Centres-villes : un nouvel appel à projets vise à les revitaliser

 |   |  521  mots
L'opération Action cœur de ville, lancée en mars 2018 par l'ex-ministre de la Cohésion des territoires Jacques Mézard, vise à revitaliser les centres-villes de 222 communes.
L'opération "Action cœur de ville", lancée en mars 2018 par l'ex-ministre de la Cohésion des territoires Jacques Mézard, vise à revitaliser les centres-villes de 222 communes. (Crédits : Reuters)
Dans le sillage du programme "Action Cœur de ville", le gouvernement lance dans les 222 communes concernées la consultation "Revitalisons nos cœurs de ville". L'objectif demeure le même : créer davantage de commerces et de logements.

Le budget est conséquent. Cinq milliards d'euros sur cinq ans sont prévus pour l'opération "Action cœur de Ville", lancée en mars 2018 par l'ex-ministre de la Cohésion des territoires Jacques Mézard. Dotée de 1,7 milliard de la Caisse des Dépôts (1 milliard en fonds propre et 700 millions de prêts), 1,5 milliard d'Action Logement (ex-1% Logement) et 1,2 milliard de l'Agence nationale de l'habitat (ANAH), l'opération vise à revitaliser les centres-villes de 222 communes, de la Somme au Vaucluse en passant par la Vendée ou la Seine-et-Marne.

Respecter "les transitions énergétique, climatique, numérique et sociale"

Ce lundi 17 novembre 2018, dans le sillage des concours "Réinventer Paris" et "Inventons la métropole du Grand Paris", le ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales a lancé un appel à manifestations d'intérêt intitulé "Réinventons nos cœurs de ville". L'objectif est double : "Poursuivre l'accompagnement des collectivités retenues en facilitant l'émergence de projets urbains innovants en centre-ville" et "favoriser la mise en œuvre de projets urbains novateurs et ambitieux en faveur de la reconquête des centres-villes".

D'ici à mi-février 2019, les 222 territoires du programme "Action cœur de ville" doivent proposer un site - "terrain ou immeuble"  - qui s'inscrit dans cette stratégie. Puis, en mars 2019, un comité partenarial "associant les réseaux administratifs et les professionnels compétents" sélectionnera les villes innovantes. Ensuite, elles lanceront leur propre appel à projets, tout en bénéficiant d'un "accompagnement technique, méthodologique et financier" de l'État et des trois partenaires initiaux (Caisse des Dépôts, Action Logement et ANAH). Enfin, en liaison avec le ministère de la Culture et en partenariat avec la Cité de l'architecture et du patrimoine, elles choisiront elles-mêmes "les offres d'opérateurs immobiliers en groupement avec des architectes, programmistes, paysagistes".

Conformément à la philosophie initiale, l'accent devra être mis sur les commerces et le logement, tout en respectant "les transitions énergétique, climatique, numérique et sociale".

Une rencontre sur "l'innovation urbaine" en mars 2019

La ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales Jacqueline Gourault et ses ministres de la Ville et du Logement Julien Denormandie et des Collectivités territoriales Sébastien Lecornu vont envoyer aux 222 maires un guide détaillant la démarche. Par ailleurs, le gouvernement invite tous ces élus à une rencontre dédiée à  "l'innovation urbaine" en mars 2019. Il semblerait en revanche que la demande de l'association des petites villes de France (APVF) d'étendre le dispositif "Action cœur de ville" aux petites communes n'ait été pas suivie d'effets.

Le projet de loi sur l'évolution du logement, de l'aménagement et du numérique (Élan), promulgué le 24 novembre dernier, a par ailleurs doté l'ensemble des villes françaises d'un nouveau dispositif : l'outil de revitalisation de territoire. Avec les communes et les intercommunalités concernées en copilotes, le préfet d'un territoire peut piloter les autorisations d'exploitation commerciale, voire suspendre sur une durée de trois ans, l'implantation d'équipements commerciaux nuisibles aux centres-villes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/02/2019 à 17:21 :
Une équipe qualifiée à votre service pour la réparation de toiture - Couvreur 92: Entreprise de couverture à Paris - SPAC: https://reparation-toiture-paris.fr/
a écrit le 14/02/2019 à 20:51 :
Macron et lrem sont des adeptes de l'ueber-économie aux conséquences terribles pour les centres villes historiques : leur disparition en tant que centre de la vie.
Les énarques n'ont pas inventé la poudre et sont certains de leur supériorité autoproclamée car le peuple ne sait pas.
Observez comment l'oligarchie se renouvelle avec l'intégration de M.Juppé au conseil constitutionnel : honteux.
a écrit le 11/02/2019 à 16:35 :
A la lecture des "remèdes" proposés pour rendre à nouveau attractif les centre-ville des villes moyennes, je me demande si nos élites sont fait une étude sur des raisons qui poussent les classes populaires supérieures et les classes moyennes à quitter les centre-villes des villes moyennes pour s'installer dans les villages en périphérie, sur celles qui font qu'elles ne viennent pas y faire leurs courses ou n'ont pas envie d'y travailler. Ont-elles fait une étude comparative à 360° sur les lieux concurrents de ces centre-villes, leurs avantages et leurs inconvénients par rapport à ces centre-ville ?

Tant que les centre-ville ne proposeront pas mieux pour les familles en terme d'habitat, de stationnement, de services, de relations sociales, de sécurité, d'environnement... que les campagnes environnantes, pour un prix similaire, je crains que l'on dépense beaucoup pour un résultat décevant...
a écrit le 18/12/2018 à 18:18 :
C'est un pansement sur une jambe de bois. Avec les parcmètres, radars, prix des carburants, amendes etc... Mieux vaut passer sa commande derrière un écran. Ben wai, l'État nous pousse à ça ! Le plus drôle de l'histoire, on reçoit de plus en plus d'obligations de la part de l'État aux factures électroniques, vu les tarifs de la poste détenue par l'État. Pas de souci.... on se met à jour.;o))) Une chose est sure, l'eau coule toujours vers le bas, à l' ÉNAT ils ne semblent pas savoir.
Réponse de le 13/01/2019 à 18:54 :
Grandes Zones denses, mais accès si faciles au cœur de ville. Parkings nombreux de toutes parts, et Gratuits ( Zones Bleues : Disque horaire sur pare-brise, obligatoire, apprécié à l'unanimité des Clients et Pro )

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :