Orange star du CAC 40 en 2014

 |   |  322  mots
Il y a d’abord un effet de rattrapage reconnaît Stéphane Richard, le PDG.
"Il y a d’abord un effet de rattrapage" reconnaît Stéphane Richard, le PDG. (Crédits : Reuters)
L’année n’est pas terminée mais les jeux semblent déjà faits : Orange est le champion du CAC 40 sur 2014 avec un (re)bond de 58%, loin devant le suivant, Valeo à 27%.

C'est la grande satisfaction de Stéphane Richard et de tout le comité exécutif de l'opérateur, et bien sûr des actionnaires, dont les salaréis : Orange devrait terminer l'année 2014 en signant la meilleure performance du CAC 40. L'action Orange a (re)bondi de 58% depuis janvier, loin devant le suivant, Valeo à +27% et le troisième Veolia Environnement +24,5%. Même en élargissant au SBF 120, Orange a réalisé le meilleur parcours de tout le secteur télécoms, devant Numericable-SFR +36% et Iliad/Free +28%, tandis que le groupe Bouygues n'a progressé que de 8,8%. Tous secteurs confondus, l'opérateur n'est dépassé que par la biotech Genfit +263% et l'équipementier auto Montupet +107%.

Pire performance de l'indice en 2012

 Cependant, l'opérateur revient de loin : son titre avait réalisé la pire performance du CAC 40 en 2012, année du lancement de Free Mobile, avec un plongeon de 31%, et n'avait progressé que de 8% en 2013, deux fois moins que l'indice. Un rattrapage dû notamment à la perspective d'une stabilisation des prix sur le marché mobile français, avec le rachat de SFR par Numericable, et plusieurs mouvements stratégiques appréciés : l'acquisition de l'opérateur Jazztel en Espagne et la cession de ses parts dans l'opérateur britannique EE à BT, pour un bon prix, quelque 7,8 milliards d'euros dont 6 milliards environ en cash. De quoi alléger la dette de l'opérateur ou réaliser encore d'autres fusions et acquisitions à l'heure où l'Europe des télécoms est prise d'une frénésie de rachats.

« Il y a d'abord un effet de rattrapage » a reconnu Stéphane Richard, le PDG, lors d'une interview sur BFM TV. « Il y a eu une surpondération de l'effet Free » a-t-il estimé.

Le patron de l'opérateur historique a fait valoir qu'Orange avait depuis novembre « une portabilité globalement positive sur Free dans le mobile », c'est-à-dire qu'il recrute plus chez Free qu'il n'a d'abonnés qui le quittent pour la filiale d'Iliad.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/12/2014 à 10:21 :
Combien de commentaires ci dessous, favorable à Orange, sont émis en fait par des sociétés de traitement de l'e-réputation?
Pour ma part je pense qu'Orange n'est plus un opérateur télécom, mais un gestionnaire de main d'oeuvre délégué par l'état, Orange à ce titre est donc une société solide sur le plan boursier. Par contre c'est une société qui n'est plus commerciale et qui va continuer à se contracter, comme elle l'a fait les dix dernières années, jusqu'à ce qu'il n'y est plus de fonctionnaire et là un Free ou un Altadis la rachetera, ce qui ne posera de problème à personne puisque ce sera toujours dans le giron français.
a écrit le 23/12/2014 à 9:36 :
Orange, ex France Telecom, société qui a profité de son statut de "société publique" (donc potentiellement garantie par l'Etat français) pour acheter un max de concurrents avant l'ouverture à à la concurrence justement. Orange où la société qui a été la plus endettée au monde suite à ses différents rachats (+ de 65 milliards de passif au début des 2000). Belle réussite au CAC40 aujourd'hui, mais on ne devra jamais perdre de vue que le succès d'ORANGE d'aujourd'hui n'aura jamais pu exister sans ce "coup de pouce" statutaire. Si Orange avaité été une société privée, elle n'aurait jamais pu consolider ( ou confisquer) son marché comme elle l'a fait
a écrit le 22/12/2014 à 20:07 :
l'action à 14e quand celle de free vaut 200e, pas de quo pavoiser.
mais la vraie cause n'est pas expliquée : le régulateur (devenu inutile depuis longtemps, les opérateurs sont en place) passe son temps à mettre des entraves à orange, l'oblige à louer tous ses nouveaux investissements à prix coûtant, avec des offres de gros plancher et une différence suffisante avec le tarif commercial pour que les concurrents puissent capter suffisamment de PdM..il est même obligé de travailler pour free, de poser des fibres pour que free n'ait plus besoin d'investir (après les effets d'annonce, il arrête d'investir sur la fibre)...
sans compter les surfacturations de terminaisons d'appel...etc etc

constat flagrant et démonstrateur : là où la concurrence fait rage dans un contexte totalement concurrentiel et face à des géants (ATT, ZTE..) orange a été sacré 1er pour la 5eme année consécutive aux world communications awards, meilleur service entrerpises, meilleur service pro, meilleur cloud...il est leader à l'international...
et sur l'hexagone il est mis à mal, mais particularité : on est dans un marché administré dont le patron de bouygues a dit que le régulateur a droit de vie ou de mort sur n'importe quel opérateur...effectivement, mécanique obscure totalement diabolique et silicani ne cache pas qu'il travaille pour free....
il a fallu attendre que SFR soit vendu, bouygues aux abois, orange opéable..pour que beacoup commencent à se dire que ce marché administré déraille sérieusement t est en train de détruire les opérateurs investisseurs...
à quand une vraie dynamique concurrentielle équitable, symétrique, comme dans n'importe quel secteur économique ?
Réponse de le 22/12/2014 à 20:22 :
100% d'accord, le système de régulation est totalement diabolique.
Si un opérateur avance en couverture, offres.., le régulateur devrait examiner s'il y a un problème de barrière à l'entrée, mais si état néant (tous les opérateurs peuvent investir, ils paieront le même prix qu'orange), et donc devrait encourager les autres à faire de même..
que néni, il suffit d'aller dire à l'arcep, jeperd des parts de marchés, pour que le régulateur ajoute de nouvelles contraintes à orange, retard à l'ouverture d'un mois sur le VDSl alors que les autres opérateurs peuvent ouvrir de suite sur leurs équipements, orange doit casser ce qu'il a fait en conformité avec l'arcep au niveau déploiement FTTH et mettre des équiqements sur la rue et avec pose de fibres pour les autres opérateurs (un en particulier qui a demandé cette disposition), ce qui lui permet de ne pas investir....
une distorsion majeure de la concurrence "de façon légale" par cette commission théodule, et ensuite on nous explique y compris au niveau boursier que c'est le fruit d'une vraie concurrence....
orange t'est cuit par cette mécanique fatale innommable, il faut arréter de donner ton personnel à free, arréter d'investir en france pour les autres et aller investir à l'étranger, alors on verra les offres et tarifs des coucous...et l'action d'orange à 200E et celle de free à 8e !!!!!!
Réponse de le 23/12/2014 à 8:26 :
Comparer les sociétés par le prix de leurs actions est preuve que l'on a rien compris.Ce qui doit être comparé, c'est la capitalisation boursière. Orange vaut 37 Milliards et Free 11 milliards.
a écrit le 22/12/2014 à 18:40 :
Orange a été introduit a 24 euros et a atteint 220 euros à son plus haut alors beaucoup de pertes à rattraper pour les fidèles investisseurs d'orange. Pas de quoi pavoiser pour le moment
a écrit le 22/12/2014 à 18:29 :
Le dividende est très attrayant et Orange dispose d'un très bon bouclier étatique en cas de coup dur donc pourquoi ne pas quitter son livret A pour acheter du Orange ?
a écrit le 22/12/2014 à 17:53 :
De fait belle progression, mais pas suffisante pour retrouver le sommet d'il y a quelques années.
a écrit le 22/12/2014 à 15:52 :
Je souhaite des dirigeants comme ceux d Orange à toutes les entreprises qui vivent des heures compliquées sur des marchés hyper concurrencés.
a écrit le 22/12/2014 à 12:37 :
Ce n'était pas Orange qui a été éjectée de la bourse de Londres cette année ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :