La consommation est repartie dans la zone euro

 |   |  688  mots
Alexandre Mirlicourtois, directeur de la conjoncture et de la prévision de Xerfi./ DR
La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui, la consommation est repartie dans la zone euro.

Les ménages européens ont pris les commandes de la reprise. Pour preuve, l'indice de confiance des ménages a grimpé de 3 points entre février et mars dernier et se hisse ainsi à son plus haut niveau depuis l'été 2007. Il surplombe désormais sa moyenne de long terme de 9 points. Et pour une fois, la moyenne a du sens, les pays du noyau dur de la zone euro s'inscrivent dans la même tendance avec quelques nuances à apporter : c'est au Sud que l'amélioration est la plus notable.

Et si l'Allemagne colle à l'Italie ou presque, la France est en traine du mouvement. Une telle amélioration générale des soldes d'opinions est un message très fort et en l'occurrence très positif. C'est de bon augure pour la consommation comme l'illustre ce graphique : la remontée de la confiance devrait amplifier le mouvement qui se dessine déjà et porter la hausse des dépenses à près de 2% en glissement annuel sur les trois premiers mois de l'année.

C'est donc gagné pour le 1er trimestre. Mais après ? Pour le déterminer, je vais d'abord prendre appui sur les soldes d'opinions ayant une portée prédictive. Et il ressort que les Européens sont de plus en plus nombreux à anticiper une amélioration de leurs perspectives personnelles financières sur les 12 prochains mois. Elles flirtent déjà avec leur dernier point haut de 2007 et pourraient le dépasser bientôt.

Ce ne sont que des prévisions ?

Certes, mais l'expérience prouve que les particuliers ont une vision assez juste des évènements à venir les concernant comme le montre le synchronisme entre les perspectives à 12 mois et les évolutions effectivement constatées sur les 12 derniers mois. C'est un très bon présage sur ce qui va venir. Cette tendance est d'ailleurs confirmé par ceux qui parlent le mieux de la consommation, c'est-à-dire les commerçants. Un seul indicateur suffira : celui de l'évolution de leurs perspectives de commandes aux fournisseurs d'ici les trois prochains mois. C'est à la fois le témoin de ce qui s'est passé : les ventes ont été bonnes et il n'y a plus grand-chose en rayon, il faut donc reconstituer les stocks.

Mais c'est aussi un indicateur des anticipations des distributeurs sur la progression de leur business. Et ce solde d'opinions est tendanciellement en hausse, naviguant au-dessus de sa moyenne de long terme malgré une petite hésitation en fin de période. Reste maintenant à scruter plus froidement les facteurs objectifs. Si la consommation est aussi forte, c'est que les Européens ont d'abord bénéficié de la chute du prix du pétrole et de ses effets de second tour sur la trajectoire des prix. Cela a donné un sérieux coup de fouet au pouvoir d'achat : la dernière photo prise au mois de mars de l'inflation se passe de commentaire : la baisse des prix s'explique quasiment intégralement par celle des prix de l'énergie. Tout l'enjeu est donc de savoir si cela n'est pas une simple béquille.

En arrière fond se pose la question du chômage et de sa décrue, seul gage d'une reprise pérenne. Vue de France, il est prématuré de parler d'inflexion. Mais, pour l'ensemble de la zone euro, la décrue est maintenant bien engagée.

Recouvrant bien sûr de fortes disparités entre des pays qui sont en plein emploi comme l'Allemagne et ceux dont la situation s'améliore mais en partant d'un niveau catastrophique, comme l'Espagne. Une évolution qui s'explique par la diffusion de la reprise au sein de la zone euro à laquelle participent les activités commerciale mais pas seulement.

C'est bien le sens actuel à donner à l'évolution du climat des affaires en Europe qui se redresse, signe d'une reprise dont la base sectorielle et géographique s'élargit  C'est bien pourquoi nous avons prévu une consommation en hausse de 1,8% cette année pour la zone euro, sa meilleure performance depuis 9 ans.

>> Plus de vidéos sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/04/2015 à 15:16 :
La consommation augmente, c'est les prix!
L’Europe ne fait pas de croissance, ni d’emploi, le nombre de jeunes se réduit à mesure que le nombre de +65 ans augmente… on empêche le développement économique. A quand un marathon de boomers ?
a écrit le 17/04/2015 à 14:48 :
Juste une précision : on déclare des revenus. Ensuite l'Etat fait une grande loterie, et si vous faites partie des 48% d'heureux sélectionnés, vous avez gagné le droit de faire un joli chèque (ou virement) à Picsou 1er, pour soutenir la collectivité. En d'autres temps, votre obole citoyenne vous ouvrait le droit d'être un citoyen entendu, reconnu. Maintenant, c'est le contraire qui s'applique : après être passé par le tiroir-caisse, on ne vous connaît plus, pire : on vous sanctionne. Retraite et allocations amputées, mutuelle taxée, taxe d'habitation bien augmentée, quotient familial raboté, et j'en passe...
a écrit le 16/04/2015 à 19:53 :
Je ne voudrais pas être rabas joie, mais vos déclarations d'impôts arrivent dans vos boites à lettre et votre optimisme risque d'être mis à rude épreuve.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :