Marketplaces territoriales : l’alternative à Amazon

TOURS (37). Après Nantes et Nice, la capitale de la Touraine se dotera à la rentrée d’une plate-forme digitale de e-commerce de proximité. Développé notamment par Wishibam et Ma ville Mon shopping, ce canal de diffusion pourrait être amené à se développer fortement post-confinement face aux GAFA.
Avec la crise du Covid 19, la nécessité pour les commerces de disposer à l'avenir d'un miroir digital s'est imposée à Tours.
Avec la crise du Covid 19, la nécessité pour les commerces de disposer à l'avenir d'un miroir digital s'est imposée à Tours. (Crédits : Reuters)

Le plan Etincelle, lancé par le maire de Tours le 28 avril, est bien plus ambitieux que l'aide d'1,5 million d'euros distribuée aux habitants sous forme de bons d'achats dans les commerces de la ville. En partenariat avec la CCI d'Indre et Loire, Christophe Bouchet compte installer en septembre une plate-forme territoriale ouverte aux quelque 2.000 commerçants tourangeaux. A la clé, la possibilité pour le consommateur de commander en ligne, puis de récupérer (Click and collect) ou de se faire envoyer sa commande. « La fermeture des magasins pendant près de deux mois a démontré la nécessité pour les commerçants d'entrer enfin dans l'ère digitale. En ce sens, la crise sanitaire sert à la fois d'avertissement et d'accélérateur, constate Philippe Roussy. Si le commerce de proximité veut continuer à exister, il n'a pas d'autre choix que d'être également présent sur le numérique ».

Le déconfinement depuis le 11 mai ne remettra pas en cause la nécessaire digitalisation annoncée, au contraire, il l'amplifiera. « La future place de marché revêtira deux vertus principales pour la zone de chalandise, assure Philippe Roussy. Face à la baisse prévisible des flux vers le centre-ville, elle permettra d'une part de préserver une partie du chiffre d'affaires. Elle donnera d'autre part la possibilité de fluidifier la circulation dans les commerces, astreints aux nouvelles mesures de sécurité sanitaires ». Si des contacts sont en cours avec Ma ville Mon shopping, qui vient d'installer sa solution de plate-forme à Nantes, Tours devrait avoir achevé sa phase de consultation courant juin.

Intérêt des gros acteurs

Réconcilier les magasins physiques et le commerce électronique. C'est le pari mené depuis 2017 par cette start-up fondée à Pau par Thierry Chardy. « Dans un contexte de suprématie écrasante des grands acteurs de l'e-commerce comme Amazon, notre solution permet à l'internaute de favoriser les circuits courts, explique le jeune entrepreneur. Il achète les mêmes produits dans un magasin proche de chez lui et non au sein d'un hangar impersonnel ». Sans avoir prévu la crise du Covid-19, le rejet de la mondialisation qu'elle engendre met indéniablement de l'eau au moulin de la Ma ville Mon shopping. En investissant dans un abonnement de l'ordre de 20.000 à 40.000 euros par an, les collectivités clientes permettent aux commerces de s'inscrire gratuitement sur la plate-forme. Une commission est perçue sur leurs recettes par la start-up. Ma ville Mon shopping s'est déjà implanté dans une vingtaine de villes, dont Bourges et Saint-Nazaire, et de CCI comme celles des Deux Sèvres et de Loire atlantique. Dernière en date à avoir lancé sa marketplace territoriale, la chambre consulaire de Nantes aurait déjà séduit 700 commerces. Le potentiel du nouveau modèle commercial développé par Ma ville Mon shopping, qui ne publie pas son chiffre d'affaires, n'a pas échappé à La Poste. En octobre 2018, elle a racheté la start-up qui est présidée depuis cette date par Olivier Garson, directeur du développement de la Poste. Devenu son partenaire logistique, la compagnie publique, confrontée à la baisse drastique du courrier, espère aussi à terme reclasser une partie de ses facteurs.

Wishibam, fondé en 2016 par Charlotte Journo-Baur, était encore récemment adossé à un gros acteur. La foncière d'immobilier commercial la Compagnie de Phalsbourg, détenue majoritairement par son père, Philippe Journo, a ouvert à la start-up l'équipement en marque blanche de marketplaces dans plusieurs centres commerciaux. Wishibam s'implantera ainsi en juillet au sein du complexe niçois Cap 3000. La société, qui a pris son indépendance capitalistique, affirme avoir investi environ huit millions d'euros depuis quatre ans pour développer un outil technologique fiable. Wishibam, qui a démarré l'ouverture de plate-formes territoriales début 2020, s'est déjà implanté à Nice et Angers. Sa solution sera prochainement mise en service à Antibes, au Mans, et à l'ile de la Réunion. Appuyé sur un modèle économique similaire à celui de Ma ville Mon shopping, Wishibam a réalisé 2,2 millions d'euros de recettes en 2019 et emploie une vingtaine de salariés. Charlotte Journo, qui espère lever plusieurs millions d'euros en septembre, notamment pour recruter une force commerciale, table sur 3,5 millions de chiffre d'affaires à l'horizon 2021.

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 13/05/2020 à 23:18
Signaler
Non ! Pas une alternative à Amazon, car qd les commerces st ouverts, on peut tjrs se déplacer pour chiner , comparer, évaluer, tester le produit convoité de visu, et acheter en direct si on est décidé ,ce qui est impossible avec Amazon qui doit compe...

à écrit le 13/05/2020 à 18:57
Signaler
le marketing dans l'urgence fait pas des administratifs sovietiques, ca donne rarement des bons resultats avant les gens avaient un site web et une e-boutique, maintenant on monte des plateformes, et zou, tous les pbs sont regles! he ben quand la p...

à écrit le 13/05/2020 à 17:23
Signaler
J'avais trouvé une interface web faite pour regrouper des producteurs corses et permettre de vendre leurs produits, sauf que c'était juste une vitrine, si on commandait de la charcuterie, confiture, muscat et huile d'olive, ça faisait quatre frais de...

à écrit le 13/05/2020 à 16:09
Signaler
Est-ce à une collectivité territoriale socialiste de supplanter les entreprises privées ?

à écrit le 13/05/2020 à 13:42
Signaler
Ils n'ont rien compris : si Amazon a la préférence des clients c'est que son service est d'une qualité sans egal . Le SAV existe et le service de livraison bien meilleur au prix d"un vrai suivi de ses livreurs (ce qui fait hurler les syndicats d’ext...

le 13/05/2020 à 17:16
Signaler
la version la plus "basique" c'est de commander et passer chercher à l'occasion, pas besoin de livraison. Le "panier" est préparé et y a juste à payer/enlever, tout le monde y gagne (vente et pas de perte de temps). Ca n'a sans doute pas changé mais...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.