Recrutement dans l’informatique et le numérique : le déséquilibre en l’offre et la demande va-t-il perdurer ?

 |   |  1055  mots
(Crédits : DR)
S’il est un secteur où les offres d’emploi ne manquent pas, c’est bien celui de l’informatique et du numérique. Les besoins en recrutement n’ont cessé de grimper ces dix dernières années, à tel point qu’il existe aujourd’hui un véritable déséquilibre entre l’offre et la demande.

Ces cinq dernières années, le secteur de l'informatique a enregistré une croissance de près de 20%, avec une hausse de 4,2% entre 2017 et 2018 (Source : rapport semestriel 2018 - Syntec Numérique).

Focus sur un marché porteur qui promet de belles perspectives de croissance mais qui n'arrive pas encore à résoudre sa principale problématique : celle du recrutement.

Comment les professionnels de l'IT sont-ils devenus des perles rares ?

Entreprises cherchent désespérément candidatures. Tel est le signal envoyé aujourd'hui par les recruteurs qui peinent à trouver des profils spécialisés dans l'informatique et, plus globalement, le numérique (digital, robotique, NTIC).

Une problématique qui dure depuis un certain nombre d'années déjà et à laquelle il n'a pas encore été trouvé de solution « miracle ». En 2018, ce ne sont pas moins de 75 178 projets de recrutements en informatique qui étaient prévus par les entreprises (source : Enquête Besoin en Main d'œuvre (BMO) réalisée par Pôle Emploi en avril 2018).

Alors, aujourd'hui, nos profils IT, on les chouchoute ! Certaines plateformes de recherche d'emploi leur sont même entièrement dédiées. L'objectif ? D'un côté, permettre aux candidats de trouver des offres ciblées et pertinentes tout en étant accompagné dans leur projet de recherche d'emploi. De l'autre côté, mettre à disposition des entreprises des candidatures qualifiées et des profils susceptibles de les intéresser sans perdre du temps.

Émergence et développement des startups, évolutions des métiers du numérique et concurrence accrue... Autant de facteurs qui viennent alimenter une telle dynamique et qui génèrent un véritable fleurissement des offres d'emploi dans le secteur de l'IT.

Le Syntec (Syndicat Professionnel des Entreprises de Services du numérique) prévoyait, pour 2018, une augmentation du nombre de projets de transformation numérique de la part des entreprises correspondant à 3,6% (soit 0,2% de plus qu'en 2017).

La plupart des entreprises actuelles, tous secteurs confondus, sont en effet pleinement engagées dans le processus de transformation numérique. Elles sont donc constamment à la recherche de nouveaux talents pour accompagner au mieux leurs différents projets.

Un élément qui vient à nouveau nourrir la problématique du recrutement puisque ces entreprises ont tendance à se tourner vers des profils d'ingénieurs, aux compétences très qualifiées, au détriment des Bac+2/Bac+3 qui, pourtant, peuvent être eux aussi de très bons profils.

Quelles compétences pour quels recruteurs ?

En perpétuelle évolution, les métiers de l'informatique et du numérique font appel à des compétences toujours plus variées, toujours plus spécifiques.

« Les technologies et les métiers ont beaucoup évolué. Si vous prenez par exemple un développeur web, sa mission aujourd'hui n'a plus rien à voir avec ce qu'elle était il y a quelques années » affirme Ludovic Majerus, manager responsable du développement international chez LesJeudis.com lors d'une interview par Capital

Face à un tel constat, la plateforme LesJeudis, spécialisée dans la gestion de carrière en IT avec plus de 9000 nouveaux CV déposés chaque mois et 450000 annonces permanentes, propose une expérience utilisateur améliorée.

« Notre objectif est aujourd'hui de guider la communauté IT tout au long de son parcours professionnel et plus uniquement sur la recherche d'emploi. En ce sens, la nouvelle version de notre site évolue à la fois sur la forme, avec un nouveau design qui offre une meilleure visibilité des annonces et des candidats, mais aussi sur le fond, avec de nouveaux services proposés » déclare Frédéric Woldanski, Directeur Général du groupe.

Globalement, la majorité des entreprises qui recrutent dans ce secteur restent relativement sélectives. Elles se tournent très souvent vers des profils issus de cursus longs (type ingénieurs), nécessitant un niveau de maîtrise particulièrement important (en mathématique ou en statistiques notamment). Cette maîtrise est en effet devenue nécessaire avec l'apparition de nouveaux métiers tels que ceux liés à l'Intelligence Artificielle et ses langages informatiques, au Data Mining ou encore à la R&D.

Aujourd'hui, les compétences les plus prisées par les recruteurs sont celles qui sont liées au Big Data et à la transformation numérique. Parmi elles, on retrouve le Cloud, la cybersécurité (notamment depuis l'émergence de la RGPD) ou encore le développement de logiciels.

En ce qui concerne les compétences purement liées à l'informatique, ce sont les langages de programmation Java, PhP et JavaScript qui sont le plus recherchées. Le développement de logiciels et les technologies telles que les SGBD (Systèmes de Gestion de Bases de Données), Angular JS ou Linux sont aussi appréciés. La pratique de l'anglais est également un plus.

En dehors de ces compétences plutôt « techniques », de nombreux recruteurs mettent également l'accent sur des compétences plus humaines. Capacité, d'adaptation à un nouvel environnement/de nouveaux processus, aptitude à travailler en équipe, rigueur, esprit d'analyse... Autant de compétences requises dans un contexte où les méthodes de travail agiles sont de plus en plus répandues.

Quand les candidats choisissent leur entreprise

La pénurie de compétences dans le secteur de l'IT bouleverse complètement l'équilibre entre l'offre et la demande. Aujourd'hui, les candidats positionnés sur ces métiers déclarent être particulièrement sollicités et les propositions d'entretiens d'embauche sont fréquentes.

Parmi les postes les plus recherchés, on retrouve notamment celui du développeur. Il fait aujourd'hui partie du top 5 des postes les plus recrutés en France. Les grands groupes se les arrachent et les entreprises de service souhaitent plus que jamais offrir une expérience utilisateur innovante à leurs clients.

Résultat : une hausse des salaires et des propositions plus qu'alléchantes. Le revenu annuel moyen d'un développeur en France s'élève ainsi à 41 764€ (source : étude réalisée par le site web Stack Overflow - spécialisé dans la programmation informatique - auprès de 56 000 développeurs dans 173 pays).

Les offres d'emploi sont plus nombreuses que les candidats, certaines entreprises n'arrivent même pas à recruter des stagiaires. Et ce phénomène risque de s'amplifier dans les années voire les mois à venir puisque l'industrie elle aussi se numérise et s'intéresse de plus en plus au recrutement de ce type de profil.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/10/2018 à 11:10 :
Beaucoup de lieu commun dans cet article. Le salaire médian est bien moindre qu'annoncé, même en comptant la région parisienne.
De plus il y a beaucoup plus de demandes que d'offres. Entre les annonces bidons pour faire de la pub aux SSII, les jeunes qui arrivent de plus en plus chaque années, les gens sur des voies de garage qui se reconvertissent.... ça devient de plus en plus compliqué de trouver un travail.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :