Les effets pervers d'une écologie à crédit

OPINION. Dans le cadre de son plan de relance, le gouvernement a décidé de financer la transition écologique à hauteur de 30 milliards d'euros par dette et non par hausse d'impôt, pour des raisons électoralistes. Outre qu'il n'est pas assuré que les taux restent bas à l'avenir, ce choix va faire peser l'accroissement de cet endettement sur les futures générations au profit des générations actuelles. Un tel choix est non seulement économiquement discutable mais éthiquement critiquable. Par Marc Guyot et Radu Vranceanu, Professeurs à l'ESSEC Business School.
Marc Guyot et Radu Vranceanu.
Marc Guyot et Radu Vranceanu. (Crédits : DR)

L'être humain a le travers commun d'endosser facilement la posture de défenseur du bien commun, des plus démunis, des plus faibles, des bonnes causes, d'être prêt à lutter pour ses idées nobles, et en même temps, de stopper quand il faut payer de sa poche la moindre somme pour faire advenir le changement. Ainsi prolifère le populisme, porté par des politiciens habiles, de tous bords politiques avançant des solutions miracles permettant de réaliser le bien commun sans payer un centime.

Cette triste mais constante réalité s'illustre également dans la lutte contre le changement climatique. L'urgence climatique est une réalité maintenant bien étayée par les faits - si la production mondiale des biens et services ne réussit à se sevrer rapidement de l'énergie fossile de façon à mettre un terme à l'accumulation de carbone dans l'atmosphère, à un horizon de quelques centaines d'années l'augmentation des températures sera catastrophique. Le gouvernement français, conscient du problème comme la plupart des autres gouvernements et désireux de jouer le rôle d'exemple, s'est donné comme objectif ambitieux la décarbonation de son économie à l'horizon 2050 (sachant que 2100 serait plus réaliste). La transformation du système productif qu'implique cet objectif a un coût énorme, notamment s'il doit peser sur une génération.

 L'illusion dangereuse de la dette publique facile

En même temps, pour reprendre l'expression chère au Président Macron, les politiques français vivent depuis trop longtemps sous l'emprise de l'illusion extrêmement dangereuse de la dette publique facile (le dernier budget équilibré remonte à plus de 40 ans), notamment dans un contexte de taux d'intérêt proches de zéro. Sans contrainte budgétaire, toutes les idées, tous les projets publics, même les plus saugrenus deviennent envisageables car il suffit de s'endetter pour trouver des ressources pour leur mise en œuvre sans prendre la peine d'arbitrer sur les mérites et le rendement des différents projets. La dimension d'« illusion » vient de l'hypothèse implicite qu'à l'échéance, ces dettes pourront être refinancées dans les mêmes conditions favorables qu'aujourd'hui, ce qui ne sera surement pas le cas.

Partant de cette illusion, le gouvernement Macron a décidé d'appliquer la formule miracle usuelle à la française -financer la transition énergétique sans faire payer un centime à l'électeur en la finançant par la dette. Le plan de relance du gouvernement prévoit 30 milliards de dépenses à vocation écologique financés par un accroissement de dette publique, française et européenne (à 40%). Pour la plupart, il s'agit de subventions pour isoler les locaux, remplacer des technologies à énergie fossile par des énergies renouvelables et améliorer les transports. Au total, la dette publique de la France devrait atteindre 125% du PIB en 2021 sachant que comme le gouvernement s'est engagé à ne pas augmenter les impôts, la dette devrait se maintenir pour des années. D'autres gouvernements, et d'autres générations d'actifs auront à la rembourser, ou tout au moins à en supporter la charge annuelle. Bien que présentées comme des mesures prises pour les jeunes générations, en réalité ces mesures sont conçues pour soutenir l'emploi des générations présentes, charge aux générations futures à payer la facture.

Un conflit éthique intergénérationnel

Ces mesures présentent un véritable conflit éthique intergénérationnel. En apparence, on affirme ne pas vouloir faire peser sur les générations futures le coût du réchauffement climatique, mais en réalité on fait peser sur elles le coût d'une dette publique qui profite aux générations présentes.

L'électoralisme cynique de ces mesures ne fait aucun doute, puisqu'elles profitent aux électeurs d'aujourd'hui au détriment des électeurs de demain. Quant à savoir si les gains environnementaux des investissements d'aujourd'hui excèdent les impôts supplémentaires que les futures générations auront à payer pour rembourser ces dépenses, il est impossible de répondre car, sauf erreur de notre part, le gouvernement n'a pas dévoilé la méthode d'évaluation de ces investissements mais a simplement indiqué que ces mesures permettront de réduire les émissions de 57 millions de tonnes de carbone. En appliquant un coût social du carbone de 100 euros/tCO2 comme recommandé par la Banque Mondiale, cela chiffre le bénéficie environnemental à 5,7 milliards d'euros, payé 30 milliards par nos enfants.

Cette écologie sur le dos des générations futures nous apparaît contestable en ce que les coûts de la décarbonation devraient être répartis équitablement entre générations. S'il ne serait pas raisonnable de mettre une charge excessive sur notre génération, c'est un acte d'égoïsme de ne pas supporter notre part d'effort. L'alternative équitable en même temps que courageuse à ces dépenses colossales pour la transition énergétique serait une taxe carbone à hauteur de 100 euros/tCO2 sur l'ensemble des activités à émissions de carbone ce qui pourrait à la fois inciter à la décarbonation en faisant supporter la dépense aux pollueurs sans affecter les non-pollueurs et limiter l'endettement public. Ce serait un coût subi par notre génération gavée aux combustibles fossiles et en transition vers un sevrage, et non une charge transférée à nos enfants.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 30/09/2020 à 18:15
Signaler
Cette transition écologique est une arnaque honteuse! Mais qui va être prêt à la dénoncer? Votre tentative est louable mais il faudrait que cela soit clamé haut et fort sans se retrouver accusé de tous les maux et cloué au pilori!

à écrit le 30/09/2020 à 17:43
Signaler
L'intérêt des uns c'est de rester aux manettes pour créer ou maintenir des rentes et non pour que d'autres n'en profite a leur place!

à écrit le 30/09/2020 à 15:56
Signaler
Marc Guyot et Radu Vranceanu devraient lire la Modern Monetary Theory de Warren MOSLER, livre qui va sortir bientôt en en librairie en français. La Théorie Monétaire Moderne Du capitalisme privé, au capitalisme d'état, par F. BONVIN. éditeur SPINEL...

à écrit le 30/09/2020 à 13:18
Signaler
On se punit pour des choses dont nous ne sommes pas coupables, gràce aux centrales atomiques, hydrauliques; aériennes et solaires maintenant, des véhicules subissant des pressions à l'économie depuis 70 ans, une surface conséquente de forêts, et un e...

à écrit le 30/09/2020 à 12:50
Signaler
Lorsque l'on parle d'argent avant les idées, disons qu'il me semble difficile de croire que ces choix ne soient pas histoire de remplir les poches des potes. avez vous vu un Business plan? avez vous constatez la question de l'énergie au centre des...

à écrit le 30/09/2020 à 10:18
Signaler
En refinancant indéfiniment la dette, le capital n'est jamais remboursé, il n'est payé que les intérêts. Lorsque les taux sont proches de zéro, la dette ne coûte rien. Ceci n'empêche qu'il n'aurait JAMAIS fallu confier le financement de l'État par ...

à écrit le 30/09/2020 à 9:25
Signaler
La taxe carbone sur le gaz domestique (TICGN) est à 40€/tonne HT, elle devait monter progressivement à 150€ (HT) en France, 20€ par 20 chaque année, mais été figée suite aux GJ. Celle sur les carburant est opaque car intégrée à la TICPE. Les particul...

à écrit le 30/09/2020 à 9:18
Signaler
Comme le fait de choisir de paralyser l'économie au détriment des actifs et des jeunes afin de laisser les retraités continuer à vivre comme avant. C'est la France des vieux qui dirige mais bon ça se voit pas mal quand même non ? Comme vous dites...

à écrit le 30/09/2020 à 9:13
Signaler
L'intérêt des uns c'est de rester aux manettes pour créer ou maintenir des rentes et non pour que d'autres n'en profite a leur place!

à écrit le 30/09/2020 à 9:02
Signaler
Je crois que c'est pire que cela: sont présentées comme investissements des dépenses qui devraient être couvertes par les budgets annuels des Ministères, et des renflouements des mammouths incontrôlables type SNCF. On se demandera comment il est poss...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.