Bleu, l'alliance dans le cloud entre Microsoft, Orange et Capgemini, arrivera en 2024

Dans une déclaration commune, les groupes français Orange et Capgemini ont annoncé la création de la coentreprise Bleu pour la « fin 2022 » et le lancement de sa plateforme cloud, qui donnera accès aux solutions de Microsoft Azure et de Office 365, « en 2024 ». Jean Coumaros, issu de Capgemini, dirigera cette première illustration de la nouvelle stratégie controversée « cloud de confiance » de l'Etat, accusée de faire le lit des Gafam auprès des opérateurs d'importance vitale.
Sylvain Rolland

6 mn

(Crédits : DR)

Tant pis pour la rapidité : la plateforme Bleu, annoncée en mai 2021 pour offrir « rapidement » une solution de « cloud de confiance » pour les entreprises et collectivités françaises, n'arrivera finalement qu'en 2024, d'après un communiqué conjoint publié par Orange et Capgemini. Le nom du dirigeant pressenti de la future coentreprise, qui sera officiellement créée d'ici à la fin de l'année, a aussi été dévoilé : il s'agira de Jean Coumaros, actuellement directeur de la transformation et membre du comité exécutif du groupe Capgemini. Les deux actionnaires précisent que le choix a été commun.

Coentreprise française, logiciel américain

Concrètement, Bleu est une joint-venture de droit français entre Orange et Capgemini, destinée à distribuer en France les services cloud de l'américain Microsoft. Le package comprend essentiellement l'accès à Microsoft Azure (infrastructure d'hébergement) et aux principaux services de Microsoft 365, notamment la fameuse suite bureautique (Word, Excel, Power Point...) L'offre se destine surtout aux opérateurs d'importance vitale (OIV) et de services essentiels (OSE), ainsi que l'administration française, qui gèrent des données extrêmement sensibles et stratégiques.

Pourquoi passer par une coentreprise plutôt qu'acheter directement les services de Microsoft ? Tout simplement pour être conforme avec la nouvelle stratégie cloud de l'Etat, baptisée "cloud de confiance" et dévoilée en mai 2021. Celle-ci demande aux OIV, OSE et services de l'Etat d'accélérer leur mutation vers le cloud pour ne pas rater le train de la révolution numérique, mais d'utiliser des services estampillés SecNumCloud. Il s'agit d'un label décerné par l'Agence nationale de sécurité des systèmes d'exploitation (Anssi), qui garantit un très haut niveau de cybersécurité et une protection vis-à-vis des lois extraterritoriales étrangères via une exploitation au sein de l'Union européenne. Bleu devra l'obtenir pour lancer son service.

Une stratégie très polémique

L'enjeu de la stratégie « cloud de confiance » : faire barrage aux lois extraterritoriales, notamment le Cloud Act américain, ce texte prédateur qui permet aux services de renseignement du pays de l'Oncle Sam d'accéder aux données des clients d'entreprises américaines, même à l'étranger. Or, si les solutions cloud de Microsoft, Amazon ou Google (qui pèsent à eux seuls 70% du marché français et 80% de sa croissance), ne sont plus distribuées directement mais sous licence via une co-entreprise de droit français comme Bleu, alors la solution devient immunisée au Cloud Act, donc « de confiance ». Pour les partisans de cette stratégie, Bleu -mais aussi la future alliance entre Google et Thales- permet au marché de continuer d'utiliser les services des leaders américains, perçus comme les meilleurs, tout en étant protégés des lois extraterritoriales.

Pour ses détracteurs en revanche, la stratégie cloud de confiance est une hérésie à tous les niveaux. Ils estiment qu'elle n'a rien de souverain puisqu'elle protège certes du Cloud Act, mais pas d'autres lois extraterritoriales comme la loi américaine FISA, qui ne s'embarrasse pas de la nationalité de l'entreprise qui distribue des services américains. Les détracteurs reprochent également à l'Etat de jeter le marché dans les bras des Gafam, des acteurs déjà hyper-dominants, au détriment de la structuration d'alternatives européennes qui ont pourtant le mérite d'exister et de proposer une offre de services complète et de qualité. Les acteurs français et européens du cloud s'estiment trahis par la nouvelle stratégie de l'Etat alors qu'ils auraient besoin d'un coup de pouce politique pour créer un vrai écosystème européen du cloud et réduire la dépendance européenne à Amazon, Google et Microsoft dans le cloud, la mère des batailles pour la souveraineté numérique.

L'apport très relatif d'Orange et de Capgemini au projet Bleu

« Depuis l'annonce initiale de Bleu en mai l'année dernière, Capgemini et Orange ont travaillé main dans la main sur les aspects techniques et réglementaires nécessaires à la concrétisation de ce projet de cloud de confiance », commente Aiman Ezzat, Directeur Général du groupe CapgeminiLes deux entreprises vantent une 'proposition de valeur inégalée' pour « l'État français et les opérateurs d'infrastructures critiques ». Mais elles ne mentionnent aucune plus-value technologique par rapport à la solution seule de Microsoft, contrairement à ce qui était suggéré au départ. Le communiqué est même très clair : « grâce à ce partenariat unique, Bleu offrira Microsoft 365 et une large gamme de services Microsoft Azure, y compris IaaS, PaaS et SaaS, dans un environnement de Cloud de Confiance. » Autrement dit, la seule innovation de Bleu, c'est sa structure juridique, c'est-à-dire sa capacité à proposer les services de Microsoft via une « entreprise française indépendante, détenue à 100 % par des actionnaires français.»

Orange et Capgemini se positionnent donc sur le conseil. « Notre principale ambition est de faire en sorte que les clients soient prêts à tirer parti des services de Bleu dès la mise en service de la plateforme, et qu'ils puissent entamer leur transition avec le meilleur accompagnement possible », commente Christel Heydemann, la directrice générale d'OrangeEn attendant 2024, les futurs clients de Bleu auront donc accès "dès fin 2022" au « programme de préparation à la migration vers Bleu. » Traduction : des prestations de conseil.

De son côté, la concurrence française tire à boulets rouges.  « Nous nous retrouvons une nouvelle fois et un an après avec une autre annonce qui a pour but de cristalliser le marché alors que des acteurs français proposent déjà des solutions conformes aux besoins et attentes du marché à l'image de 3DS Outscale », peste David Chassan, le directeur de la stratégie de la branche cloud de Dassault Systèmes.

Sylvain Rolland

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 23/06/2022 à 7:57
Signaler
Avec les milliards qu'ils possèdent franchement ils auraient pu trouver un nom moins gnan gnan... -_-

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.