Le Centre européen d'étude sur le diabète crée Ilonov pour accélérer ses recherches

 |  | 813 mots
Lecture 4 min.
Michel Pinget, président du Cente européen d'étude du diabète, rappelle que 30 % des patients décédés du Covid étaient diabétiques.
Michel Pinget, président du Cente européen d'étude du diabète, rappelle que "30 % des patients décédés du Covid étaient diabétiques". (Crédits : Olivier Mirguet)
Le Centre européen d'étude sur le diabète (CeeD) crée une spin-off pour financer ses recherches dans une thérapie innovante, basée sur le potentiel jusqu'alors inconnu des cellules musculaires.

Les myokines, composés protéiques sécrétés par le muscle, vont-elles pouvoir soigner le diabète ? Une équipe de 30 chercheurs strasbourgeois a établi et validé cette preuve de concept, sur des rats, dans le laboratoire du Centre européen d'étude sur le diabète (CeeD). Pour orienter ses découvertes vers la production d'un médicament, Michel Pinget, président du CeeD, crée une spin-off, Ilonov, grâce à laquelle il prévoit de lever cet hiver entre 3 millions d'euros et 5 millions d'euros.

Dès 2018, le CeeD avait posé les bases de ses travaux dans une publication scientifique parue dans la revue Scientific Reports. "Les myokines, molécules endocriniennes (libérées dans le sang) sécrétées par le muscle, jouent un rôle primordial pour le bon fonctionnement du corps humain en servant de barrières face à certaines maladies comme le cancer du sein, la dépression, les maladies cardiaques ou encore le diabète", écrivaient alors les chercheurs strasbourgeois.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :