Tests Covid : la précipitation dans le Grand-Est

 |   |  865  mots
A l'instar de l'Allemagne (ici, un centre de dépistage à Munich), le Grand-Est veut déployer à grande échelle des tests Covid sur sa population.
A l'instar de l'Allemagne (ici, un centre de dépistage à Munich), le Grand-Est veut déployer à grande échelle des tests Covid sur sa population. (Crédits : Reuters)
Les autorités locales veulent acquérir massivement des tests Covid. Mais elles hésitent encore à passer leur commande à la biotech strasbourgeoise Biosynex, ou à un autre fournisseur.

Prendre tout le monde de vitesse. Pour les élus locaux réunis autour de Jean Rottner, président (LR) de la région, c'était la condition essentielle pour réaliser l'achat de 3 millions de tests sanguins Covid et les mettre en oeuvre dès l'issue du confinement, le 11 mai. La société mixte d'économie locale (SEML) Dynamise, créée le 17 avril par le conseil régional du Grand-Est à Strasbourg, est prête à passer commande.

"Le marché des tests est une foire d'empoigne et le public doit prendre la main, quitte à encourir tous les risques", prévient sous couvert d'anonymat l'un des patrons qui suivent l'action économique de la région. "L'Alsace, premier territoire touché par le coronavirus, veut s'en sortir plus vite que le reste du pays. Ces tests vont être la clé de la reprise. La société strasbourgeoise Biosynex, qui est l'une des seules en mesure de fournir ces tests, se fait déjà draguer par tous les côtés. On est dans une guerre économique industrielle", observe le même économiste.

L'écueil de l'aide d'Etat

La SEML Dynamise a été établie en un temps record : 48 heures avec l'aval des services de l'Etat, du directeur de la Banque des Territoires Olivier Sichel et de Nicolas Théry, président du Crédit mutuel Alliance Fédérale. Le capital (100 000 euros) se répartit entre le Conseil régional du Grand-Est (51 %), la Caisse des dépôts - Banque des territoires (25 %) et le Crédit Mutuel Equity (24 %). Les deux premiers cités apportent 5,25 millions d'euros en compte courant d'associés. Le Crédit mutuel apportera la même somme sous forme de prêt rémunéré à 0,5 %. "Ce montage nous met à l'abri d'une requalification éventuelle en aide d'Etat", précise Patrick François, directeur régional de la Banque des Territoires à Strasbourg. En préambule de ses statuts (28 pages) rédigés en ce temps record, Dynamise expose son objet : "permettre le plus rapidement possible le rétablissement des conditions du développement économique, social, sanitaire, culturel et scientifique sur l'ensemble du territoire de la région Grand-Est" en faisant "l'acquisition en gros de kits de tests sanguins Covid-19".

Créer une filière post-Covid

Les porteurs du projet sont-ils allés trop vite ? A l'origine, au mois de mars, deux entrepreneurs locaux, Stéphane Eimer et Eric Goetzmann, ont imaginé la mise en place d'un groupement pour l'achat massif de tests Covid. Dans l'idéal, les commandes...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/04/2020 à 23:15 :
Cet épisode de la crise illustre parfaitement la faillite morale et politique de l'Etat sous Macron.
On assiste à la prise en main, par les baronnies régionales, de la gestion d'une crise sanitaire mondiale qui aurait du relever de la compétence nationale au registre de la solidarité.

La fonction présidentielle en sort laminée et discréditée comme jamais. Pour les habitants du Grand Est, l'état central est maintenant plus un problème et des impôts qu'une solution naturelle.

Et bientôt la France, fédération de régions ?
Réponse de le 23/04/2020 à 8:20 :
la grande nation française!!

je me regarde et je le désole .

vivement le rattachement de l 'Alsace lorraine à la grande Allemagne .
pas une mauvaise idée , qui devrait faire son chemin à l avenir .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :