L’impérieuse nécessité de lancer des Moonshots et des challenges

 |  | 1870 mots
Lecture 9 min.
(Crédits : Muhammad Hamed)
OPINION. Jusqu'en février 2020, la plupart des entreprises étaient en train de planifier leurs stratégies commerciales à long terme, de fixer des objectifs de croissance ambitieux et de lancer de nouveaux produits. En général, la stratégie des entreprises consistait à automatiser le passé, à privilégier la réduction des coûts à la création de valeur pour le consommateur. La crise sanitaire actuelle a tout bouleversé et force désormais les entreprises à se réinventer en mettant en œuvre une stratégie de rupture. (*) Par David Menga, ingénieur chercheur, et Xavier Dalloz, consultant spécialisé dans les nouvelles technologies.

Dans le contexte actuel, toute entreprise devra devenir une entreprise « High Tech » ou sera désintermédiée et sa marque perdra de sa valeur. L'ascension fulgurante de Tesla pendant la crise face à des constructeurs automobiles tétanisés par la chute brutale de leur marché en est la démonstration.

Dit autrement, les entreprises doivent relever ce défi et adopter impérativement de nouvelles façons de travailler et de faire les affaires en misant sur les Moonshots et les challenges.

Ce que nous a appris la conquête spatiale

Le concept de Moonshot renvoie à la mission Apollo, le programme spatial conçu pour faire atterrir les Américains sur la Lune et les ramener en toute sécurité sur Terre. Entre 1960 et 1972, le gouvernement américain a dépensé 26 milliards de dollars pour atteindre cet objectif. Plus de 300 projets différents ont contribué, non seulement dans l'aéronautique, mais aussi dans des domaines tels que la nutrition, le textile, l'électronique et la médecine, générant 1800 produits dérivés, allant des aliments lyophilisés aux combinaisons réfrigérantes, en passant par les ressorts de pneus et les commandes de vol numériques.

Le programme a également joué un rôle déterminant dans le lancement d'une industrie pour le circuit intégré, une technologie non éprouvée à l'époque, et d'autres projets spatiaux tels que la navette spatiale et la Station spatiale internationale. Sans programme Apollo, pas d'Intel, pas d'industrie électronique qui a ensuite permis le développement du PC et du Smartphone et assis la domination technologique des États-Unis.

Par extension, Google qualifie de Moonshot toute idée qui peut répondre à un besoin international réel, impliquer une technologie de rupture et engendrer à terme un changement radical, au moins « dix fois supérieur » à ce qui est actuellement possible

L'économiste Maria Mazucatto explique parfaitement l'importance de l'engagement des États à financer des projets risqués dans son livre « L'état entrepreneur » et leurs conséquences en termes de création de richesses. Elle souligne que, sans les actions de recherche de l'agence DARPA (Defense Advanced Reasearch Projects Agency), l'humanité n'aurait ni Internet, ni GPS, ni assistant vocal.

Pour Maria Mazucatto, cinq critères décrirent ces moonshots :

1/ Être audacieux et inspirer les citoyens,
2/ Être ambitieux et risqué,
3/ Avoir un objectif et des délais clairs 
4/ Être interdisciplinaire et intersectoriel (par exemple, l'éradication du cancer exigerait des innovations en matière de santé, de nutrition, d'IA et de produits pharmaceutiques),
5/ Permettre l'expérimentation et de multiples tentatives de solution plutôt que d'être géré de haut en bas par un gouvernement.

La fondation XPRIZE, lance depuis 1994 des défis à fort impact sociétaux (comment créer des produits utiles à base de CO2, comment former des employés à de nouveaux métiers en moins de 60 jours) qui nécessitent de penser différemment, de développer des technologies disruptives.

Il s'agit de faire tomber les murs qui brident notre esprit, de mobiliser les meilleurs cerveaux de la planète pour résoudre des problèmes environnementaux et économiques qui impactent le bien-être de chaque habitant de la planète.

L'initiative allemande Falling Walls vise à réunir des cercles de réflexion dépassant les frontières et des instruments pour l'action autour de ces problèmes. Le business doit rencontrer au plus vite la science et la connaissance pour traduire toutes ces ruptures technologiques en innovations.

En Europe, la fondation JEDI (Joint European Disruptive Initiative), financée par des états européens, des régions et des fondations de grands groupes, poursuit les mêmes objectifs qu'un XPRIZE.

Guider la conception de telles innovations dans une perspective durable est l'ambition des patterns que nous proposons dans un livre à paraître en novembre 2020 : « Internet of Augmented Me, I.AM : Empowering Innovation for a New Sustainable Future ».

L'équivalent de la mission Apollo est « le zero everything », la quête du zéro. Zéro déchet, Zéro emission de CO2, Zéro congestion dans les villes, les défis se formuleront de cette manière, qui met en exergue le mur de Berlin à abattre.

Cette nouvelle économie, qui veut à la fois offrir en abondance à chacun des services fondamentaux comme une eau potable, l'éducation, l'énergie, un toit et la santé, s'appuiera sur les principes thermodynamiques et s'inspirera fortement de l'expérience de la nature. Elle sera décentralisée car les solutions doivent tenir compte des spécificités géographiques et culturelles des territoires. Nous envisageons le retour des économies monde braudéliennes à l'ère numérique.

Pour éviter les effets rebonds liés à une utilisation intensive d'une technologie plus performante, nous devons utiliser des mécanismes incitatifs offerts par l'univers blockchain des cryptomonnaies. Théorie et jeux et psychologie sociale doivent être mis à contribution.

Comment créer de la valeur pour les consommateurs ?

Avec l'Internet of Augmented Value (I.AM), la création de valeur client passe des équipements aux services à condition que cette valeur qui soit perçue par le consommateur, une valeur d'augmentation et d'enrichissement personnel et culturel. Cette augmentation du consommateur est en phase avec la motivation 3.0 du journaliste et écrivain Daniel Pink, cette envie de faire des choses parce qu'elles comptent pour nous, parce qu'elles ont un sens, parce que nous les aimons. C'est l'expérience client qui détermine la qualité d'un produit/service I.AM.

Qu'est-ce qui est nouveau avec I.AM ?

Pour vendre un produit à l'ère de l'Internet of Me, il faut impérativement se mettre dans la logique d'achat du consommateur et non dans la logique de la vente du « lessivier ». Les écosystèmes associés à des produits vont prendre la place petit à petit des chaînes de valeur dans la stratégie des entreprises. Tous les produits deviennent des canaux de distribution.

Plus généralement, il faut donc raisonner flux, échanges, interactions, collaboration et non stocks, ce qui signifie en particulier que l'entreprise ne possède pas ses salariés, ses fournisseurs, ses clients. Elle entretient avec eux des interactions et sa valeur découle de sa capacité à valoriser ces différents flux pour créer notamment plus de ressource financière qu'elle n'en consomme.

Cette valeur ajoutée créée par I.AM sera davantage concentrée sur une période de temps et donc sur l'abonnement des consommateurs.

Quel rôle pour la finance dans le monde I.AM ?

La finance, comme toutes les autres industries, doit se réinventer autour de nouveaux patterns I.AM, avec mettant en avant la décentralisation, les circuits courts de la confiance. La finance décentralisée ou DeFI fonctionne avec zéro friction, zéro autorisation, zéro interface propriétaire.

Le financement des produits/services I.AM passe notamment par la tokenisation des actifs, leur virtualisation. Un token ou jeton est la représentation numérique d'un actif sur la Blockchain ou familièrement « monnaie programmable ». Cet actif peut être à la fois numérique ou physique, corporel ou immatériel.

D'un point de vue technique, un jeton est un algorithme implémenté en tant que Smart Contract sur une blockchain. L'algorithme définit toutes les fonctionnalités du jeton comme sa valeur, comment et combien de jetons sont créés, quelles dénominations ils autorisent, comment les jetons sont dépensés et sous quel nom et adresse ils peuvent être utilisés. Même des fonctionnalités complexes comme le vote peuvent être implémentées.

Les jetons jouent donc un rôle fondamental pour l'échange de valeur et la représentation des droits dans le monde physique. Une attention particulière doit être accordée au protocole d'échange. Étant donné que les changements d'état du contrat intelligent sont déclenchés automatiquement par des événements externes, la motivation des utilisateurs ou des appareils à envoyer ces événements doit être remise en question.

La tokenisation permet de financer des projets ambitieux, des Moonshots en lissant le risque sur une large population d'investisseurs. Ainsi, on peut financer des équipements de production et de distribution d'énergie de haute technologie. Grâce à des compteurs de transactions de type « wallet IoT », on peut mesurer à la fois la performance technique de l'actif et sa performance commerciale. Chaque investisseur a la possibilité de suivre en temps réel la performance financière de son investissement.

Compte tenu que la blockchain IoT n'a pas les mêmes caractéristiques qu'une blockchain DeFI, il importe de les rendre intéropables pour que les smart contract DeFI puisse s'appuyer sur les informations des registres IoT tout en vérifiant l'identité de l'actif.

L'Interchain, la blockchain des blockchains, devient une nécessité. La plateforme Polkadot en est une incarnation opérationnelle. Elle permet le transfert de tout type de données ou d'actifs, et pas seulement de jetons. La connexion à Polkadot permet d'interagir avec une grande variété de blockchains dans le réseau Polkadot. Ce fonctionnement permet de stimuler l'innovation financière en combinant par example la blockchain IoT de Nodle, la blockchain identité souveraine d'Ontology et la blockchain DeFI Acala.

Récemment, la Daimler Mobility Blockchain Factory a montré la possibilité de regrouper les services de différentes entreprises et de les fournir au client comme si une seule entreprise les avait fournis. Les clients sont identifiés une seule fois, dans tout l'écosystème, et ils peuvent ensuite utiliser cette identité pour signer des transactions avec n'importe lequel des silosopérateurs. Il est très facile d'identifier les entreprises, les véhicules et les clients et donc de suivre les transactions.

Un autre projet de Daimler, MoveX, veut permettre à un client de faire l'expérience de plusieurs services de mobilité avec une seule expérience continue. Le tout en protégeant la vie privée de l'utilisateur.

Ces combinaisons de services créent ce que nous appelons l'Internet of Augmented Value ou I.AV qui valorise la performance des échanges collaboratifs entre industriels et opérateurs de service. L'interchain et la tokenisation sont les briques de base des nouveaux modèles économiques autour d'I.AM et d'I.AV. Et les moonshots en sont le fuel.

La réussite des Moonshots passe par la création d'une infrastructure technologique dont les caractéristiques se résument avec les 6 lettres de ASPECT :

A

Comme Autonomy, Assets, API, Automatization, Anticipation, Augmented, ATAWAD, Artificial Intelligence, Authentication, Anthropomorphic, Assistant, AutoML, Avalabs, Agnostic, As-a-Service.

S

Comme Services, Security, Simplification, Symbolic, Scalability, Seamless, Sharing, Scale, Searching, Sustainability, Streaming, Storage, Serverless, Social, Stakeholders, Softwarization.

P

Comme Programmability, Personalization, Proof, Prediction, Posture, Privacy, Process, PEC, P2P, Proof of Stake.

E

Comme Energy, Efficiency, Emotional, Exchange, Explanation, Edge, Ethereum.

C

Comme Connectivity, Capital, Context, Communication, Collaboration, coordination, Contract, Commons, Citizen, Commuter, Consumer, Community, Consensus, Cryptocurrency, Computational, Cloud, Content, Curation, Charging, Chainlink.

T

Comme Trustworthiness, Twin, Tokenized, Thing, Traceability, Transaction, Tax, Transparency, Together, Teaching, Tactile, Trading, Transfer, Tezos.

Enfin, n'oublions jamais que les clients n'achètent jamais des technologies, mais des solutions qui facilitent leur vie et des expériences réussies. Le Moonshot doit vite se consumériser via une automatisation de la production et trouver son public. Intel doit se transformer en Apple.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :