Chimie verte : Ecoat met le végétal en peinture

 |   |  332  mots
L'objectif de la PME est de produire des résines bio-végétales qui aient le même de degré de résistance que les ingrédients traditionnels © Ecoat
L'objectif de la PME est de produire des résines bio-végétales qui aient le même de degré de résistance que les ingrédients traditionnels © Ecoat (Crédits : Ecoat)
La start-up s'est spécialisée dans la conception de composants végétaux pour les peintures industrielles et les revêtements. Elle est actuellement en phase de levée de fonds.

Lorsque Olivier Choulet et Pierre Chevalier, ex-Rohm & Haas (filiale de Dow Chemical) décident de franchir le pas de l'entreprenariat en 2011, ils sont persuadés que la chimie végétale est prometteuse. « Selon notre analyse, il y avait à la fois une demande alors que parallèlement les prix des matières premières fossiles augmentaient », explique Olivier Choulet.

Aidés de deux chercheurs, ils mettent au point des polymères bio-sourcés, les polyols, glycérols et huiles se substituant alors aux traditionnels ingrédients pétrochimiques. « L'objectif est de faire que nos résines bio-végétales aient le même de degré de résistance que les ingrédients traditionnels », précise le chef d'entreprise qui ajoute : « Nos innovations sont des innovations de rupture".

 

« Une peinture qui sèche en 12 minutes »

 

Un brevet concernant un procédé de réticulation est déposé en avril 2011 avec pour particularité de permettre à la peinture de sécher sans utiliser de catalyseur à base de sels de cobalt. « Nous avons réussi à mettre au point une peinture qui sèche en 12 minutes », révèle Matthieu Sonnati, directeur R&D. Une innovation née de la collaboration avec les laboratoires des universités de Nice Sophia-Antipolis et de Lyon, même si la PME possède elle-même ses propres laboratoires au sein de la pépinière qui l'héberge.

Les clients d'Ecoat - essentiellement les fabricants de peinture - sont plutôt européens. Afin de poursuivre son développement, la start-up prépare une levée de fonds de 5 millions d'euros, tour de table qu'elle compte réaliser pour moitié par le biais de prêts bancaires et prêts à l'innovation, l'autre moitié en faisant appel au venture capital ou au family office. Cette somme sera dédiée à l'acquisition d'un site industriel mais également au renforcement de la force commerciale et marketing. Ecoat emploie 10 salariés dont 8 chercheurs et réalise un chiffre d'affaires de 1,5 million d'euros.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :