La relance économique se fera par les régions

OPINION. Les élections régionales vont désigner pour 7 ans des exécutifs aux compétences renforcées et aux moyens de financement considérables. Elles seront sans doute plus déterminantes pour la vie des entreprises que l'élection présidentielle de l'an prochain. (*) Par Thomas Thévenoud, Directeur Affaires publiques et Corporate, Agence Gen-G.

4 mn

Les 1.758 conseillers régionaux qui seront élus à l'issue du second tour seront amenés à prendre des décisions importantes pour l'avenir des entreprises. Sans être devenu un État fédéral, l'organisation des pouvoirs a profondément changé dans notre pays depuis la création des 13 grandes régions métropolitaines
Les 1.758 conseillers régionaux qui seront élus à l'issue du second tour seront amenés à prendre des décisions importantes pour l'avenir des entreprises. Sans être devenu un État fédéral, l'organisation des pouvoirs a profondément changé dans notre pays depuis la création des 13 grandes régions métropolitaines (Crédits : Reuters)

Ils sont près de 19.000 candidats à se présenter aux élections régionales qui auront lieu dans quelques jours. Ce chiffre peut paraître important mais il est en baisse de 11 % par rapport au dernier scrutin : sans doute le signe d'une désaffection croissante pour l'engagement, à mettre en parallèle de la courbe de la très forte abstention observée lors du scrutin du 20 juin et qui devrait se confirmer le 27 juin.

Et pourtant, les 1.758 conseillers régionaux qui seront élus à l'issue du second tour seront amenés à prendre des décisions importantes pour l'avenir des entreprises. Sans être devenu un État fédéral, l'organisation des pouvoirs a profondément changé dans notre pays depuis la création des 13 grandes régions métropolitaines.

Même si notre conviction est ancienne, elle est confirmée par les faits : tout ne se joue pas à Paris et encore moins à Bercy. Le ministère de l'Economie et des Finances n'est plus l'endroit où se fait l'économie de la France. Aujourd'hui, un président de région a plus de pouvoir qu'un ministre.

Laboratoire d'idées

Plus de pouvoir politique d'abord. Certains, d'ailleurs, ne s'y sont pas trompés. Leaders politiques nationaux, ils se sont emparés de leur région pour asseoir leur notoriété dans l'opinion et ne se cachent pas de vouloir en faire un laboratoire de leurs idées, voire un marchepied vers la présidentielle.

Plus de pouvoir économique également car les régions disposent de moyens considérables, notamment en matière d'investissement. En 2020, les budgets des Régions ont représenté un total de 43 milliards d'euros de dépenses, soit plus de 15 % de la dépense publique locale mais près de 19 % de l'investissement public local, leurs dépenses de personnel étant traditionnellement plus faibles que celles d'une commune ou d'un département.

Si on se projette sur un mandat de sept ans, ce sont donc près de 300 milliards d'euros qui seront injectés par les régions dans l'économie locale. Cette importance financière en matière d'investissement public est encore accrue par l'importance des partenariats publics-privés au niveau territorial et par la répartition des fonds européens qui se font au niveau régional.

Des budgets régionaux importants

L'importance des budgets régionaux n'a fait que croître au rythme des derniers transferts de compétences de l'Etat. Deux exemples pour illustrer la montée en puissance économique des régions.

La loi d'orientation sur les mobilités de 2019 a fait de la région le véritable chef de file de la politique des transports en France. A titre d'exemple, dans le cadre des contrats de plan Etat-région, l'Ile-de-France consacrera cette année près de 2 milliards d'euros aux transports et à la mobilité.

En matière d'emploi, la loi sur l'avenir professionnel de 2018 a confié aux régions le copilotage avec l'Education nationale des politiques d'orientation professionnelle, avancée indispensable au vu des liens qu'elles entretiennent avec les entreprises locales sur le territoire.

Avec la création de 13 grandes régions métropolitaines, l'association Régions de France est en passe de détrôner l'association des maires comme le lobby d'élus le plus puissant de France. Il prend la forme d'un club très fermé et très uni où quelque que soient leurs opinions politiques, les présidents de région savent travailler ensemble à des projets innovants.

Régions de France réclame d'ailleurs du gouvernement le transfert de nouvelles compétences, à commencer par le pilotage des politiques de santé au niveau local, en justifiant des difficultés qui sont apparues lors de la crise sanitaire. Pionnière en matière d'achats de masques au moment de l'apparition du virus, la région Provence-Alpes-Côted'Azur aura par exemple acheté plus de 13 millions de masques à elle toute seule. On estime à ce titre qu'en 2020 les régions de France ont dépensé 2,2 milliards d'euros pour des mesures d'urgence en réponse à la crise sanitaire et économique.

Partenaires privilégiées des créateurs d'entreprise

Mais, ce qui est plus frappant encore c'est de constater à quel point les régions sont devenues, en étant au cœur des processus d'innovation dans notre pays, les partenaires privilégiées des créateurs d'entreprise et des acteurs du changement.

Particulièrement investie dans le numérique inclusif, la Bretagne est par exemple en train de créer une plateforme de services partagés entre acteurs publics et privés. D'autres régions s'investissent également dans l'ouverture et le partage des données numériques sur leur territoire, à l'image du projet Occitanie Data qui se veut « tiers de confiance » de la donnée à l'échelle régionale voire nationale.

Les engagements pris lors des élections régionales vont donc compter pour la suite et les programmes de celles et ceux qui vont être élus seront les politiques publiques de demain. Une raison supplémentaire pour les chefs d'entreprise pour suivre et connaître ces élus régionaux qui seront les cadres de la République de demain.

Plus que jamais, la France a besoin de régions fortes et unies dans la période actuelle car, comme elles l'ont été dans la crise, elles seront aux avant-postes de la relance économique.

4 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 24/06/2021 à 8:40
Signaler
Oui avec le fric volé à d’autres. Comment des lois d’aparteid se sont mis en place depuis 1990 pour dérober les efforts et les biens d’autrui. Relancer l’économie sur cette base , ça craint , en fait tuer les gens par harcèlement social pour relanc...

à écrit le 23/06/2021 à 17:25
Signaler
Que veut dire "Relance économique"? Faire les mêmes erreurs qu'auparavant? Car chercher un même résultat c'est utilisé les mêmes données et les mêmes moyens!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.