Soldes sur le pétrole  !

 |   |  521  mots
(Crédits : Reuters)
LA CHRONIQUE DU "CONTRARIAN" OPTIMISTE. La pandémie du coronavirus est en train de provoquer une crise économique. Le pétrole a perdu plus de 50 % de sa valeur, une bonne nouvelle pour les consommateurs.

Dans le krach des marchés financiers en début de semaine, le pétrole occupe une place particulière. Le cours du Brent, déjà en baisse avant l'épidémie du coronavirus, accuse une dégringolade de plus de 52 % entre son dernier pic, le 7 janvier, et les jours passés, baissant de quelque 70 dollars à 33 dollars.

La Russie moins dépendante

C'est une mauvaise nouvelle pour les pays producteurs qui voient fondre leurs revenus. De quoi les rendre extrêmement nerveux. Ainsi l'accord de réduction de l'offre pour maintenir un niveau minimum des cours qui liait l'Opep et d'autres pays producteurs depuis 2016 a volé en éclats après le refus de Moscou de le reconduire, préférant laisser jouer l'offre et la demande. Moins dépendante de l'or noir que l'Arabie saoudite (pour qui le pétrole pèse quelque 90 % de ses revenus), la Russie a une économie plus diversifiée et peut compter sur ses exportations de gaz naturel, dont les cours depuis leur dernier plus haut de novembre 2019 se sont dépréciés (- 29 %) mais moins que ceux de l'or noir.

pétrole

En rétorsion, l'Arabie saoudite a décidé d'inonder le marché pour gagner des parts de marché à tout prix, sans se préoccuper des autres membres du cartel. Le...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/03/2020 à 9:04 :
Ouais bof, lors de la dernière chute du pétrole nous avions le GO à presque un euro, actuellement le cours est encore plus bas et le litre de GO à plus de 1.30 euro.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :