« A Futur.e.s, les limites posées par la planète sont vues comme des opportunités d’innover différemment »

 |   |  697  mots
(Crédits : DR)
Ce lundi matin dans ma boite mail : beaucoup de newsletters tech avec les dernières start-up qui « font le futur » et des newsletters infos qui, elles, relaient les manifestations du weekend pour les océans, pour le climat, pour le système de santé. Les deux forment ensemble un assez bon sismographe du monde.

Alors ? Alors la transition numérique est partout : elle change tout, mais ne sait jamais vraiment vers quoi elle mène. La transition écologique, elle, a un horizon clair, mais peine sérieusement à s'imposer. Ces deux transitions sont faites pour se rencontrer, pourtant, elles s'ignorent. En tant que pôle de compétitivité du numérique depuis 13 ans, et de la ville durable depuis 2018, Cap Digital a l'ambition de faire converger ces deux dynamiques au service d'une seule et même transition durable. Et 10 ans après sa première édition, le festival Futur.e.s (ex Futur en Seine) trouve un nouveau élan pour incarner ce qu'il défend depuis toujours.

Dans durable il y a durée. Coïncidence ?

Futur.e.s s'ancre en juin au Mobilier national, où les artisans mettent des années à créer meubles et tapisseries qui seront les ambassadeurs du « french savoir-faire » dans le monde. Cette rencontre n'est pas juste inédite, elle raconte quelque chose : l'innovation, non plus, ne va pas vite. La logique de marché nous a fait croire l'inverse mais il faut pourtant des années de recherche, de prototypes, d'expérimentation pour sortir une innovation qui ait des chances de durer. Il est ainsi urgent de proposer des évènements qui parlent de cette innovation. Les étourdissantes grandes messes technologiques cachent une fascination toxique pour un modèle dominant. Si le poids de la France et de l'Europe dans le monde dépend en partie de notre capacité à faire naitre des licornes, il est problématique de penser que tous les projets ont vocation à se développer en services ultra rentables. Et bien que l'écosystème ne semble pas encore structuré pour faire émerger d'autres modèles, Futur.e.s et Cap Digital revendiquent de soutenir une innovation plurielle, qui naît aussi de projets européens collaboratifs, de PME, de la low-tech et de l'innovation sociale.

La ville durable n'est pas une énième résurrection de la smartcity

Parler de villes durables plutôt que de smart city est un choix : le fil rouge devient forcément plus politique. Avec tout ce qu'elles permettent, les avancées technologiques ne nous disent pas pour autant comment l'on crée des futurs souhaitables. Il s'agit lors de cette édition d'observer non pas les dernières avancées de la reconnaissance faciale, mais comment les innovateurs contribuent à « faire société », avec qui, et pour qui. Les solutions purement technologiques à la congestion des villes, au vieillissement de la population, à l'alimentation durable ne sont pas et ne seront pas à la hauteur de ces enjeux. Elles demandent à être pensées et articulées en écosystème, avec le territoire où elles s'implantent. A Futur.e.s, on questionne la mobilité de demain, qui ne peut être que la simple accumulation de solutions de covoiturage ; on observe comment bio-mimétisme et biodiversité peuvent faire autant que les smart grids, en apportant leur lot d'externalités positives ; et on teste avec 80 démos comment la ville durable repose sur l'environnement, mais également sur la démocratisation de la formation, la santé, la culture ou l'information.

« Faire société » : qui lève la main ?

Les innovateurs d'abord. Si Futur.e.s pose la question cette année, c'est que nous avons pris la décision d'être au plus près de ce qu'est Cap Digital, collectif qui rassemble plus de 1 000 innovateurs. Nous tirons le matériau du festival d'une communauté qui travaille au jour le jour sur l'innovation, actrice d'un futur où la croissance ne s'envisage plus sans responsabilité, et où les limites posées par la planète ne sont plus vues comme des règles à contourner mais comme des opportunités d'innover différemment. Et puis vous, nous tous : un écosystème qui réduit l'innovation à la technologie et à l'investissement sans embarquer ses usagers ne peut espérer porter une innovation durable. On a suffisamment rêvé de futur.e.s plus souhaitables : ils ne se feront pas sans nous.

Festival Futur.e.s 2019 : les 13 et 14 juin au Mobilier national - Galerie des Gobelins, 42 avenue des Gobelins, 75013 Paris. Gratuit et ouvert à tous. Programme et inscription sur www.futures.paris

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :