Qui se "gave" avec Amazon et l'économie ?

OPINION. Le 2 novembre, Roselyne Bachelot, ministre de la Culture, invitait les Français à ne pas acheter sur les plateformes numériques considérant que « Amazon se gave », et que « c'était à nous de pas les gaver ». Une nouvelle prise de position jouant sur l'opposition classique entre grand et petit commerce, tout en passant sous silence intérêts et responsabilités des pouvoirs publics en ces temps difficiles. Par Nicolas Marques, de l'Institut économique Molinari.

4 mn

La ministre de la Culture, Roselyne Bachelot.
La ministre de la Culture, Roselyne Bachelot. (Crédits : Reuters)

Amazon se gave ? La réalité est bien plus complexe que ce propos à l'emporte-pièce. Si Amazon est une grande entreprise, ses marges sont loin d'être mirobolantes. Elles étaient de 4 % l'an passé dans le monde, en intégrant les activités de commerce à faible rentabilité et des activités bien plus rémunératrices dans la gestion des données et le cloud. Dans l'Hexagone, les marges d'Amazon France Logistique étaient de 3,25 %. Si elles sont supérieures à celles de nombre de petits commerçants, cela ne ressemble pas à un gavage.

Amazon logistique a fait dans l'Hexagone 19 millions d'euros de profits après avoir réglé 237 millions d'euros de rémunérations, 13 millions d'impôts de production et 17 millions d'euros sur les bénéfices. En moyenne, chacun des 5.700 salariés d'Amazon a bénéficié de 42.000 euros sous la forme de salaires, cotisations sociales et autres avantages sociaux comme la participation aux bénéfices. Il a rapporté 5.400 euros à l'Etat et aux collectivités locales sous la forme d'impôts calculés en fonction de l'outil de production et des bénéfices, Amazon touchant 3.300 euros de bénéfice par collaborateur. Au global, 83 % de la création de la valeur française est allée aux salariés, 11 % à l'Etat et 7 % à Amazon sous la forme de bénéfices. Prétendre que « Amazon se gave » n'est donc ni factuel, ni légitime. Notre ministre de la Culture devrait savoir que dans beaucoup de secteurs d'activités en France, les administrations publiques sont les premières à bénéficier de l'activité économique, devant les actionnaires.

Faiblesse structurelle de la rentabilité en France

Le vrai sujet n'est en fait pas chez Amazon, mais dans la faiblesse structurelle de la rentabilité de nombreuses activités françaises. Selon l'Insee, la rentabilité moyenne est d'à peine 6 % dans le commerce, le transport, la restauration ou la construction, voire de 5 % dans l'industrie. On s'accommode plus ou moins de ces mauvaises performances en temps normal, même si elles freinent le développement économique et expliquent notre incapacité à résorber le chômage. Avant même que la crise ne commence, nous avions 1,7 point de chômage de plus que nos voisins représentant 500.000 chômeurs en trop fin décembre 2019. Avec la crise, on redécouvre bien tard que nos entreprises sont mortelles. Or, la faiblesse de la rentabilité en France découle de deux problèmes structurels qui n'ont pas été traités correctement : le poids disproportionné des charges sociales et de la fiscalité de production, facteurs jouant contre la production et l'emploi.

D'une part, nous avons fait le choix de financer les retraites quasiment exclusivement par les prélèvements obligatoires, là où nos voisins les financent aussi grâce au rendement du capital, avec des fonds de pensions. Dans un contexte de vieillissement, ce choix est problématique pour les finances publiques, les retraites expliquant 59 % de la progression des dépenses et des déficits depuis 1959. Dans toute une série d'activités, les charges sociales obèrent anormalement les coûts. Si les pouvoirs publics multiplient les programmes de réduction de charges sociales pour limiter cet effet, ce qui creuse les déficits, le choix français reste problématique à long terme. Si nous avions eu la sagesse d'épargner en vue de la retraite comme nos voisins, nous aurions l'équivalent de 2 à 3 % du PIB en recettes supplémentaires chaque année, ce qui permettrait d'équilibrer nos comptes publics déficitaires structurellement.

La fiscalité de production surdimensionnée

D'autre part, la fiscalité de production, surdimensionnée en France, affecte particulièrement les activités à marges faibles, telles le commerce ou l'industrie. Elle nuit à leur développement en temps normal et s'avère redoutable en période de crise. Contrairement à la fiscalité sur les bénéfices, la fiscalité de production ne se dégonfle pas lorsque les entreprises font des pertes. Pour des centaines de milliers de petits commerçants, comme pour des dizaines de sites industriels tels Bridgestone Béthune, la fiscalité de production est synonyme de surmortalité. Il faudrait avoir le courage de dire aux Français que nos activités à faibles marges ne sont pas les victimes d'une concurrence « déloyale » de certains acteurs, mais d'un code des impôts destructeur de richesses et d'emplois. Madame la ministre, la culture passe aussi par l'économie et la pédagogie.

4 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 21
à écrit le 10/11/2020 à 20:29
Signaler
Amazon se gave.... Venant d'un politique français professionnel.... Cela fait sourire 25% du budget de la france pour payer la retraite des fonctios. L' etat ponctionne 57% du PIB. Qui se gave le plus ?

à écrit le 09/11/2020 à 19:17
Signaler
Je pense que madame la ministre a raison car se qui est mis en cause c'est que lorsque vous acheté au petit commerçant l'argent lui revient à lui et une partie à l'état et se dernier le redistribut au français sous forme de service ou d'aide ou encor...

à écrit le 09/11/2020 à 13:05
Signaler
Amazon n est pas profitable mais Amazon est un prédateur d'entreprise. La vente sans marge pour mieux s'installer et tuer des entreprises. La situation liée au Covid crée des situations de distorsion de concurrence en éliminant les acteurs indépe...

à écrit le 09/11/2020 à 12:22
Signaler
Qui se gave le plus entre Amazon et nos hauts fonctionnaires aussi nombreux qu’incompétents ? Il faudrait faire le rapport utilité/coût pour l’utilisateur final : la diatribe de notre ministre n’a hélas tout l’air que d’un contre-feu... La crise act...

à écrit le 09/11/2020 à 9:51
Signaler
oui les gafa se gave mais que faite vous dans des villes ou village vous n'avez plus qu'internet pour faire vos achats ou tout du moins trouver ce que vous avez besoin sans faire des dizaines de klm pour des centres commerciaux qui vous imposent leur...

à écrit le 09/11/2020 à 8:26
Signaler
Oui Amazon se gave,il n'y a qu'à regarder la fortune de Jeff Bezons. Oui les entreprises paient beaucoup d'impôt et c'est normal ( et encore l'évasion fiscale nous oblige à nous endetter ce qui ne serait pas le cas si les plus riches payaient vraimen...

le 09/11/2020 à 12:53
Signaler
Complètement d'accord.Le capitalisme libéral non régulé, c'est la croissance permanente des inégalités.Il suffit de regarder la répartition des revenus et des patrimoines.Le marché ne s'autoregule pas,sinon il n'y aurait pas de crises ( voyez 1929 et...

à écrit le 09/11/2020 à 8:13
Signaler
votre démission de ce gouvernement aurais eu plus d'impact. voir une meilleur prise de conscience de ces haut fonctionnaire toujours sourd et aveugle au revendication

à écrit le 09/11/2020 à 8:00
Signaler
Que vous êtes naïfs ! On est prêts à pleurer : 3,5% de résultat pour France Amazon Logistique. c'est totalement ignoré le contournement fiscal d'Amazon France qui se fait ponctionner par des fees de sociétés apparentees étrangères peu taxées. C'est c...

à écrit le 09/11/2020 à 3:09
Signaler
bachelot n'est qu'une pharmacienne, bonne a prescrire de l'aspartam.

à écrit le 08/11/2020 à 22:27
Signaler
Personne ne connaît les bénéfices réels d Amazon en France Il est naïf voir coupable d imaginer que les chiffres déclarés sont les chiffres réels. Avec les montages financiers des gafam on peut être sur aucune bonne partie des marges part en Irland...

à écrit le 08/11/2020 à 21:53
Signaler
Pauvre Roselyne complètement larquée. .. qui se gave sur le dos des français ? Rappellez moi quelle est la part du pib qu'engloutie en prelevements obligatoires l'etat chaque années,? Et pour quels résultats?

à écrit le 08/11/2020 à 20:00
Signaler
Toujours les mêmes arguments. Rien de très nouveau. Une défense en règle d'Amazon et du système de retraite par capitalisation. Parce que vous croyez que les retraites par capitalisation sont payées avec de l'argent magique ? Que ce soit les boîtes o...

le 08/11/2020 à 22:29
Signaler
Aujourd’hui les français paient deux fois : pour leur retraite via les prélèvements de l état et pour la retraite des anglo saxons via les dividendes du cac 40 Il aurait été 1000x plus malin de ne payer qu une fois et d avoir des fonds de pension ...

à écrit le 08/11/2020 à 19:59
Signaler
On serait bien demunis sans Amazon..Cdiscount..et autres.. J achète chez Amazon..pas de pb Alors que les memes rayons sont fermés dans les grandes surfaces Édouard Leclerc l'a bien mentionné notre bon premier ministre et un des meilleurs représen...

à écrit le 08/11/2020 à 13:39
Signaler
Je crois, comme l’auteur de l’article , que notre ministre de la culture n’est pas une économiste avertie. En revanche, il devrait reconnaître que le commerce pure player en ligne deviens une concurrence déloyale lorsque les magasins ou les rayons s...

à écrit le 08/11/2020 à 13:18
Signaler
Le "rendement du capital" ??? Alors que nous savons que le capital dépend des énergies fossiles dont nous devons nous débarrasser à court terme pour limiter (trop tard pour les empêcher) les famines et les maladies qui seront dues au changement clima...

à écrit le 08/11/2020 à 13:17
Signaler
tiens, l'insee ressort ce que je dis depuis 20 ans? bien, c avance, mais ca ne va pas changer le pb! tout va rester a l'identique... ce qu'il faudrait changer, c'est la mentalite des francais; mais entre melenchon, martinez, hollande, thevenoud et ...

à écrit le 08/11/2020 à 13:02
Signaler
Amazon se gave. LOL Le gouvernement ferait mieux de trouver une solution pour éviter la mort de certains commerçants, au lieu de faire des déclarations de ce style. Le blabla habituel, les commerçants attendent des actes concrets.

le 08/11/2020 à 16:17
Signaler
Hello, Que les français au sens large (distribution, média, ....) fassent mieux et de réinventent aussi au lieu de se plaindre et de faire du protectionnisme à coups de legidlation bancale.

à écrit le 08/11/2020 à 11:29
Signaler
"c'était à nous de pas les gaver " "La notion de libre arbitre a été inventée par la classe dirigeante." Nietzsche

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.