Trang Pham, du syndrome de l'imposteur à la motrice des transformations

WOMEN FOR FUTURE. À 53 ans, Trang Pham est devenue depuis plusieurs années une figure reconnue dans le monde de l'aéronautique et au-delà, sur le terrain qui lui est cher de la légitimité des femmes en entreprise. Devenue chevalier de la Légion d'honneur en février, la cadre de Thales revient sur un parcours construit au fil de déclics libérateurs. Trang Pham a été lauréate de l'équipe de France des femmes leaders à l'occasion du Women for Future qui s'est déroulé jeudi 2 juin au Parc des Princes. Portrait.
Trang Pham est directrice du développement régional chez Thales et présidente de Digital Aquitaine.
Trang Pham est directrice du développement régional chez Thales et présidente de Digital Aquitaine. (Crédits : Agence APPA)

Un hall d'accueil pour une rencontre. Pour entrer sur le site de Thales à Mérignac, à l'ouest de Bordeaux, il faut céder temporairement sa carte d'identité. Si la confiance n'est pas de mise à l'accueil, c'est pourtant cette valeur que Trang Pham cite en premier en engageant la discussion. La directrice du développement régional de l'entreprise d'aérospatial et défense se révèle beaucoup plus accessible que ce laboratoire sous haute sécurité.

A travers un discours partagé entre l'assurance et les questionnements intérieurs, la cadre, chargée de représenter Thales auprès des partenaires et institutions, commente son ascension. "J'ai une amie qui me pose la question : "Qu'est-ce qui te fait avancer ? Comment t'en es arrivée là ?" Je lui dis que c'est parce que des gens m'ont fait confiance et m'ont aidée à avoir confiance en moi", tranche-t-elle. Aisé de remercier les autres, beaucoup moins de reconnaître sa propre légitimité.

Trang Pham, originaire de la région de Montpellier, a suivi ses études d'ingénieur du côté de Grenoble à la fin des années 1980. Là où elle se retrouvait avec "10 à 15 filles sur une promo de 150 ". "Pourtant, je n'ai jamais eu l'impression de forcer des portes ou d'être à un endroit où je ne devais pas" affirme-t-elle. Même si elle pense alors, et encore aujourd'hui, que le Rafale de Dassault est le plus bel avion du monde, elle fait ses débuts chez Sextant Avionique - devenu Thales en 2000. Et imagine : "Je ferai deux, trois, cinq ans et j'irai voir ailleurs." La directrice a finalement préféré la fidélité aux envies d'itinérance de l'étudiante.

"Ce déclic. Cette question puissante"

Mais tout n'était pas acquis. Être une femme, au mitan des années 1990 et encore aujourd'hui, est crispant dans un monde de l'aéronautique dominé par la hiérarchie masculine. "Le syndrome de l'imposteur, je l'ai régulièrement ressenti. Quand j'arrivais dans les réunions, je regardais, j'observais et j'écoutais. Et puis je me suis rendue compte qu'en entreprise ce n'est pas comme ça que ça marche", auto-analyse Trang Pham. Débute alors un travail pour mener sa "communication interne" et affirmer ce qu'elle fait, qui elle est. Mission salutaire, mais que seul un déclic a pu accomplir.

"Il y a plus de dix ans, j'étais en charge d'un grand projet de transformation managériale. Je devais intervenir devant 300 hauts managers de Thales à Paris. Nous étions deux chefs de projet, un homme et une femme. Mon directeur dit : "Vas-y, c'est toi qui a porté le sujet." J'étais très stressée [...] La veille de la présentation, un consultant me dit : "Est-ce que tu veux ressembler à ces 300 managers ? Si tu ne veux pas être comme eux, sois comme tu es." Ça m'a complètement débloquée. Ce déclic. Cette question puissante !", sourit-elle avec soulagement.

Trang Pham

S'inventer sa vie professionnelle

Pour Trang Pham, les métiers restent très genrés et la parité ne sera vraisemblablement jamais atteinte dans l'aéronautique. Pour autant, "ce n'est plus exceptionnel d'avoir des femmes dans les comités de direction". Elle ne fait pas partie de celui de Thales - où siègent trois femmes sur quinze membres. Mais la cadre a rejoint, en tant que déléguée régionale, l'équipe de l'association "Elles bougent", qui agit pour la valorisation des métiers et des parcours auprès des jeunes filles. Avec une interrogation : comment briser les barrières subies par les femmes dans le monde professionnel ? "La meilleure façon c'est de montrer que vous aimez votre métier. On les aide à se projeter en déconstruisant les stéréotypes", répond-t-elle. Faire bouger les lignes est une mission grisante.

"Elle est assez cash quand il faut dire les choses, elle bouscule les codes", glisse Agnès Passault, vice-présidente de l'association du numérique Digital Aquitaine, rôle qu'occupait Trang Pham jusqu'en 2017 avant de devenir présidente en 2021. C'est avec cet état d'esprit qu'elle s'est inventée une vie professionnelle chez Thales. "Le poste que j'ai aujourd'hui, je l'ai créé", révèle-t-elle. Elle sait convaincre, d'autant plus quand il faut participer à la transformation de son entreprise pour évoluer vers une transition écologique encore fébrile. Ce défi la motive.

Un dernier trait de personnalité ? "Très spontanée", certifie Agnès Passault. Comme lorsqu'elle atteste logiquement que le grade de chevalier de la légion d'honneur, remis le 9 février dernier, l'a davantage fait émerger en tant que figure publique que son titre de lauréate par La Tribune. Trang Pham est tout de même heureuse de cette reconnaissance pour son action en faveur du statut des femmes. Un terrain où elle s'impose pour "porter la parole". Avec un regret : "J'essaye de répondre aux sollicitations mais je n'arrive pas à répondre à toutes", avoue-t-elle.

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.