Emoface, l'avatar capable de lire les émotions

Ce jeu éducatif via une application mobile, destiné aux enfants autistes, permet d’apprendre à mieux reconnaître et exprimer des émotions.

2 mn

Destinée aux autistes, l’application reproduit déjà six expressions.
Destinée aux autistes, l’application reproduit déjà six expressions. (Crédits : DR)

C'est pour proposer une solution aux enfants autistes - près de 700.000 en France - que le projet Emoface a vu le jour à Grenoble. Son idée ? Créer un avatar 3D expressif en vue de reproduire des émotions du quotidien. Incubé à Linksium, en partenariat avec l'Iria et Gipsa-Lab (CNRS/Grenoble INP/Université Grenoble Alpes), le projet est né dans la tête d'une chercheuse en informatique, Adela Barbulescu, associée à une graphiste, Mayra Lima. « J'ai été amenée à créer, durant ma thèse, une technologie pour générer une animation 3D en lien avec les émotions. C'est à cette occasion que j'ai trouvé des études intéressantes sur l'autisme. »

Des jeux et des quiz

près une année de tests auprès de personnes autistes et d'instituts médicaux, les deux Grenobloises ont lancé, mi-juin, une version bêta de leur application. Celle-ci comprend à la fois des jeux et des quiz destinés à l'apprentissage, intégrant la possibilité de reconnaître des émotions proposées par l'avatar, ou encore des mises en situation l'incitant à choisir la bonne réaction entre deux visages montrant des expressions différentes.

Basée sur la reproduction de six émotions (colère, joie, tristesse, peur, surprise, dégoût), Emoface pourrait bientôt s'enrichir de 16 autres émotions plus complexes (jalousie, ironie, incrédulité...). Avec un objectif ambitieux : créer un « atlas des émotions » - un chercheur en psychologie de Cambridge, Simon Baron-Cohen, avait ainsi recensé l'existence de près de 412 émotions différentes.

Après sa venue au Forum 5i, qui s'est tenu le mois dernier à Grenoble, et qui devait lui permettre de positionner son produit auprès du public et des investisseurs, Adela Barbulescu envisage la création de son entreprise début 2020. Elle espère atteindre le million de téléchargements gratuits d'ici à trois ans, sur un modèle freemium (combinant une partie gratuite et payante). Des applications sont aussi envisagées, à terme, pour des services RH ou des programmes d'éducation en vue d'aider les individus à mieux gérer des situations sociales.

2 mn

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 26/06/2019 à 8:52
Signaler
Bonjour, Question pratique : Ou placer le «  ressenti » du cerveau vers le corps ? Reconnaitre une émotion ( idée intellectuelle ) : ça ne veut rien dire et ça ne veut pas dire que nous le comprenons et que nous savons comment le gérer. Cordia...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.