Les sous-marins d'Eca Hytec Robotics aident à mesurer la pollution à Fukushima

 |   |  336  mots
A Montpellier, un sous-marin robotisé a été construit par Eca Hytec pour explorer les fonds marins proches de la centrale nucléaire de Fukushima. Il s'agit de déterminer précisément le degré de radioactivité des sédiments. © Nelson Goutorbe
A Montpellier, un sous-marin robotisé a été construit par Eca Hytec pour explorer les fonds marins proches de la centrale nucléaire de Fukushima. Il s'agit de déterminer précisément le degré de radioactivité des sédiments. © Nelson Goutorbe (Crédits : Nelson Goutorbe)
La société s'est spécialisée dans la conception, la fabrication et la commercialisation d'équipements téléopérés (caméras TV, projecteurs, véhicules téléopérés, tourelles d'orientation, bras manipulateurs, etc.) destinés à des applications en milieux hostiles. Parmi ses contrats emblématiques actuels : l'exploration des fonds marins proches de Fukushima et la lagune de Venise.

Un sous-marin équipé de caméras robotisées et de capteurs radiologiques est sorti des ateliers de Eca Hytec Robotics, à Montpellier, pour explorer les fonds marins proches de Fukushima. Il s'agit de déterminer précisément le degré de radioactivité des sédiments. Puis, l'équipe de Montpellier (37 personnes) qui fait aujourd'hui partie intégrante d'Eca Robotics, va fournir des solutions robotiques pour explorer les piscines de l'ancienne centrale nucléaire japonaise. Dans le même temps, bien plus glamour, deux robots sous-marins de type H800-300 guident la mise en place, au centimètre près, des monumentales portes du projet Mose pour protéger Venise de la montée des eaux.
Aujourd'hui, le savoir-faire du laboratoire de recherche et de production, créé en 1981 par Jean Jacques Promé, est mondialement reconnu. En moins de cinq ans, le volume d'activité du centre de Montpellier a doublé. « Pour 70 %, nous assemblons des produits standards et pour 30 % nous mettons au point des machines spéciales. On peut estimer que la R&D représente chez nous plus de 10 % de l'activité. Nous sommes dans un secteur de la robotique où le stimuli technique est permanent. Il faut constamment intégrer les avancées technologique », explique Pierre Emmanuel Gaillard, directeur du centre de Montpellier, à la pointe en matière d'exploration robotisée pour l'offshore pétrolier, le nucléaire, l'assainissement et les milieux hostiles.

Sept sous-marins d'observation pour la Marine indienne

Les engins sans pilote, en totale autonomie sont capables de progresser et d'explorer l'environnement aussi bien sur terre que sous les mers, même si les plus importantes commandes concernent toujours les sous-marins d'observation. Eca Hytec doit livrer cette année sept sous-marins de type H300 (plongée jusqu'à 300 mètres) à la Marine nationale de l'Inde. Hytec qui a rejoint le groupe Eca Robotics à partir de 2008 (fusion) s'était fait connaitre en 1987 lors de l'exploration de l'épave du Titanic. Un engin conçu et construit à Montpellier avait accompagné le Nautilus lors de la grande plongée d''exploration.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :