RÉTRO 2018 | Les États-Unis ouvrent leur ambassade à Jérusalem

 |   |  802  mots
Inauguration de l'Ambassade des États-Unis à Jérusalem le 14 mai 2018
Inauguration de l'Ambassade des États-Unis à Jérusalem le 14 mai 2018 (Crédits : Reuters)
Retour sur la reconnaissance par Donald Trump de Jérusalem comme capitale d'Israel et sur le sens de l'inauguration de l'ambassade des États-Unis dans cette ville. Par Anne Lagerwall, Université Libre de Bruxelles.

Après avoir reconnu, le 6 décembre 2017, Jérusalem comme capitale d'Israël, les États-Unis de Donald Trump ont inauguré le 14 mai 2018 leur ambassade dans cette ville. Alors que l'année 2018 s'est achevée avec une démarche similaire de la part du Premier Ministre australien, retour sur une tempête diplomatique majeure de 2018.

Pourquoi cette décision ?

Cette décision fait suite à une loi adoptée par le Congrès américain en 1995 et qui stipule que les États-Unis devraient reconnaître Jérusalem comme étant la capitale d'Israël ; et y installer, en toute logique, leur ambassade pour le 31 mai 1999 au plus tard.

Mais aucun président des États-Unis n'a jamais appliqué cette loi avant Donald Trump, sous prétexte que cela pouvait mettre en péril les intérêts du pays, une condition qui était d'ailleurs prévue par le texte de la loi elle-même. Tant qu'elle n'était pas appliquée, cette loi ne transgressait pas le droit international.

Par contre, sa mise en œuvre le 14 mai 2018, jour du 70e anniversaire de la création de l'État d'Israël, par le président Trump constitue une violation flagrante du droit international.

Quel statut pour Jérusalem ?

Le droit international ne détermine pas de statut particulier pour Jérusalem, mais, en revanche, il détermine une méthode particulière pour le définir : le statut de Jérusalem ne doit pas être imposé par la force, mais doit être négocié ; et si un Etat a recours à la force pour l'imposer, les autres États doivent refuser de reconnaître ce statut. Ce principe a été appliqué à de nombreuses reprises à propos de Jérusalem depuis la création d'Israël.

En 1967, à la suite de ce qu'on a appelé la guerre des 6 jours qui a permis aux forces israéliennes de prendre le contrôle de Jérusalem-Est, le Conseil de sécurité des Nations unies a rappelé qu'il était inadmissible de tenter d'acquérir des territoires militairement. En 1980, alors qu'Israël entend réaffirmer sa souveraineté sur Jérusalem, ce même Conseil invite les États qui y ont établi leurs ambassades à les retirer. Enfin, en 2017, après l'annonce par le Président Trump de sa décision de reconnaître Jérusalem comme étant la capitale d'Israël et d'y installer l'ambassade des États-Unis, c'est ce fondement qui pousse l'Assemblée générale des Nations unies à rappeler aux États leur devoir de s'abstenir d'établir des missions diplomatiques dans la ville sainte.

Ce principe est une obligation fondamentale du droit international, liée à l'interdiction pour les États de recourir à la force militaire : dès lors que la guerre est interdite, il doit logiquement être interdit d'en approuver les résultats. Sinon, on court le risque d'encourager une « politique du fait accompli » par les États les plus puissants militairement.

Faire respecter le droit international

Il n' y a pas de police internationale qu'on va pouvoir déployer sur le terrain pour faire respecter le droit international et assurer le retrait de cette ambassade. La force du droit international reste avant tout la force des mots, la force des discours. Ici, par exemple, la Palestine a introduit une instance pour faire condamner les États-Unis devant la Cour internationale de justice (organe judiciaire principal des Nations unies) dont l'activité est suivie de près par la communauté internationale. Par ailleurs, plus d'une centaine d'États ont fait entendre leur désapprobation et ont maintenu leur ambassade à Tel-Aviv. Les États-Unis se retrouvent donc relativement isolés.

La Palestine à la tête du G77

En principe, pour présider le groupe des 77 (groupe des pays en développement), un État doit être membre des Nations unies. Or, pour le moment, la Palestine n'y a qu'un statut d'observateur. Pour être membre des Nations unies à part entière, la Palestine devrait être proposée par le Conseil de sécurité au sein duquel les États-Unis disposent d'un droit de veto qu'ils n'hésiteront pas à utiliser. En approuvant le choix de la Palestine pour présider le groupe des 77 et en lui accordant les pouvoirs supplémentaires nécessaires pour assurer cette présidence, l'Assemblée générale montre son soutien à l'État palestinien et à sa volonté de jouer un rôle diplomatique important. Ce choix constitue en outre une défaite pour les États-Unis et Israël qui ont été quasiment seuls à critiquer cette décision. C'est sans doute là une manière pour les États de marquer leur désaccord à la position adoptée par les États-Unis.

--

Retrouvez ici l'intégrale des articles de la rétrospective 2018 
des enseignants-chercheurs de l'ULB.

The Conversation ______

 Par Anne LagerwallChargée de cours, droit international, Université Libre de Bruxelles

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/01/2019 à 16:53 :
Comme pour l' Anschluß de la Crimée par la Russie (+Königsberg) ou la main base de la Chine sur les îles des eaux territoriales de ses voisins pour accroitre ses ressources et sa puissance militaire sans oublier l'autre Anschluss notable du Tibet ! (idem annexion de l'Autriche par l'Allemagne nazie)
"Ce principe est une obligation fondamentale du droit international, liée à l'interdiction pour les États de recourir à la force militaire : dès lors que la guerre est interdite, il doit logiquement être interdit d'en approuver les résultats. Sinon, on court le risque d'encourager une « politique du fait accompli » par les États les plus puissants militairement."
a écrit le 31/12/2018 à 10:08 :
La Palestine est le pays le plus jeune au monde, quel est l'avenir de ses enfants depuis que j'en entends parler à savoir 30 ans ?

De se faire entrainer par des fous furieux aliénés, qui vont leur demander de se faire sauter entrainant si possible avec eux quelques israéliens. Toujours.

Les palestiniens ont perdu, il serait temps d'acter cette réalité afin que les peuples soient enfin préservés de l'intérêt de leurs dirigeants et possédants.

Vous autres pro-palestiniens n'avez fait que prolonger les souffrances de ceux-ci bien confortablement assis dans vos fauteuils vous admirant écrire de belles phrases pour des grandes idées telles la liberté et la démocratie. Pendant que eux sur le terrain en ont pris et en prennent plein la gueule.

A se demander si du coup vous ne le faites pas un peu exprès parce que servant d'abord et avant tout vos intérêts.

"“On ne doit jamais laisser se produire un désordre pour éviter une guerre ; car on ne l'évite jamais, on la retarde à son désavantage.”"

“Presque tous les hommes, frappés par l'attrait d'un faux bien ou d'une vaine gloire, se laissent séduire, volontairement ou par ignorance, à l'éclat trompeur de ceux qui méritent le mépris plutôt que la louange.” Nicolas Machiavel
Réponse de le 02/01/2019 à 17:01 :
Si De Gaule ou Churchill avait appliqué votre théorie à deux balles, où en seriez vous aujourd'hui?
Réponse de le 03/01/2019 à 9:36 :
@ multipseudos:

comme d'habitude je comprends pas ce que tu veux exprimer mais comme d'habitude je te signale parce qu'en fait tu ne veux rien exprimer juste troller.

ET tu te poses encore la question de savoir comment tu fais pour être incapable de contrer les arguments imbécile ?

Met toi à vivre enfin, cesse de penser à moi et de me harceler et pense bon sang !

Ça va pas te tuer andouille !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :