Huawei échoue à s’associer avec l'opérateur américain AT&T

 |   |  335  mots
Ce nouveau revers pour un groupe chinois intervient alors que les autorités américaines se font plus sévères sur les opérations de partenariat et de fusion-acquisition de la part d'industriels chinois.
Ce nouveau revers pour un groupe chinois intervient alors que les autorités américaines se font plus sévères sur les opérations de partenariat et de fusion-acquisition de la part d'industriels chinois. (Crédits : © Hannibal Hanschke / Reuters)
Le fabricant chinois de smartphones Huawei n'est pas parvenu à conclure un partenariat avec l'opérateur ATT pour pénétrer en masse le marché américain, selon le Wall Street Journal.

Huawei a décidément toutes les peines du monde à s'imposer aux Etats-Unis. Le fabricant chinois de smartphones n'est pas parvenu à conclure un partenariat avec l'opérateur AT&T pour pénétrer en masse le marché américain, affirme le Wall Street Journal mardi. Huawei Technologies Co, un des leaders des smartphones en Chine, était en pourparler avec le géant américain des télécoms pour distribuer la nouvelle version de son Mate 10 Pro. L'accord devait être annoncé cette semaine, mais AT&T s'est retiré des discussions, indique le journal selon des sources proches du dossier. Interrogés par l'AFP, Huawei et AT&T n'ont pas encore répondu.

Le défaut d'un partenaire commercial aux Etats-Unis est un revers pour le groupe chinois qui a l'ambition d'accroître sa part du marché américain, dominé par Apple et Samsung. Huawei et son compatriote OPPO se disputent déjà le troisième rang des plus importants fabricants de smartphones au monde en termes de part de marché. Même sans le soutien d'AT&T, le groupe entend néanmoins annoncer mardi de nouveaux produits sur le marché américain, a indiqué le journal.

Nouveau revers

Mais un accord de partenariat avec un grand pourvoyeur de services comme AT&T ou Verizon apparaît vital pour faire adopter un nouveau smartphone. Un autre fabricant chinois de smartphones, Xiaomi Corp, est dit aussi être en discussions avec AT&T et Verizon pour un partenariat de distribution.

Ce nouveau revers pour un groupe chinois intervient alors que les autorités américaines se font plus sévères sur les opérations de partenariat et de fusion-acquisition de la part d'industriels chinois. La semaine dernière, les autorités américaines se sont opposées au rachat de MoneyGram, groupe américain spécialisé dans les transferts d'argent, par le chinois Ant Financial, société financière liée au géant du commerce en ligne Alibaba.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :