Macron, incarnation de la « théorie des paradoxes » et de ses limites

DECRYPTAGE. La « théorie des paradoxes » se fonde sur l’idée que les individus et organisations font face à des injonctions contradictoires indissociables. Emmanuel Macron l’incarne tout particulièrement. Par Olivier Guyottot, INSEEC Grande École
Emmanuel Macron a lancé sur sa chaîne YouTube des séquences pour répondre aux questions des Français sur l’écologie et l’environnement.
Emmanuel Macron a lancé sur sa chaîne YouTube des séquences pour répondre aux questions des Français sur l’écologie et l’environnement. (Crédits : YouTube)

Depuis très longtemps, le concept de paradoxe est mobilisé et utilisé dans de nombreuses disciplines scientifiques (psychologie, histoire, anthropologie...). Il a notamment pris une place importante en management et en sciences de gestion pour expliquer les organisations et leurs stratégies. Il offre une grille de lecture intéressante au moment d'essayer d'analyser l'approche stratégique d'Emmanuel Macron en matière environnementale.

Wendy Smith et Marianne Lewis, deux chercheuses américaines reconnues pour leurs travaux sur ce sujet, définissent le paradoxe comme une « contradiction reliant des éléments qui semblent logiques lorsqu'ils sont pris isolément mais qui deviennent irrationnels, inconsistants, voire absurdes, lorsqu'ils sont juxtaposés ».

La « théorie des paradoxes » se fonde sur l'idée que les individus et organisations sont en permanence confrontés à des situations paradoxales et à des injonctions contradictoires indissociables. Elle met en lumière les tensions provoquées par les paradoxes au sein des organisations par exemple faire cohabiter projets à court terme et projets à long terme, rechercher une meilleure qualité tout en augmentant les quantités, offrir plus d'autonomie aux personnes tout en les contrôlant, pratiquer la coopétition avec des compétiteurs...

Les chercheurs Marshall Scott Poole and Andrew H. Van de Ven ont montré dans leurs travaux qu'il existait quatre stratégies possibles pour répondre aux tensions qui découlent de ces paradoxes : la séparation spatiale entre les deux phénomènes contradictoires ; la séparation temporelle ; la synthèse ; et enfin l'acceptation de leur existence.

Le « en même temps » macronien, une approche par les paradoxes

La « théorie des paradoxes » telle qu'elle existe en sciences de gestion offre une grille de lecture qui s'adapte particulièrement bien à la méthode stratégique d'Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron n'est pas le premier président français à devoir affronter des situations paradoxales. Deux éléments marquent cependant une différence avec les situations antérieures. D'abord, les interactions croissantes et chaque jour plus complexes entre les activités humaines ont des effets collatéraux de plus en plus difficiles à maitriser et multiplient les tensions. Surtout, Emmanuel Macron, en revendiquant une approche mettant en avant la complexité des choses et la nécessité de mener les projets « en même temps » a adopté une approche qui fait écho aux principales caractéristiques de la théorie des paradoxes.

Selon cette approche, dans le cadre d'un paradoxe, les deux phénomènes contradictoires qu'il faut gérer ne sont pas dissociables et il n'est donc pas possible de choisir entre l'un ou l'autre. Le paradoxe se distingue sur ce point du dilemme qui concerne deux injonctions entre lesquelles il est possible de choisir. En réaffirmant l'indépendance de la France tout en faisant la promotion d'une Europe plus souveraine, en s'opposant à l'invasion russe en Ukraine tout en continuant de dialoguer avec Vladimir Poutine ou en essayant d'élargir sa majorité tout en poursuivant la mise en place de certaines mesures clivantes de son programme de 2022, Emmanuel Macron met en place des stratégies qui font coexister deux phénomènes contradictoires.

La méthode « macronienne » face à la question environnementale

Emmanuel Macron utilise la même méthode au moment d'aborder la question de la préservation de la planète et de la pérennité de notre modèle de croissance économique.

L'écologie et la défense de l'environnement ont été présentées comme des priorités de l'action publique par Emmanuel Macron lors de son élection de 2017 et dans le cadre de sa réélection de 2022.

Malgré la présence de Nicolas Hulot comme ministre de l'Environnement et un programme présenté comme ambitieux et volontariste, le bilan écologique du premier quinquennat a été jugé sévèrement par les principales organisations aux avant-postes du combat environnemental. En 2022, Emmanuel Macron a pourtant réaffirmé son ambition en la matière et le caractère prioritaire de cette question en rattachant le secrétariat de la planification écologique directement à la 1re ministre et en mettant en avant les missions des deux ministères de l a transition écologique et de la transition énergétique.

En matière de communication, il adopte aussi une posture de premier plan en publiant des vidéos défendant les avancées de son action écologique sur les réseaux sociaux.

Des difficultés à mobiliser

Mais la multiplication des signaux de dégradation de l'état de la planète interroge le bien-fondé de l'approche paradoxale défendue jusqu'ici par Emmanuel Macron et pose plusieurs questions clefs : sera-t-il obligé d'en changer ? Réussira-t-il à la maintenir malgré l'urgence de la situation ? Décidera-t-il de se tourner vers une approche considérant la situation comme un dilemme qui l'obligerait à choisir entre croissance économique et préservation de la planète ?

En matière environnementale, Emmanuel Macron défend pour le moment une ligne libérale pariant sur le progrès technique et la croissance verte. Sa stratégie est basée sur l'idée que croissance économique soutenue et préservation de la planète peuvent aller de pair et qu'il faut donc accepter l'existence de ce paradoxe et mener leur poursuite en parallèle.

La réunion qui a eu lieu à l'Élysée pour inciter les 50 sites industriels français les plus émetteurs de CO₂ à décarboner leurs activités illustre cette approche. Le projet de décarbonation est clair : il faut verdir les moyens de production et les activités des sites concernés pour conserver la croissance économique la plus forte possible. Mais l'idée que la décarbonation puisse passer par une baisse de la production et potentiellement de la croissance n'est pas envisagée.

Pourtant, la prise de conscience sur les difficultés à privilégier à tout prix la croissance économique sans mettre en danger la préservation de la planète semble gagner du terrain. Le fait qu'Emmanuel Macron éprouve certaines difficultés à mobiliser l'ensemble des Français autour d'un projet environnemental crédible et fédérateur fait écho à cette évolution. La question de la pertinence de la stratégie du « en même temps » en la matière n'est peut-être pas étrangère à cette absence d'adhésion.

Le rôle central de la sobriété

La guerre en Ukraine et la crise énergétique ont mis sur le devant de la scène le concept de sobriété, qu'Emmanuel Macron a grandement contribué à populariser. Il s'en est emparé pour donner une direction à sa lutte contre le réchauffement climatique. Mais la notion de sobriété se pare de plus en plus des caractéristiques de la décroissance en préconisant une réduction de l'activité économique et en interrogeant les bienfaits de la croissante verte.

Le glissement sémantique qui est en train de s'opérer entre les termes de « décroissance » et de « sobriété » est intéressant car il est très éloigné du sens donné au mot au départ par Emmanuel Macron. La sobriété commence au contraire à lentement servir de cheval de Troie aux idées décroissantes et rend acceptable la remise en cause d'une société entièrement centrée sur la croissance pour progresser et se développer.

Quoi qu'il advienne du concept de sobriété, la problématique environnementale représente un défi de taille pour l'approche stratégique paradoxale utilisée jusqu'ici par Emmanuel Macron tant elle pose une question existentielle majeure compte tenu de nos modes de vie et des ressources naturelles disponibles. Alors que certaines critiques de la « théorie des paradoxes » commencent à émerger et à montrer les limites de cette grille de lecture, il sera intéressant de voir combien de temps il parviendra à la conserver.

_______

Par Olivier Guyottot, Enseignant-chercheur en stratégie et en sciences politiques, INSEEC Grande École.

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 06/12/2022 à 16:11
Signaler
Les paradoxes ne sont que dans ses propos, car dans les actes, le maintient d'une société de consommation est sa priorité.

à écrit le 06/12/2022 à 14:27
Signaler
Il a toutes les caractéristiques d'un adolescent capricieux en recherche de "reconnaissance" de ses pairs du même âge ! ;-)

à écrit le 06/12/2022 à 12:43
Signaler
Entre être POUR TOUT et CONTRE TOUT pour être élu et vouloir diriger le monde,..... puis pour montrer qu'il a la faculté de s'exprimer sur n'importe quoi, n'importe comment , notre gouvernement nous emmène DROIT DANS LE MUR : retour au début du s...

le 06/12/2022 à 14:09
Signaler
dans va vision liberal et son mondialisme m macron est le prototype de la droite extreme rien ne le prouve le contraire qu'il veut faire croire son ideologie des ennemie son refus de dialogue avec les autorités elus sauf en cas extreme et le re...

à écrit le 06/12/2022 à 10:24
Signaler
"Mais l'idée que la décarbonation puisse passer par une baisse de la production et potentiellement de la croissance n'est pas envisagée." La France a le plus grand deficit commercial de l'UE et la majorité de notre empreinte environnementale est la ...

à écrit le 06/12/2022 à 8:08
Signaler
Disons qu'elle permet d'amortir un peu la gigantesque capacité de destruction du monde par ceux qui le possèdent maintenant si on prend un peu de recul ça pue franchement la défaite également non tout ça ? L'impuissance générale face à la cupidité pa...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.