Parade invente la chaussure de sécurité connectée... à un abonnement mensuel

 |  | 1229 mots
Lecture 6 min.
Grâce à un capteur de mouvement, un giroscope et un accéléromètre situés dans le talon de la chaussure et à une communication Bluetooth reliée au smartphone de la personne, le modèle est capable de détecter une chute, de géolocaliser la zone du porteur de chaussures, d'envoyer une alerte aux contacts d'urgence...
Grâce à un capteur de mouvement, un giroscope et un accéléromètre situés dans le talon de la chaussure et à une communication Bluetooth reliée au smartphone de la personne, le modèle est capable de détecter une chute, de géolocaliser la zone du porteur de chaussures, d'envoyer une alerte aux contacts d'urgence... (Crédits : Parade)
La filiale du groupe Eram, fabricant de chaussures et de vêtements, spécialisée dans le secteur de la sécurité, a créé avec la collaboration de spécialistes de l’IoT angevins une chaussure de sécurité intelligente capable de détecter 220 scénarios de chutes et d’alerter les secours. Une solution soumise à un abonnement mensuel de 16 euros.

Cinq années de  R&D, cinq millions d'euros d'investissement, 220 scénarios de chutes établis et cinq brevets déposés... « Tout était à faire», résume Franck Chérel, directeur général de Parade, filiale d'Eram, spécialisée depuis quarante ans dans les équipements de protection individuelle (EPI), qui finalise l'industrialisation d'une gamme de huit chaussures de sécurité connectées et intelligentes. Grâce à un capteur de mouvement, un giroscope et un accéléromètre situés dans le talon de la chaussure et à une communication Bluetooth reliée au smartphone de la personne, le modèle est capable de détecter une chute, de géolocaliser la zone du porteur de chaussures, d'envoyer une alerte aux contacts d'urgence... Un condensé de technologies réduit à 30 grammes, équipé d'une pile bouton à changer tous les trois mois pour des chaussures dont l'espérance de vie est d'un an.

La chaussure : lieu naturel pour embarquer de l'intelligence

« En France, on estime le nombre de travailleurs isolés à 1,5 million et une chute grave se produit toutes les 7 minutes en moyenne. C'est la troisième cause d'accident du travail, et jusqu'ici les outils existants étaient peu satisfaisants », explique Franck Cherel, alerté par ses clients en 2015 de cette situation. « A l'époque, c'était le démarrage des objets connectés alors nous nous sommes demandé ce qu'il était possible d'en faire dans le domaine de la sécurité.» De brainstorming en focus group, opérateurs, responsables de sécurité, des...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :