Une PME française invente un système de prévision des vagues "scélérates"

 |   |  620  mots
(Crédits : inconnu)
L'innovation, développée depuis plusieurs mois avec l'aide de la Direction Générale de l'Armement, est une exclusivité mondiale. Elle permettra aux bateaux de connaître le risque d'apparition de ces vagues soudaines, puissantes et donc très dangereuses.

En 2010, un paquebot de croisière vogue paisiblement sur la Méditerranée. Soudain, une combinaison particulière du vent et de la houle provoque l'arrivée d'une vague géante extrêmement puissante, qui balaie le salon des passagers. Deux voyageurs trouvent la mort.

Ce type de phénomène climatique extrêmement dangereux constitue un exemple de vague scélérate. Un système inédit permettant de les éviter a été dévoilé mardi par une PME toulousaine, Noveltis. Baptisé SAVAS, ce dispositif représente une première mondiale.

Des vagues très dangereuses

Une vague scélérate est très puissante, et peut atteindre une hauteur de 30 mètres. Elle se forme de façon soudaine. Les bateaux peuvent en rencontrer alors que la mer semble modérément agitée. "L'analyse des données sur les 30 dernières années montrent une augmentation de la fréquence des vagues scélérates, y compris dans les mers fermées, alors qu'elles étaient surtout connues dans les mers australes", a précisé l'ingénieur Mahmoud El Hajj. La multiplication de ces phénomènes serait liée aux changements climatiques. "Pour la semaine prochaine par exemple, le risque de vagues scélérates est important en Méditerranée", prévient le PDG de Noveltis, Richard Bru.

Système breveté

Pour permettre un vigilance face à ces phénomène -jusque'alors réputés imprévisibles- le système SAVAS établit des bulletins prévisionnels portant sur une semaine, mis à jour toutes les 3 heures grâce à des méthodes mathématiques et physiques pour  lesquelles la société Noveltis a déposé une demande de brevet. Elles s'appuient notamment sur des données satellitaires, sur celles fournies par des bouées ainsi que sur des prévisions météorologiques. Les navigateurs ont désormais la possibilité de s'abonner au service afin de pouvoir consulter les prévisions grâce à Internet. La direction de Noveltis n'a pas souhaité communiquer le prix de ce service. L'un des ingénieurs de la société mentionne tout de même que "les abonnements seront proposés à la carte en fonction des besoins des clients et notamment de la taille des zones à couvrir".

Soutenu par la marine nationale

Cette innovation voit le jour après des mois de recherche et grâce au soutien de la Direction Générale de l'Armement (DGA) et du dispositif Rapid. Il s'agit d'un fonds qui encourage les projets de recherche industrielle ou de développement expérimental à fort potentiel technologique mené par des PME, ayant une application militaire et civile probable. SAVAS a été testé par la marine nationale à bord de l'Adroit, un patrouilleur de haute mer.

Un marché considérable

Bateaux de plaisance, militaires ou de pêche, paquebots de croisière, plates-formes pétrolières ou installations d'éoliennes off-shore, tous sont susceptibles de rencontrer des vagues scélérates et donc de vouloir s'en prémunir. Le marché qui s'ouvre à cette PME basé à Labège, commune du sud-est toulousain, est donc considérable. D'autant plus que pour l'heure, elle ne se connaît pas de concurrent au niveau mondial.

Noveltis est un bureau d'études et de recherches qui concentre ses efforts sur les sciences spatiales et environnementales, reconnu sur le plan européen. Dans le domaine de l'environnement, d'autres travaux ont par exemple été menés au sujet de l'impact d'algues sur l'environnement breton, ainsi que dans le domaine des énergies marines. "Ce n'était donc pas particulièrement étonnant de s'intéresser à ce phénomène de vagues scélérates", raconte Richard Bru. L'entreprise, fondée en décembre 1998, emploie 53 salariés dont une quarantaine d'ingénieurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/11/2012 à 1:52 :
ça doit être un truc qui permet d'anticiper les magouilles politiciennes (vagues scélérates), mais je suis pas sûr :-)
Réponse de le 06/01/2013 à 12:29 :
Je crois que tu confonds ^^
a écrit le 29/11/2012 à 19:13 :
Au delà de l'aspect technique, il y a le côté sécuritaire des gens qui travaillent dans les mers australes.
Il y aura peut être une extention, la surveillance d' une surface plus importante. De type GPS alors là....
a écrit le 29/11/2012 à 16:03 :
Félicitations, Monsieur le Président !
Vous montrez superbement que l'innovation existe, mais qu'elle n'est rien sans la volonté de réussir. Bravo à vous et à vos talentueuses équipes !
DF
a écrit le 29/11/2012 à 14:11 :
Bravo les PME françaises !
Elles existent donc bien ces PME innovantes et capable de créer des produits high tech !
Réponse de le 30/11/2012 à 22:20 :
Beaucoup sont à Toulouse !
a écrit le 29/11/2012 à 13:01 :
Il faudrait étendre cette recherche à la politique où se forme parfois des vagues scélérates alors que rien ne laissait prévoir ce genre de phénomène ! Ainsi il y a peu une vague monstreuse d'égotisme a déferlé et a emporté les deux successeurs de l'UMP !
a écrit le 29/11/2012 à 11:18 :
Oui, Jojo a tout a fait raison : article à corriger sur ce point
Le texte du brevet est consultable là :
http://worldwide.espacenet.com/publicationDetails/biblio?CC=WO&NR=2012117195&KC=&FT=E&locale=en_EP

Et en plus, il est faux (et légalement condamnable) de dire que c'est breveté : une invention n'est brevetée que lorsque la demande de brevet est délivrée.
Ici, on en est encore au stade d'examen de la demande de brevet.
Il faut donc écrire ou dire : "brevet déposé" .
Pou finir, je note que le Rapport de recherche conteste la validité de la demande sous sa forme actuelle et que la société a engagé l?examen international, ce qui va faire que le libellé de la protection demandée va évoluer.

Bon, j'arrête là le cours de droit des brevets.
a écrit le 29/11/2012 à 10:31 :
Si le système est breveté, il n'est pas secret!
a écrit le 29/11/2012 à 9:31 :
on en voit de plus en plus, non pas a cause du changt climatique, mais parce que nous avons des systemes de mesures de plus en plus pointus. tout simplement.. les vagues scelerates sont connus depuis 1500 ans, tout comme le tsunami, que nous n'avions jamais vu , avant les deux dernieres....
si le systeme marche, c'est magnifique, mais comment faire tourner son bateau plus rapidement que la vague qui arrive , ou alors la prendre de face et la fendre, mais faut avoir le bateau approprié, qui ne coulera pas quand celui ci se fera submerger par la vague ..
Réponse de le 02/12/2012 à 14:26 :
pour les vagues c'est facile à prevoir ,moins pour les politiciens .....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :