Les vieilles carcasses de train vont être détruites et recyclées à Trith Saint Léger

 |   |  548  mots
Gare de triage de Sotteville-les-Rouen / DR
Gare de triage de Sotteville-les-Rouen / DR
Cinq entreprises, dont Alstom Transport et Hiolle Industries, se regroupent pour lancer près de Valenciennes une plateforme de déconstruction de matériels ferroviaires hors d'usage. C'est une première en France

Alstom Transport, Hiolle Industries, LME Trith, Ramery Environnement et Vitamine T vont ensemble déconstruire le matériel ferroviaire hors d'usage. Les cinq entreprises se sont réunies en GME (Groupe Momentané d'Entreprises). Le site devrait être implanté près de Valenciennes, à Trith-Saint-Léger, sur une plateforme logistique tri-modale exploitée par Hiolle Industrie : une friche industrielle, ancien site Usinor, de 22 hectares dont une dizaine couverts. «L' endroit est parfaitement adapté à la réception de locomotives et de wagons. Un local de 7000 mètres carrés sera libre pour cette future activité», précise Stephane Bouché, responsable du projet chez Hiolle Industries.

La RATP déjà cliente

Premier client la RATP qui va envoyer 3 voitures à déconstruire cet été. «Je suis allé convaincre directement Pierre Mongin, le président de la RATP», souligne Alain Bocquet, le député maire de Saint-Amand-Les-Eaux. Alain Bocquet préside la communauté d'agglomération où se trouve Trith-Saint-Léger mais, surtout, il a créé et préside la commission d'enquête parlementaire sur la filière ferroviaire française. Et, la dite commission est à l'origine de l'organisation d'une filière de déconstruction de voitures et de wagons de fret!

 

Les carcasses de Sotteville les Rouen enfin détruites

Toutes les compétences requises sont en tout cas sur le site. Alstom Transport a étudié et fabriqué la majorité du matériel roulant en fin de vie qui encombrent aujourd'hui certaines gares de triage dont celle de Sotteville-les-Rouen où plus de 300 voitures sont abandonnées à la rouille. Les nomenclatures des pièces en sa possession faciliteront le démantèlement et le tri des pièces par matières en vu de leur recyclage. « Il y aura des métaux, du cuivre, des plastiques, du bois, de la mousse, du verre et de l'amiante », précise Stephane Bouché. Ramery Environnement, la filiale du groupe familiale régional Ramery prendra en charge le désamiantage.

Tout ce qui est déconstruit est recyclé sur place

Proche de la plateforme multimodale, l'aciérie de LME-Trith, le plus grand site européen du groupe Laminés Marchands Européens, utilisera les déchets de métaux dans ses fours. Cette usine du groupe Beltram produit plusieurs dizaines de tonnes d'acier à l'heure. Elle est aujourd'hui en plein développement et va d'ici mi-2012 augmenter de 30 % sa production d'acier courant livré sous forme de produits longs, cornières et poutrelles pour les besoins de la construction. Chargé du déploiement opérationnel, Vitamine T s'occupera, elle, du recrutement et de la formation du personnel ainsi que de la mise en ?uvre des procédures de déconstruction. Son action contribuera à la création d'une filière d'insertion. Elle réitèrera à Valenciennes ce qu'elle a déjà mené à bien à Lille-Lesquin sur le site Eco Industria autour du traitement et de la valorisation des déchets électroménagers via sa filiale Envie2e.

La première en France

A raison d'un gisement estimé à plusieurs milliers de véhicules hors d'usage, cette filière de déconstruction, la première à voire le jour en France, devrait rapidement créer plusieurs dizaines d'emplois. Les acteurs du projet vont se rapprocher du pôle de compétitivité ferroviaire I'Trans. Mais pas question d'attendre le temps de la labellisation avant de se lancer.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/04/2012 à 19:26 :
Jusqu'à présent c'était une rente pour quelques petits ferrailleurs un peu partout en France. Il semble que la hausse du coût des ferrailles donne un intérêt nouveau à cette source de matière première (un wagon c'est 20 à 35 tonnes d'acier, une locomotive 65 à 85,...) pour les plus grosses entreprises.
Pourquoi laisser cela aux PME?
a écrit le 25/04/2012 à 18:15 :
la cgt devrait bloquer le site, exiger une augmentation de salaire et la retraite a 40 ans sous peine de saccage de sous prefecture ...
a écrit le 25/04/2012 à 18:13 :
Pour les lecteurs les plus avisés, l'image montre de vieux engins mais également des locomotives plus récentes ! Voici le résultat du plan FRET ferroviaire Français de ces dernières années par les mêmes qui ont fait deux Grenelles de l'environnement et des assises du ferroviaire fin 2011 !!! Le résultat en 2011: 22 MILLIARDS de TK transportées par la SNCF et 8 MILLIARDS par la concurrence Fret privée soit un total de 30 MILLIARDS ! En 2000, le tonnage transporté par FRET SNCF dépassé les 50 MILLIARDS de TK...
Même la paille pour les éleveurs Français a eu les plus grandes difficultés à être transportées par le rail en 2011 !!!
Prochaine étape de démantèlement : le démontage et la cession des chantiers Ferroviaires à l'image des lignes de tramway démontées lors des années 1950 pour la fée auto et reconstruites à grands frais ces dernières années en quelques villes ...
Vous avez dit être gouverné par des "visionnaires" ?
a écrit le 25/04/2012 à 13:32 :
A voir la photo, on constate la présence delocomotives électriques de type BB22000 bi-courant qui ne sont pas si agées que celà en rapport avec les vielles diesels de manoeuvre. A parier que certaines d'entre elles avec un bon coup de peinture, pourraient vivre sous le soleil africain!!!
Réponse de le 30/04/2012 à 12:10 :
il y a des puristes... comment voyez-vous tout ça dans une image si petite??? respect !
a écrit le 25/04/2012 à 12:49 :
"un gisement estimé à plusieurs milliers de véhicules hors d'usage, cette filière de déconstruction ?"
J'aimerais que les journalistes dits "économiques" s'abstiennent de chiffrages du type "plusieurs milliers", que je peux faire tout seul !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :