La technologie O°code sécurise le « plan vélo » du gouvernement

 |   |  726  mots
O°code marquage numérique
O°code marquage numérique (Crédits : D.R)
Spécialisée dans l’authentification des objets associée à une blockchain privée, la technologie de la start-up nanto-vendéenne O°code a été retenue par le ministère de la Transition écologique et solidaire et la FUB (Fédération des Usagers de la Bicyclette) pour sécuriser la mise en œuvre du « plan vélo » lancé par le gouvernement le 11 mai prochain. L’enjeu : réveiller 30 millions de vélos « dormants » et veiller à la fraude.

Ce doit être un des points clé du déconfinement engagé le 11 mai prochain. En proposant une aide de 50 euros pour la réparation de son vélo, le gouvernement entend maintenir la distanciation sociale et encourager la pratique de la petite reine dont la part modale piétine autour de 3% en France (de 1% à 7,5% selon les agglomérations). « Même s'il existe une marge entre la réparation et l'usage, les prévisions sont plutôt optimistes. On estime le potentiel à 30 millions de vélos dormant ou ayant besoin d'une remise en forme. Si 10% reviennent sur la route, ce sera une belle réussite », observe Vincent Roux, co-fondateur de la start-up O°code, sollicitée par la Fédération des Usagers de la Bicyclette, pour déployer la plateforme « Coupdepoucevelo.fr » destinée à mettre en relation les particuliers et les professionnels du vélo (réparateurs, distributeurs, associations, ressourceries...) et sécuriser les informations soumises à l'aide l'Etat. Les professionnels peuvent s'y référencer gratuitement à partir du 7 mai, les particuliers, qui y auront accès le 11, trouveront un annuaire, une cartographie des lieux de réparations, des conseils pour la pratique, les équipements et l'entretien du vélo, des lieux de formation, etc. C'est à partir de cette plateforme que seront gérées les aides de l'Etat versées directement aux prestataires agréées. C'est là qu'intervient le savoir-faire de O°code.

Une signature numérique horodatée, géolocalisée

La start-up, dont l'effectif de onze personnes est passé en 3X8 pour l'occasion, aura eu huit jours pour déployer l'interface à temps. « Notre technologie de base applique un marquage O°code sur chaque facture et transaction déclarée de manière à éviter les doublons et la fraude. Une signature numérique horodatée, géolocalisée et autres ingrédients de sécurité... est intégrée dans une blockchain privée, indexée dans un registre digital. Celui-ci permet de suivre les interactions liées à un objet ou un document tout au long de sa vie et d'en garantir l'intégrité. L'idée, c'est que l'on ne puisse pas prétendre à l'aide d'Etat plusieurs fois, quel que soit le réparateur de vélo. C'est une aide par vélo », explique Vincent Roux. Théoriquement, la plateforme cofondée par la FUB, Rozo, organisme de collecte des certificats d'économie d'énergie et éditeur de la plateforme et O°code, doit fonctionner jusqu'au 31 décembre prochain. «...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/05/2020 à 10:59 :
Le problème du vélo n'est absolument pas son coût qui reste négligeable comparé à la voiture. C'est surtout le mauvais temps et les dégradations faites aux vélos qui freine son usage. Aucun vol, mais j'ai déjà eu plusieurs vélos détruits, et j'ai arrêté à cause de ça. La priorité est donc d'éradiquer les incivilités pour lesquelles les immatriculations n'auront aucun effet. On voit surtout venir une taxation des vélos avec cette immatriculation dite de "sécurité" : pour votre sécurité on vous prive de liberté.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :