Photo : les compacts de plus en plus menacés par l'essor des smartphones

 |   |  531  mots
Un visiteur prend une photo du Pape Benoît XVI avec son BlackBerry, au mois d'août dernier. Copyright Reuters
Un visiteur prend une photo du Pape Benoît XVI avec son BlackBerry, au mois d'août dernier. Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
D'après l'Association des industriels de la photo et de l'image, une organisation professionnelle nippone, les ventes de compacts japonais, qui dominent le secteur, se sont effondrées de 48% en septembre sur un an. Ce marché continue de perdre du terrain face aux smartphones, aux capteurs de plus en plus performants.

Le phénomène n'est pas nouveau. Il suffit de se rendre à un concert ou à une quelconque manifestation pour s'en rendre compte. Main levée, smartphone au poing, le quidam prend ses clichés. Certains finiront dans la foulée sur Twitter ou Facebook, et les autres seront généralement stockés sur un ordinateur. De fait, les smartphones sont de plus utilisés pour réaliser les photos du quotidien, un créneau où les appareils compacts, dont le marché est dominé par les constructeurs japonais, régnaient en maître il y a dix ans.

D'après l'Association des industriels de la photo et de l'image (CIPA), une organisation professionnelle nippone, les ventes d'appareils photo japonais ont plongé de 42,3% dans le monde en septembre sur un an, à 7,58 millions d'exemplaires, rapporte l'AFP. Et ce sont bien les compacts qui ont essuyé la plus forte chute (-48%), tandis que les appareils à visée Reflex, réservés aux amateurs éclairés et aux professionnels, ont limité les dégâts (-7,4%).

"Nous passons d'une phase d'équipement à une phase de renouvellement"

Comme le rappelait récemment Hiroyuki Sasa, le PDG d'Olympus, "le marché des appareils photo compacts numériques s'est contracté plus brutalement que prévu, car les smartphones équipés de fonctions photographiques se répandent partout". A cela, il faut ajouter les récentes tensions diplomatiques entre le Japon et la Chine : en conséquence, les produits nippons ont en partie été boudés par l'Empire du milieu, impactant fortement les ventes de compacts.

Ainsi, les Canon, Nikon, Fujifilm et Olympus, spécialistes nippons des appareils photo, ont tous réduit leurs objectifs de ventes. Tetsuya Wadaki, analyste chez Nomura, s'est fait l'écho à l'AFP d'un "effondrement du marché". Selon lui, "les commandes de ces entreprises à leurs sous-traitants ont diminué de plus de 30% d'une année sur l'autre".

Des marchés occidentaux arrivés à maturité

Dernier élément pour expliquer cette baisse des ventes : les marchés occidentaux sont arrivés à maturité. En France, plus de 85% des ménages possèderaient un appareil photo numérique selon le Sipec, le Syndicat des entreprises de l'image, de la Photo et de la communication. Au Figaro, Didier Quilain, directeur d'Olympus France précisait il y a peu que "nous passons d'une phase d'équipement à une phase de renouvellement".  Il parie ainsi sur une stabilisation des ventes aux alentours de 4 millions d'appareils photo numériques par an dans l'Hexagone, contre 5,2 millions en 2011.

Pour sortir de l'impasse, les fabricants jouent la carte de l'innovation. Ils dopent leur résolution et proposent également des appareils photo dotés de connections Internet pour concurrencer les smartphones sur l'envoi immédiat des clichés sur les réseaux sociaux ou par email. Selon l'institut GfK, 493.000 compacts Wi-Fi ont été vendus en France au cours des neuf premiers mois de 2012, soit une progression de 80% en un an. 

"La demande pour la qualité reste là"

Ainsi, "la demande pour la qualité reste là", juge un porte-parole de Canon à l'AFP. Car à ses yeux, "les clients veulent toujours de meilleures photos pour les grandes occasions comme les mariages, pour immortaliser leurs vacances ou garder des portraits de leurs enfants".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :