Des masques anti-Covid pour relancer l'emploi chez un équipementier auto

 |  | 767 mots
Lecture 4 min.
Benoît Basier, président de Barral, a installé son atelier de confection de masques dans les locaux de l'équipementier automobile Mahle-Behr.
Benoît Basier, président de Barral, a installé son atelier de confection de masques dans les locaux de l'équipementier automobile Mahle-Behr. (Crédits : Olivier Mirguet)
Sept mois après sa naissance dans l'urgence de la première vague de la crise sanitaire, le fabricant de masques anti-Covid Barral a atteint sa vitesse de croisière. L'entreprise s'est appuyée sur l'infrastructure de l'équipementier automobile Mahle-Behr pour produire un million de masques par semaine, avec des méthodes inspirées de l'industrie 4.0.

Le contrat passé début novembre 2020 avec le ministère de l'Economie en atteste : Benoît Basier, président de Barral, a gagné la première partie. "Bercy nous demande de fournir des masques anti-Covid pour rétablir ses stocks. Cette commande va nous permettre de tourner à plein régime jusqu'à la fin de cette année", se réjouit le patron de cette jeune entreprise dont l'activité est entièrement dédiée à la production de masques en textile.

Né en avril dans l'urgence de la première vague de la crise sanitaire, Barral s'est installé en location dans les locaux de l'industriel automobile Mahle-Behr à Rouffach (Haut-Rhin), dans un hangar vacant de 2.500 mètres carrés. Spécialisé dans la climatisation et le chauffage des véhicules, cet équipementier allemand (12 milliards d'euros de chiffre d'affaires, 77.000 salariés dans 160 pays) a mené trois plans sociaux en six ans. Cette année, au printemps, son usine alsacienne était à l'arrêt. "Pour lancer l'activité de...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :