M. le président, il est grand temps de créer un ministère de la Relance économique, écologique et sociale

 |   |  1129  mots
Allocution télévisée d'Emmanuel Macron, le 16 mars 2020 depuis le palais de l'Élysée.
Allocution télévisée d'Emmanuel Macron, le 16 mars 2020 depuis le palais de l'Élysée. (Crédits : Reuters)
OPINION. Les 150 propositions de la Convention citoyenne pour le climat et la percée significative des écologistes aux municipales le montrent: les enjeux d'impact social et écologique doivent désormais constituer la boussole du plan de relance économique, et être pilotés au sein d’un seul grand ministère. Par un collectif de 35 entrepreneurs engagés.

Au lendemain de "la vague verte" des municipales, alors que la Convention citoyenne a montré comment l'ensemble de la société pouvait prendre à bras le corps les défis de notre pays, le gouvernement français et l'Europe débloquent des milliards d'euros pour relancer l'économie, hypothéqués pour l'avenir. Nous, entrepreneurs engagés, appelons Emmanuel Macron à utiliser ce levier exceptionnel par son ampleur et son importance pour que les entreprises suivent un nouveau cap, celui de leur impact social et écologique. Le Président le déclarait lui-même le 14 juin dernier, lors de son l'allocution destinée à dessiner les contours de "l'après" :

"La reconstruction économique, écologique et solidaire sera la clé de notre indépendance."

Nous proposons donc des mesures concrètes pour passer de la parole aux actes en utilisant tous les leviers créés autour de trois enjeux.

Une TVA réduite

Le premier enjeu est de réussir à relancer la consommation et la production en mettant au coeur la durabilité, la proximité et la solidarité. Pour un choc de consommation responsable, nous proposons de diminuer la TVA pour tous les produits socialement et écologiquement responsables afin de les rendre accessibles à tous, loin des logiques court-termistes comme celle des éco-chèques.

Lire aussi : Les éco-chèques belges, un exemple à suivre?

En parallèle, un bonus-malus social et écologique assis sur des critères clairs et transparents pour l'ensemble des entreprises françaises permettrait de moduler la participation financière des entreprises suivant leur apport à l'intérêt général, et permettrait d'inciter l'ensemble du tissu productif français à engager sa transition.

La BPI en réelle banque de la transition

Par ailleurs, le gouvernement doit se positionner comme pivot d'une relance solidaire et durable en transformant la BPI en réelle banque de la transition et en mettant dès aujourd'hui 1 milliard d'euros en fonds propres sur la table avec un fonds de relance ambitieux, structurant et de long terme. L'annonce, le 5 juin dernier, par Élisabeth Borne, d'un plan visant à accompagner à hauteur de 250 millions d'euros la transition écologique des PME-TPE est une très bonne nouvelle, mais trop peu pour engager une transition profonde de l'économie française.

Il faut en effet prendre le relais du dispositif de prêts garantis par l'État, qui a permis une prise en compte de l'urgence liée au confinement, mais qui a pu fragiliser la situation financière des entreprises en augmentant leur endettement. Des investissements en fonds propres représentent la seule mesure efficace pour accompagner autant la survie que la transition écologique et inclusive de notre tissu de TPE-PME, en favorisant une vision de long terme.

Des aides conditionnées

Nous proposons enfin de mettre en place la conditionnalité écologique et sociale de toutes les aides publiques accordées par le gouvernement dans le contexte post-crise. Il est logique que les pouvoirs publics débloquent des milliards pour sauver des milliers d'emplois menacés et une économie meurtrie. Mais il est incompréhensible que ces milliards dépensés aujourd'hui ne soient pas l'occasion d'accélérer la transition de notre économie. Le Mouvement des entrepreneurs sociaux (Mouves) propose donc que l'ensemble des entreprises aidées s'engagent durablement sur la réduction de leur empreinte écologique et sociale sur trois ans, et fassent en premier lieu la transparence sur une quinzaine d'indicateurs sociaux et environnementaux structurants, permettant à toutes leurs parties prenantes de suivre leur évolution.

Afin d'objectiver ces dispositifs, le gouvernement pourrait s'appuyer sur un outil d'évaluation de l'impact social et environnemental intitulé Impact Score, développé par tous les réseaux d'entreprises à impact en France. Il permet d'approcher de manière rationnelle l'engagement des entreprises en faveur de la transition écologique et sociale et pourrait être mis à disposition des pouvoirs publics, des entreprises, des citoyens pour accompagner cette dynamique.

Un grand ministère dédié

Pour concrétiser ces mesures et pour aller dans le sens d'Élisabeth Borne, qui a rappelé à juste titre qu'"opposer écologie et économie est totalement dépassé ", nous proposons que les sujets de transition sociale et environnementale bénéficient enfin d'une représentation politique et administrative auprès du ministre des finances à Bercy, au coeur de la machine étatique et à leur juste niveau de portage politique, au sein d'un grand portefeuille ministériel de la Relance économique, écologique et sociale. Nous mesurons le défi de concevoir une relance transformatrice, permettant de sauver l'économie d'aujourd'hui tout en préparant demain. Mais c'est la seule voie pour permettre à notre économie de prévenir et affronter les crises à venir.

Cette opportunité d'investissement massif ne se reproduira sûrement jamais. Alors, à l'heure où le déconfinement est bien entamé et où les pouvoirs publics travaillent d'arrache-pied à un plan de relance qui pourrait dessiner le destin économique de la France pour la prochaine décennie, Monsieur le président, Mesdames et Messieurs les ministres, les entrepreneurs vous le demandent : assez de paroles, passons aux actes!

___

Signataires :

  • Jean Moreau, co-Président du Mouvement des entrepreneurs sociaux, co-fondateur et président de Phenix
  • Eva Sadoun, co-présidente du Mouvement des entrepreneurs sociaux, co-fondatrice et présidente de LITA.co
  • Amandine Albizzati, PDG d'Enercoop
  • Alice Barbe , co-fondatrice et PDG de Singa
  • Julie Chapon, co-fondatrice de Yuka
  • Luc De Gardelle , gérant de Presta'Terre et de Prodea, président de la Fédération des entreprises d'insertion
  • Pierrick De Ronne , président de Biocoop et Natexbio
  • Jean-Yves Doisy, DG de Vitamine T
  • Grégoire Ducret, directeur de Croix Rouge Innovation
  • Abdelaali El Badaoui, fondateur et président de Banlieue Santé
  • Nicolas Froissard, vice-président et porte parole du Groupe SOS
  • Hortense Harang, co-fondatrice et présidente de Fleurs d'Ici
  • Virginie Hils, fondatrice et présidente du Comptoir de Campagne
  • Thomas Huriez, fondateur et président de 1083
  • Jonathan Jérémiasz , co-fondateur de Comme les autres, Handiamo et Voix Publique
  • Loubna Ksibi, co-fondatrice de Meet my Mama
  • Sylvain Lepainteur, PDG de Conciergerie Solidaire et Monkey Monk
  • Mélanie Marcel, co-fondatrice et PDG de SoScience
  • Dafna Mouchenik, fondatrice de LogiVitae
  • Maud Sarda, co-fondatrice et directrice de Label Emmaus
  • Carole Tawema, co-fondatrice et PDG de Karethic
  • Serge Widawski directeur général d'APF Entreprise
  • Shu Zhang, co-fondatrice et PDG de Pandobac
  • Matthieu Dardaillon, fondateur et président de Ticket For Change
  • Sandra De Bailliencourt, directrice générale de Sparknews
  • Arnaud De La Taille, co-fondateur et PDG d'AssoConnect
  • Blaise Desbordes, directeur général de Max Havelaar
  • Guillaume Gibault, fondateur et président de Le Slip Français
  • Samuel Grzybowski, fondateur de Coexister
  • Cyrielle Hariel, journaliste à BFM Business et influenceuse
  • Antoine Jouteau, DG de Le Bon Coin
  • Jean-Michel Lecuyer, DG d'INCO Investissements
  • Basile Michardière, co-directeur de MakeSense Incubateurs
  • Antoine Michel, partner d'Investir et +
  • Magali Payen, fondatrice d'On est Prêt

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/07/2020 à 9:40 :
La baisse de la TVA est une très mauvaise idée. On le sait la baisse permet d'augmenter les marges, car les prix sont affichés TTC.
On sait ce qu'il faut faire, mais il faudrait du courage, car le pouvoir d'achat serait réduit pas cette transition. Quant aux subventions en tous genres, avec un des pays les plus taxé au monde, où prendrait on l'argent de ce financement ?
Copie à revoir à mon avis.
a écrit le 02/07/2020 à 9:48 :
C'est ce qu'a demandé Nicolas Hulot et c'est parce qu'il a bien vu qu'il ne l'aurait jamais qu'il a démissionné.
a écrit le 02/07/2020 à 8:18 :
un ministére de la relance et puis quoi encore
que les ministre fasse leur job
et surtout virer les haut fonctionnaire qui traine la patte
raison il y en a 2 faute grave refus d'un ordre
et haute trahison
a écrit le 01/07/2020 à 17:40 :
Faire de la prospective avec les données d'hier ne sert qu'a concevoir un dogme et donc d'appliquer une suite de réforme pour la construire!
a écrit le 01/07/2020 à 15:51 :
bcp de novlangue pour expliquer qu'en gros il faut financer largement.... les secteurs ou ils travaillent
en quoi il est besoin de distribuer des cheques et de mettre des malus? si leurs produits et services sont bons et au tarif qu'il faut ils auront leur place
si ca va pas c'est pas a la societe de financer leur bonne conscience
au passage mettre de 'linteret general', outre le fait que c'est dans la loi pacte, c'est certainement ce qui est de plus risible, chacun voyant comme interet general ce qui sert les siens!
moi je vais vous donner la solution
creez des boites qui correspondent a quelque chose, et non seulement vous trouverez des financiers pour financer car ils reverront leurs billes, non seulement les clients seront la car vous repondez a leurs attentes, et vos salaries seront contents car la ou les boites tournent, en general c'est que le business est ok et les conditions de travail sont plus que raisonnables
le reste, les projets d'avenir, les projets ecolobobos, le bienetre pour tous, les emplois bien payes pour des gens sans qualification et sans envie de trop travailler, on sait ou ca mene.......au meme endroit que les cercles autogeres des annees 70

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :