Quanteo : ses mesures de trafic comptent davantage en période post Covid-19

Avec ses filiales Quantaflow et Eco-Compteur, le groupe lannionnais Quanteo trouve de nouveaux relais de croissance dans la mise en place de jauges de fréquentation et d’outils de mesure du taux d’occupation des bureaux en télétravail, ainsi que dans l’installation de nouvelles infrastructures cyclables ou piétonnes.
Eco-Compteur développe des outils de mesure du trafic piéton et cycliste, comme ici à Montréal.
Eco-Compteur développe des outils de mesure du trafic piéton et cycliste, comme ici à Montréal. (Crédits : Quanteo)

En 2018, Quanteo a comptabilisé les déplacements de 4,5 milliards de personnes, 5,2 milliards en 2019. Pour 2020, ses perspectives ne sont pas moindres. Le groupe technologique fondé à Lannion en 1998, et leader dans le comptage des piétons, des cyclistes et des visiteurs des centres commerciaux, pourrait même bénéficier d'une demande accrue en période post-Covid-19. Eco-Compteur, filiale rachetée en 2 000 et spécialisée dans le comptage des piétons et des cyclistes en environnement urbain et naturel, devrait profiter encore davantage du boum du vélo. Après l'installation en septembre dernier rue de Rivoli de l'afficheur de trafic cycliste Eco-Display, l'entreprise travaille de nouveau avec la Ville de Paris autour des infrastructures cyclables temporaires. À Los Angeles, elle intervient dans le comptage des piétons dans les parcs.

Lire aussi : La technologie O°code sécurise le « plan vélo » du gouvernement

L'autre filiale, Quantaflow, experte dans l'analyse des flux de visiteurs des centres commerciaux et des établissements recevant du public, a trouvé un relais de croissance dans la mesure du télétravail et de ses effets sur les effectifs des immeubles de bureau.

Citix 3D, l'innovation qui mesure tous les types de trafic

« Eco-Compteur est devenu en 20 ans une source de données mondiales fiables qui enregistre la croissance en temps réel du trafic vélo dans différentes villes du monde. La sortie du confinement confirme l'engouement des métropoles et des citoyens pour ce moyen de transport plus sain. Notre système est en mesure de prendre en compte toutes les nouvelles activités liées au vélo et d'accompagner les politiques des villes et les modifications des plans de circulation dédiées aux cyclistes ou aux piétons », assure Christophe Milon, président de Quanteo.

Le groupe qui affiche un chiffre d'affaires de 17,4 M€ en 2019 pour 140 salariés, investit sur fonds propres et réserve 15 % de ses revenus à sa R&D, a d'abord appréhendé la crise sanitaire de manière prudente. En alliant télétravail, congés anticipés avec un peu de chômage partiel et une dose de Prêt garanti par l'État (PGE), il maintient une légère perspective de croissance pour 2020.

Avec 70 % de son chiffre d'affaires réalisé à l'export, et des bureaux répartis entre Lannion, Paris et Montréal, l'activité d'Eco-Compteur est emblématique du développement international de Quanteo. Si les capteurs inventés par l'entreprise, et résistants en milieu extérieur, couvrent quasiment 100 % des collectivités locales et villes touristiques françaises, pour mesurer les flux sur les voies vertes ou les sentiers de randonnée, ils sont aussi exploités dans 150 villes du monde. De New-York à Sydney en passant par Paris, Berlin, San Francisco, Copenhague. La municipalité pro-vélo de Vancouver s'est ainsi équipée de 120 capteurs destinés à mesurer ses infrastructures cyclables.

Lire aussi : Vélo: la candidate Hidalgo veut pédaler encore plus vite

« Nous avons déployé 15.000 capteurs dans 55 pays dans le monde, dont l'innovation récente Citix 3D, une caméra 3D qui mesure tous les types de trafic (piétons, cyclistes, trottinettes...) », précise Christophe Milon. « Nos données permettent d'accompagner l'action des villes en matière de budget, d'entretien ou d'aménagement de voies. Du capteur au logiciel, nous vendons une technologie et un écosystème complet et apportons à nos clients une maîtrise de l'ensemble de la prestation. »

Régulation des flux de personnes en temps réel

Plus paradoxales sont les perspectives de Quantaflow. Reprise en 2016 (31 personnes, CA de 4,3 M€), cette filiale a développé, au départ pour les besoins de la RATP, un système de scanner infrarouge de comptage des flux de visiteurs, désormais appliqué aux centres commerciaux. Unibail a été son premier client, mais la technologie de Quantaflow couvre plus de 50 % de la surface des centres commerciaux en France. L'hiver dernier, elle a par exemple chiffré l'impact sur le commerce de la crise des gilets jaunes.

« Durant le confinement, les centres commerciaux ont été fermés. L'activité de Quantaflow est liée au commerce physique et le secteur a ralenti certains projets d'investissements ou des chantiers », regrette Christophe Milon. « Dans le même temps, pour rouvrir, les magasins ont eu besoin d'une jauge afin de réguler leurs flux en temps réel et d'en justifier auprès des préfectures. »

Quantaflow a ainsi déployé chez ses clients une solution adhoc afin d'aider les vigiles à mesurer les flux de consommateurs. Avec la baisse du trafic voyageurs, l'entreprise perd cependant des opportunités auprès des aéroports mais compte se rattraper avec la pratique du télétravail. « Dans les immeubles de bureaux, il y a besoin de mesurer les effets du télétravail, le nombre de collaborateurs sur un plateau. Ce mouvement s'est considérablement accéléré », juge son dirigeant. « Nous discutons avec des propriétaires fonciers disposant de bureaux en flex office et désireux de calculer leur taux d'occupation. Nos solutions équipent déjà plus de dix grands immeubles de banques, d'assureurs et des télécoms. Ce segment représente un potentiel de croissance de 10 %. Pas énorme mais suffisamment significatif pour rester optimiste sur l'activité de Quantaflow. »

Via ces deux structures, Quanteo envisage d'étendre sa présence internationale. Des perspectives se dessinent en Asie et dans les pays émergents (Corée du Sud, Singapour, Japon, Chine) où se construisent des infrastructures commerciales et de bureaux.

Après avoir suivi le programme de l'accélérateur PME de Bpifrance, Christophe Milon reste focalisé sur un projet de fond : faire grandir et pousser son groupe vers un profil d'ETI. Un projet d'acquisition dans le secteur ferroviaire est à l'étude.

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.