Assurance : hausse généralisée des tarifs des contrats

 |   |  509  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
2011 sera un mauvais millésime pour les contrats d'assurance dont les primes vont augmenter. Et encore, tous les assureurs n'ont pas annoncé la couleur.

Le cadeau de nouvelle année des assureurs va être... empoisonné ! Entre les événements climatiques (tempête Klaus, Quinten, Xynthia, inondations du Var et grêles) et le désengagement de la Sécurité sociale, l'addition risque d'être salée.

Une augmentation qui n'est pas du goût de la ministre de l'économie Christine Lagarde. « Les experts nous disent que la sinistralité est en augmentation importante au cours des derniers mois », à cause des récents événements climatiques. Souhaitant « en avoir le coeur net », la ministre a demandé à la direction du Trésor et la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) « d'examiner la réalité du lien entre cette sinistralité et l'augmentation des primes ». Une enquête d'autant plus nécessaire que les hausses des tarifs sont effectivement importantes.

Assurance automobile

Après cinq années sans progression, les primes des assurances auto repartent de l'avant. La Maaf et la Maif ont annoncé une augmentation de 2,5 %. La Macif, quant à elle, a annoncé 2,9 %. MMA, Groupama et Gan prévoient une progression de 3 %, la Matmut de 4 % et Axa décroche pour l'instant la palme de la plus forte hausse avec 4,5 %. Attention : certaines hausses incluent l'évolution de l'indice du coût de la construction, d'autres non.

Assurance habitation

Les contrats en multirisques habitation ne vont pas échapper à cette hausse. La Maaf prévoit une augmentation de 3 %, la Matmut de 3,1 %, la Maif de 3,5 %, Axa table sur 3,3 % et Aviva donne une fourchette se situant entre 3,3 % et 4,3 %. Au-dessus de la barre des 4 %, on retrouve MMA (+ 4 %), la Macif (+ 4,6 %) et + 5 % chez Groupama et Gan. Toutefois, tous ces chiffres restent des moyennes. Certains profils d'assurés seront donc moins impactés alors que d'autres verront le coût de leur assurance fortement gonfler en 2011.

Assurance santé

Concernant les complémentaires santé, le constat est encore plus sévère. Jean-Martin Cohen-Solal, directeur général de la Mutualité Française craignait un renchérissement quasi-mécanique de 8 % sur les cotisations en 2011. En effet, les médicaments homéopathiques et ceux dits à « services médical rendu modéré », reconnaissables à leur vignette bleue, ne seront plus pris en charge à 35 % mais à 30 %. La mutuelle ne prendra donc plus en charge 65 % mais 70 % du prix de ces médicaments. Un surcoût qu'elle répercutera tôt ou tard sur ses tarifs. Même raisonnement pour la consultation d'un médecin généraliste qui passe de 22 à 23 euros au 1er janvier, ou sur certains frais d'hospitalisation. Enfin, et surtout, les contrats dits « responsables », soit la quasi-totalité des complémentaires santé du marché, étaient depuis 2004 exonérés d'une taxe de 3,5 %. Fin de ce privilège au 1er janvier 2011.

Transparence des contrats

Une bonne nouvelle pour finir sur une note positive. L'Union nationale des organismes d'assurance-maladie complémentaire (assureurs et mutuelles) a décidé d'aller vers plus de transparence en 2011. En améliorant la lisibilité des tableaux de garanties, en harmonisant les termes et en multipliant les exemples de remboursements. Ce qui facilitera la comparaison entre les contrats santé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :