation en sphère réalité , produit un ensemble de ressenti , que le thérapeute ne peut pas saisir ( et ni le patient )lors d’une consultation virtuelle, il peut même être induit sur une fausse appréciation, même en alignant tous les symptômes cliniques ,ça peut être plusieurs solutions .
a écrit le 07/05/2020 à 9:39 :
"Hé les gars, on peut essayer d'utiliser le covid pour vendre la 5G dont aucun consommateur ne veut ?"

"Ah ouais chouette bonne idée, allez on va y arriver, en force comme d'hab !"

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :