Le système éducatif français est en panne... L'heure du réveil a sonné.

OPINION. Les élèves français peinent à acquérir les savoirs fondamentaux, comme en témoignent les classements PISA de la France, et l'école de la République n'arrive plus à tenir sa promesse d'égalité des chances, socle de notre République. Professeurs en colère, parents inquiets, système éducatif qui semble péricliter... Comment éviter le naufrage annoncé ? Par Sandrine Dirani, PDG de Zeneduc.
(Crédits : DR)

Qui dit attractivité de notre école dit nécessairement revalorisation du métier d'enseignant. La hausse des salaires annoncée par notre ministre de l'Education, Pap Ndiaye, est certes un prérequis indispensable mais elle ne sera pas suffisante pour stopper l'hémorragie des professeurs qui quittent le navire et pour pourvoir les postes vacants.

Les enseignants sont également en quête d'une vraie reconnaissance de la hiérarchie à la hauteur de leur engagement et d'un accompagnement concret pour les aider à exprimer leur vocation : un mentorat de terrain des jeunes professeurs qui débutent leur carrière dans les établissements les plus difficiles, une meilleure formation sur les neurosciences, les aspects pédagogiques de la gestion de la classe et de l'hétérogénéité des élèves, une liberté pédagogique pour promouvoir l'innovation dans l'acquisition des savoirs fondamentaux, un meilleur dialogue avec les familles pour définir les rôles respectifs entre parents et école dans l'éducation des enfants, ... Nombreuses sont les pistes à explorer pour répondre au malaise du corps professoral.

Remettre l'ascenseur social en ordre de marche

L'école de la république ne parvient plus à éviter la reproduction sociale. Les chiffres parlent d'eux-mêmes : les enfants d'ouvriers représentent 12% des élèves du supérieur et le tableau est encore plus sombre si, aux inégalités socio-économiques, on rajoute celles d'origine territoriale. La France est le règne de l'entre-soi : trois lycées (Sainte Geneviève, Louis le Grand et Stanislas) remplissent à eux-seuls plus de la moitié des promotions de Polytechnique !

Outre le fait que cela renforce les inégalités en créant une France à double vitesse, cet élitisme forcené tend à creuser sa propre tombe à force de consanguinité et d'inertie. Là encore, ce ne sont pas les pistes de réflexion qui manquent et notamment le renforcement du dédoublement des classes en zone prioritaire, l'attribution de primes et logements de fonction pour attirer les enseignants les mieux formés vers les zones défavorisées et la substitution de la notion d'équité à celle d'égalité des chances (aide aux devoirs, embauches d'assistantes sociales, révision des seuils de bourses pour l'enseignement secondaire).

Réduire le fossé entre la vie professionnelle et le savoir académique

La France survalorise ses diplômes et ses élites au détriment d'une meilleure intégration entre le marché du travail et les apprentissages ou d'une revalorisation nécessaire des métiers techniques ou manuels. Il est grand temps que cela change ! Non un diplôme, une filière, un premier emploi ne devrait pas conditionner toute une vie. Créons des passerelles, libérons les énergies, permettons à notre jeunesse de tenter, d'échouer, de se relever, d'apprendre, de progresser à tout âge.

Notre société ne cesse de parler de soft skills et pourtant, qu'est-il fait concrètement pour que nos jeunes apprennent à se connaître, découvrent leurs talents, se posent la question de leurs rêves et de leurs aspirations pour trouver une voie où ils pourraient véritablement s'épanouir et se réaliser ? Je pense qu'il est indispensable qu'ils se posent la question de leur orientation et de leurs intérêts bien plus tôt et au sein même de l'école qui devrait les préparer bien plus largement à leur vie professionnelle, en collaboration avec les entreprises.

Le pessimisme ne sert à rien. Seule l'action nous permettra de redéfinir un nouveau contrat social et de renouer avec les valeurs républicaines de notre école. Tous les citoyens pourront, ainsi, croire à nouveau en sa capacité à leur assurer un avenir.

________
(*) Sandrine Dirani est conférencière et autrice de "Aider son enfant à surmonter ses colères" - Hatier, "Ton meilleur atout, c'est toi !" - de Boeck Supérieur et "Je maîtrise l'orthographe" (à paraître en janvier 2023).

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 20/09/2022 à 18:07
Signaler
Une seule solution la sélection des meilleurs, riches ou pauvres. Notre système condamne les enfants de pauvres a rester dans un établissement médiocre à cause de la carte scolaire qui est en fait une carte sociale; le XVI e arrondissement avec le ...

à écrit le 20/09/2022 à 11:45
Signaler
Manque de profs, classes surchargées, technocratie imposée empêchant les profs de faire leur boulot, on se doute que le but est de donner des clients au secteur privé grassement subventionné par l'argent public, tout comme l’hôpital.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.