Mineurs et femmes terroristes : comment les déradicaliser ?

 |   |  161  mots
[Replay 28'] La Tribune publie chaque jour des extraits issus de l'émission "28 minutes", diffusée sur Arte. Aujourd'hui, comment déradicaliser mineurs et femmes terroristes ?

CPIC. Sous cet acronyme, le premier Centre de prévention, d'insertion et de citoyenneté. Implanté à quelques kilomètres de Chinon, en Indre-et-Loire, il accueillera dans un premier temps une dizaine de jeunes volontaires, garçons et filles entre 18 et 31 ans, et jusqu'à 25 pensionnaires.

L'objectif : lutter contre l'endoctrinement islamiste qui conquiert de plus en plus de jeunes, à l'image des trois adolescents de 15 ans en lien avec des terroristes interpellés cette semaine en Île-de-France. Mais aussi des 4 femmes mises en examen suite à la découverte de bonbonnes de gaz dans une voiture non loin de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Comment lutter contre l'endoctrinement, à l'heure où plus de 11.000 suspects ont déjà été signalés dans le pays ?

Pour en débattre, Gérald Bronner (La planète des hommes, réenchanter le risque), sociologue, Rachid Benzine (La république, l'église et l'islam. Une révolution française), islamologue et Amélie Chelly, chercheure à l'EHESS, spécialiste de l'islam politique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/09/2016 à 21:41 :
Il serait plus que temps de faire quelque chose contre la radicalisation!!
a écrit le 20/09/2016 à 13:50 :
Solution assez simple: tu penses que c'est mieux chez les djihadistes, et bien pars et ne reviens pas. Trois cas de figure: tu es étranger, donc explusable immédiatement; tu as la double nationalité, tu renonces donc à ta nationalité française et deviens expulsable; tu n'as que la nationalité française et par conséquent, si tu reviens, tu es interné(e) dans un camp spécial aux Kerguélen :-)
a écrit le 20/09/2016 à 10:07 :
Le danger des djiadistes est latent. Bornes et souvent decerebres, ils ne comprennent que la force et encore pas toujours. Pourquoi ne pas songer a lancer une souscrption nationale pour construire une prison de tres haute securite situe en Guyane pour expatrier tous ces indesirables irreductibles ?
Condamnes a de lourdes peines, cela serait disuasif pour les futurs candidats a la terreur, francais de souche compris.
Réponse de le 20/09/2016 à 11:49 :
L’île aux Cochons dans l'archipel des Crozet.
La recherche scientifique et technique y sont autorisées.
Coordonnées: 46° 06′ 00″ S, 50° 14′ 00″ E.
a écrit le 20/09/2016 à 9:59 :
En les expulsant.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :