Les SCPI n’en finissent pas de séduire

 |   |  418  mots
« Les SCPI sont un moyen pour un particulier d’investir dans la pierre sans avoir à dénicher lui-même un bien immobilier judicieux. »
« Les SCPI sont un moyen pour un particulier d’investir dans la pierre sans avoir à dénicher lui-même un bien immobilier judicieux. » (Crédits : Flickr/Images Money. CC License by.)
Ces fonds d’épargne immobilière destinés aux particuliers font les beaux jours des investissements en « pierre papier ».

Peu chronophage, moins risqué qu'un placement boursier, l'investissement dans la « pierre papier » a de beaux jours devant lui. Entre 2014 et 2015, la collecte nette des Sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) ont progressé de 46%, atteignant 4,275 milliards d'euros, d'après l'Association française des Sociétés de Placement Immobilier (Aspim). Ces sociétés de placement sont un moyen pour un particulier d'investir dans la pierre sans avoir à dénicher lui-même un bien immobilier judicieux. Les frais de gestion s'apparentent généralement à 15% des loyers collectés.

Un rendement moyen de 4,85%

Un investisseur confie une partie de ses économies à une SCPI. La société se charge alors d'acheter et de louer des biens immobiliers. L'investisseur perçoit la part du loyer qui lui revient en fonction du montant de son investissement de départ. En comparaison à un investissement locatif classique, le gain de temps est certain. Dès lors, à quel rendement s'attendre ? Sur l'exercice 2015, les SCPI ont servi un rendement moyen de 4,85%, selon les données publiées par l'Aspim. Ce pourcentage ne dépasse pas les 3% concernant les assurances-vie.

Trois raisons poussent les particuliers à choisir l'investissement en SCPI. À chacune correspond d'ailleurs un type de société de placement. Ceux souhaitant se constituer un revenu périodique optent pour des SCPI d'entreprises aussi appelées SCPI de rendement. Elles privilégient l'achat de bureaux, d'entrepôts ou de commerces et les louent à des professionnels. De quoi verser un revenu trimestriel aux investisseurs. Ce revenu varie selon l'occupation des locaux. Ces SCPI de rendement s'ouvrent de plus en plus à des patrimoines européens. Un moyen de réduire la pression fiscale puisque les investisseurs bénéficient du régime fiscal du pays où se trouve le bien. Cette tendance devrait se poursuivre en 2017. Il existe également des SCPI thématiques, spécialisées sur des biens liés à la santé, à l'éducation ou aux seniors par exemple.

Des sociétés exonérées d'IS

Les SCPI d'habitation s'adressent en revanche aux investisseurs en quête d'un avantage fiscal. Ces sociétés achètent des immeubles d'habitations qu'elles louent à des particuliers. Les biens sélectionnés correspondent aux biens pour lesquels la loi allouent un avantage fiscal via les lois Pinel ou Malraux par exemple.

Précision de taille : les SCPI ne sont pas soumises à l'impôt sur les sociétés. Les investisseurs s'acquittent seulement d'un impôt sur le revenu foncier et éventuellement sur les plus-values de ses parts en cas de revente.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :