Les français, adeptes du stream ripping

 |  | 470 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : Dado Ruvic)
Vous avez certainement déjà entendu parler du « stream ripping » ou peut-être même déjà utilisé.

Il existe aujourd'hui pléthore de formats de vidéo ainsi que de lecteurs vidéo, il n'est cependant pas évident d'utiliser des appareils qui fonctionnent tous avec la même technologie. C'est pour cela qu'il est indispensable de convertir ces formats de vidéo dans un ou plusieurs autres formats différents.

Pourquoi convertir une vidéo en MP3 ?

Le format MP3 compresse une grande partie des données d'un fichier vidéo en restituant un son relativement clair. Il est actuellement facile grâce à tous les outils qui existent comme par exemple un convertisseur youtube MP3, de convertir des clips vidéo, morceaux de musique, émissions ou encore podcasts, en fichier MP3 de qualité.

Même malgré l'essor de Spotify Apple Music, Amazon Music ou Deezer, un grand nombre de personnes continuent d'écouter de la musique illégalement et utilisant « la nouvelle tendance », celle du stream ripping. La pratique n'est forcément pas nouvelle mais connait un gros boum ces dernières années.

En quoi consiste le stream ripping ?

Il s'agit d'un procédé simple qui consiste à utiliser des logiciels gratuits dans le but de convertir un fichier vidéo en fichier audio. Il suffit en général, juste de copier-coller un lien et d'appuyer sur le bouton « télécharger ».

Les chiffres ne trompent pas, selon des sondages environ 30% des français ont recours au stream ripping.

Le stream ripping, une pratique illégale ?

À savoir : Selon le droit français, la copie à usage privé est un droit du consommateur si la source est licite. En se focalisant sur cette définition, le stream ripping est alors tout à fait légal si l'utilisateur n'en fait pas un commerce. Cependant, l'IFPI (la fédération internationale de l'industrie phonographique) considère cette pratique comme illégale.

L'industrie du disque a décidé d'attaquer en 2016 cette pratique illégale qu'est celle du stream ripping, en déposant plainte devant la cour fédérale de Californie pour violation du copyright et pour atteinte aux droits d'auteur. À la suite de cette plainte, un accord à l'amiable a été trouvé entre la RIAA (Recording Industry Association of America) et le responsable Youtube-MP3.org. Cet accord a donc mis fin aux poursuites. Sur l'année 2016, Youtube a dû reverser 1 milliard de dollars à l'industrie de la musique avec les seuls revenus publicitaires. Aussi, le nom de domaine Youtube-mp3.org a été cédé à une maison de disque.

Il est désormais interdit pour le responsable du site de créer ou de participer à la création d'un autre logiciel de stream ripping, sous peine de sanctions plus grave.

Même si certains chiffres montrent des améliorations dans ce domaine, un chiffre reste inquiétant, en effet environ 40% des internautes se servent encore d'une plateforme illégale pour écouter de la musique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/07/2018 à 17:49 :
"Selon le droit français, la copie à usage privé est un droit du consommateur si la source est licite. En se focalisant sur cette définition, le stream ripping est alors tout à fait légal si l'utilisateur n'en fait pas un commerce. Cependant, l'IFPI (la fédération internationale de l'industrie phonographique) considère cette pratique comme illégale."

Attendez, je ne comprends pas bien là, ça veut dire que le droit français juge la pratique légale mais que le secteur marchand lui la juge illégale et c'est lui qui a le dernier mot ???

Au secours... -_-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :